LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Olivier Py
Épisode 9 :

Pierre Boulez : "Wagner était un entêté, un visionnaire qui savait réaliser ses visions : une telle conjonction est extrêmement rare dans l'histoire de la musique"

19 min
À retrouver dans l'émission

Baudelaire, Debussy, Mallarmé, on ne compte pas en France les grands noms qui ont écrit sur Richard Wagner. En 1963, le compositeur Pierre Boulez rappelait l'accueil réservé en France à l'œuvre de Richard Wagner, et ce que fut la relation du musicien allemand avec notre pays.

Parsifal, de Richard Wagner dirigé par F. Girard à l'Opera of Lyon, en 2012.
Parsifal, de Richard Wagner dirigé par F. Girard à l'Opera of Lyon, en 2012. Crédits : Photo by Jean Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho via Getty Images - Getty

En 1963, sur la RTF, Pierre Boulez rappelait l'accueil réservé en France à l'œuvre de Wagner :

La position de Wagner par rapport à la France est curieuse à plus d'un titre, et le premier c'est que Wagner a été découvert en France d'une façon merveilleuse par Baudelaire. 

Charles Baudelaire écrivit notamment une lettre à Richard Wagner en février 1860, dont voici un extrait : "Avant tout, je veux vous dire que je vous dois la plus grande jouissance musicale que j'aie jamais éprouvée. Je suis d'un âge où on ne s'amuse plus guère à écrire aux hommes célèbres, et j'aurais hésité longtemps encore à vous témoigner par lettre mon admiration, si tous les jours mes yeux ne tombaient sur des articles indignes, ridicules, où on fait tous les efforts possibles pour diffamer votre génie. Vous n'êtes pas le premier homme, Monsieur, à l'occasion duquel j'ai eu à souffrir et à rougir de mon pays".

Boulez rappelait également l'influence profonde de Richard Wagner sur Claude Debussy, "en ce sens qu'il ne s'en est jamais remis"

La hargne que Debussy a montré pour Wagner dans certains écrit est à la mesure de son amour et à la mesure de l'emprise que Wagner a eu sur lui. Néanmoins, on ne doit jamais oublier que Debussy a écrit sur 'Parsifal' les phrases les plus mémorables. Il aimait particulièrement 'Tristan' et 'Parsifal'. (...) Debussy était parfaitement conscient de la valeur de Wagner. (...) Cette influence a été déterminante pour lui et complètement assimilée. Il avait vraiment vu l'originalité profonde de Wagner. 

Boulez ne cachait pas sa grande admiration pour Wagner : 

Tout un monde est créé par Wagner et c'est en ce sens un des musiciens les plus prodigieux car non seulement il a su créer un monde musical, mais il a su créer un monde d'idées. C'est en particulier pour cela que je lui garde une profonde admiration. C'était un homme entêté, un homme visionnaire et c'était un homme qui savait réaliser ses visions. C'est extrêmement rare dans l'histoire de la musique une telle conjonction pour qu'on ne la signale pas à sa juste place. 

On a beau dire 'A bas Wagner !' et bien Wagner est toujours debout et Wagner se porte admirablement bien.

  • Par Pierre Boulez
  • Pierre Boulez parle de Wagner (1ère diffusion : 19/07/1963)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Chroniques
5H16
39 min
Les Nuits de France Culture
Abbey Lincoln : "Je ne suis pas une chanteuse de jazz"

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......