LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Catherine Deneuve pendant le tournage de "Les demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy

Catherine Deneuve : "Si je n'avais pas rencontré Jacques Demy, je ne crois pas que j’aurais continué à faire du cinéma"

26 min
À retrouver dans l'émission

Dans cet entretien avec Laure Adler, Catherine Deneuve racontait sa rencontre fondamentale avec Jacques Demy et l'enchantement des tournages des "Parapluies de Cherbourg" et des "Demoiselles de Rochefort". Elle évoquait également la fantaisie de son père et sa mère

Catherine Deneuve pendant le tournage de "Les demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy
Catherine Deneuve pendant le tournage de "Les demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy Crédits : Ciné-Tamaris

Dans un petit livre consacré à Catherine Deneuve, paru en 2010 aux éditions Rivages, le cinéaste Arnaud Desplechin écrivait : «  Rebelle de naissance, toujours joyeusement subversive par son art, Catherine Deneuve est la figure exquise pour toutes celles et tous ceux qui désirent commencer leur vie sans avoir jamais à courber la nuque. Une leçon de liberté, de fantaisie, de choix souverains, de fidélité à l’anarchisme de l’enfance ». En 2004, l'actrice avait accordé une série d'entretiens « A voix nue » à Laure Adler.

Dans ce deuxième entretien, elle racontait le bonheur de tourner dans les films de Jacques Demy : "un souvenir absolument formidable, parce que faire un film musical, tourner avec le play-back, chanter, ça baigne toute l’atmosphère du film.

Ce tournage est une révélation pour la comédienne de vingt ans, timide, complexée, qui ne se sentait pas suffisamment légitime lorsqu'elle avait tourné avec son mari, Roger Vadim, dans Le vice et la vertu

Catherine Deneuve évoque l'élégance et le talent de Jacques Demy, sa manière d'entraîner toute son équipe à se dépasser pour inventer des choses insensées : "tout le monde était transporté par son enthousiasme et sa ténacité."

La comédienne raconte comment le cinéaste lui a donné confiance en elle, par la façon de la regarder et sa manière de parler du cinéma.

Dans ma famille, on était quatre filles, des filles plutôt jolies, on était habituées à être regardées. Ma mère s’en plaignait beaucoup, d’ailleurs elle disait toujours : "On ne parle pas du physique des enfants".

Les parapluies (de Cherbourg), c’est le rideau déchiré, d’un seul coup quelque chose s’est ouvert, quelque chose de merveilleux. Alors qu’à l’époque, si je n'avais pas rencontré Jacques Demy, je ne crois pas que j’aurais continué à faire du cinéma. Je ne me sentais pas à l'aise : c’était trop dans l’image, dans la représentation.

C’était quelqu’un de très romantique, Jacques Demy.

  • Par Laure Adler 
  • Avec Catherine Deneuve 
  • Réalisation Jean-Claude Loiseau
  • Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
  • A voix nue - Catherine Deneuve, 2 (1ère diffusion : 27/04/2004)
Chroniques
0H59
1h22
Les Nuits de France Culture
Jean-Pierre Melville : "Je voudrais que mes films cessent de ressembler à la réalité et soient des aventures de rêve"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......