LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Image extraite de Moi Ivan, Toi Abraham, un film de Yolande Zauberman (1993)

Yolande Zauberman : "Les rêves, cauchemars ou pas, ce sont peut-être les premiers films que l'on se fait"

32 min
À retrouver dans l'émission

Réalisatrice de fictions et de documentaires, Yolande Zauberman compose une œuvre qui explore les ténèbres de la condition humaine, en parvenant toujours à nous emmener du côté de la lumière : "Il y a toujours quelque chose de joyeux à ce que la parole sorte enfin", dit-elle

Image extraite de Moi Ivan, Toi Abraham, un film de Yolande Zauberman (1993)
Image extraite de Moi Ivan, Toi Abraham, un film de Yolande Zauberman (1993) Crédits : Pan-Européenne

Les rêves, cauchemars ou pas, ce sont peut-être les premiers films que l'on se fait. C’est le cinéma qu’on a toujours eu dans la tête. On est à la fois acteur et spectateur de ce qui nous arrive.

Yolande Zauberman se souvient de sa propension, enfant, à rêver des heures entières. Elle évoque sa relation affective avec le yiddish, la langue de sa grand-mère maternelle, indissociablement lié à elle. A contrario, "la langue maternelle, c’était le silence."

La cinéaste raconte le rêve qui fut le déclencheur de son film Moi Ivan, Toi Abraham, sur l’amitié de deux enfants dans une Europe de l’Est ravagée par la haine antisémite, dans les années 1930.

Pour faire un film il faut plein de raisons, il n’en faut pas qu'une seule. C’est un mille-feuilles.

C'est la rencontre avec le comédien Menahem Lang qui la conduisit à l’accompagner à Bnei Brak, la communauté juive ultra-orthodoxe dans laquelle il avait grandit, et où il revint pour traquer ceux qui, lorsqu’il était enfant, abusèrent de lui. Ce fut le point de départ de son dernier film, M, qui reçut le César du meilleur documentaire cette année. 

Yolande Zauberman raconte également sa compassion pour le personnage principal de M le maudit, de Fritz Lang - le titre de son film, M, y fait écho ; son admiration pour le courage de Jean-Pierre Melville, sa joie de voir les films de Jacques Demy

Jacques Demy, dans mon enfance, ça a été un de mes premiers rayons de lumière, de soleil, de beauté. (...) Je crois beaucoup à la beauté : c’est ce qui nous sauve. Ce qui est horrible, depuis mon enfance, d'une certaine façon je m'y attends - c'est la beauté qui a été ma surprise.

Plusieurs 

  • Par Mathilde Wagman 
  • Avec Yolande Zauberman 
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation Sonore de Radio France
  • La Nuit rêvée de Yolande Zauberman - Entretien 1/3 (1ère diffusion : 1/11/2020)
Chroniques
0H32
26 min
Les Nuits de France Culture
Catherine Deneuve : "Si je n'avais pas rencontré Jacques Demy, je ne crois pas que j’aurais continué à faire du cinéma"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......