LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Pierre Melville sur le tournage du film "Un flic"

Jean-Pierre Melville : "Je voudrais que mes films cessent de ressembler à la réalité et soient des aventures de rêve"

1h22
À retrouver dans l'émission

En 1995, Arnaud Laporte consacrait une émission à Jean-Pierre Melville, cinéaste inclassable, qui aimait citer cette phrase du producteur Sam Goldwyn : "Il n'est pas indispensable d'être fou pour faire du cinéma, mais ça aide."

Jean-Pierre Melville sur le tournage du film "Un flic"
Jean-Pierre Melville sur le tournage du film "Un flic" Crédits : Sunset Boulevard/Corbis - Getty

Jean-Pierre Grumbach avait choisi son pseudonyme pendant la Résistance, en hommage à l’auteur de Moby Dick. Auteur de treize longs métrages entre 1947 et 1972, son premier film, Le silence de la mer, était l'adaptation du roman de Vercors. 

Jean-Pierre Melville propose le rôle de l'Allemand à Howard Vernon et le prévient :

J'ai demandé les droits à Vercors évidemment, mais comme je n'ai jamais rien fait dans le cinéma, il ne me les a pas donnés. Je lui ai demandé de ne les céder à personne d'autre pendant un an. Je ne sais pourquoi, il a accepté. Je lui ai proposé de faire le film quand même, et qu'il puisse le voir une fois fini. S'il est d'accord, on le sortira. Si non, je lui donnerai le négatif et on le brûlera ensemble en forêt de Fontainebleau.

A Nicole Stéphane, il confie le rôle de la nièce :

Le culot de cet homme ! C’était son premier long métrage. Il n’avait pas de producteur, c’était un hors-la-loi. (...) On a vécu ce tournage dans une espèce de clandestinité. 

Vercors l’avait autorisé tout de même à tourner dans sa propre maison, dans laquelle il avait écrit Le silence de la mer. C’était tout de même une sorte d’accord occulte.

La comédienne évoque le tournage avec Jean Cocteau des Enfants terribles. Le cinéaste tourne ensuite Bob Le Flambeur, Le Doulos, Le Samouraï ou Le Cercle rouge, et adopte ce fameux costume : stetson et lunettes noires.

Jacques Zimmer rappelle que Jean-Pierre Melville a été considéré comme l'un des pères fondateurs de la Nouvelle vague, ce que lui-même récusait.

Il y a une méprise, un malentendu, car rien dans le style de Melville ne se rapproche ni du style improvisateur, intellectuel de Godard, ni de l’impressionnisme de Truffaut, ni du réalisme rigolard de Chabrol (...). Ses films ne ressemblent en rien au style des réalisateurs de l’époque, ni d'ailleurs à celui des générations précédentes, à part peut-être Clouzot.

Jean-Pierre Melville réalise des films de plus en plus abstraits, épurés.

Je voudrais que mes films cessent de ressembler à la réalité et deviennent des aventures de rêve.

Le cinéaste et critique André S. Labarthe qui avait réalisé un Portrait en neuf poses du cinéaste pour sa collection "Cinéastes de notre temps", le décrivait ainsi en 1971 :

Il s'était composé, à la ville comme à la scène, un personnage sorti tout droit de son amour, infini, du cinéma américain. Cet homme était devenu une citation vivante, il était finalement le meilleur acteur de son propre rôle.

  • Par Arnaud Laporte 
  • Avec Nicole Stéphane (comédienne), Jacques Zimmer (enseignant, critique, auteur de "Jean-Pierre Melville", Edilig), Claude Beylie (historien du cinéma), José Giovanni (écrivain, cinéaste) et Howard Vernon 
  • Avec en archive la voix de Jean-Pierre Melville 
  • Réalisation Jean Couturier
  • Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
  • Les mardis du cinéma - Jean-Pierre Melville (1ère diffusion : 21/03/1995)
Chroniques
2H22
36 min
Les Nuits de France Culture
Nadine Satiat : « On ne peut rien comprendre à Gertrude Stein si on ne s’intéresse pas à l’enseignement qu’elle reçut du philosophe William James »
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......