LE DIRECT
Portrait de Jean le Rond D'Alembert (1717-1783) en 1753, par Quentin de La Tour  (1704–1788)

Les Lumières : l'énigme d'Alembert

30 min
À retrouver dans l'émission

2007 |Dans cette émission des "Nouveaux chemins de la connaissance" diffusée pour la première fois le 23 novembre 2007, on s'intéresse à la contribution de d'Alembert au projet d'Encyclopédie, ce qui permet d'observer son rapport très scientifique à la vérité.

Portrait de Jean le Rond D'Alembert (1717-1783) en 1753, par Quentin de La Tour  (1704–1788)
Portrait de Jean le Rond D'Alembert (1717-1783) en 1753, par Quentin de La Tour (1704–1788) Crédits : Domaine Public, via wikimédia

Dans le cadre d'une série consacrée à la philosophie des Lumières, cette émission des Nouveaux chemins de la connaissance se penchait en 2007 sur l'Encyclopédie, oeuvre de Diderot et d'Alembert publiée entre 1751 et 1780. Et commençait par demander à la philosophe et spécialiste Véronique Le Ru pourquoi il pouvait être utile de lire encore aujourd'hui ce texte majeur : "Pourquoi lire l'Encyclopédie aujourd'hui ? Pour apprendre à penser par soi-même : se défier de l'argumentation d'autorité ; apprendre à lire tout simplement, parfois entre les lignes, parfois lorsque le premier degré n'est pas le bon... Lutter contre sa propre ignorance, ses propres préjugés qui nous habitent tous".

Il est ensuite question de la manière dont la pensée encyclopédique de d'Alembert pourrait découler de ses travaux scientifiques, et de l'héritage de Descartes. Comment peut-on être sceptique et avoir des principes ? "D'Alembert est un sceptique modéré : le scepticisme de d'Alembert ne va pas jusqu'à compromettre la croyance en la vérité. C'est un mathématicien et il a vraiment des critères de recherche de la vérité qui sont les plus grands qui soient".

Dans l'Encyclopédie, je pense que d'Alembert a réussi à imposer son épistémologie, sa méthode des éléments, c'est-à-dire réduire les connaissances à un petit nombre de principes. (...) Il pense exactement les principes comme les lois : moins il y a de lois, plus elles sont efficaces. Hé bien pour les connaissances, c'est la même chose : moins il y a de principes, plus ils sont efficaces et plus ils sont aussi transmissibles. Véronique Le Ru

C'est d'Alembert qui écrivit l'article "Genève" de l'Encyclopédie, article qui suscita une vive polémique entre lui et Jean-Jacques Rousseau (déjà en conflit avec Voltaire). Ils vont s'opposer sur l'idée de savoir si la science et les arts ont le pouvoir de corrompre les hommes.

  • Par Raphaël Enthoven 
  • Réalisation : Mehdi El Hadj
  • Les nouveaux chemins de la connaissance - Les Lumières : l'énigme d'Alembert 
  • 1ère diffusion : 23/11/2007

Chroniques

2H02
59 min

Les Nuits de France Culture

Jean-René Huleu et Jean-Claude Vernier : "Le journal Libération tel qu’il est aujourd’hui est exactement à l’inverse de celui que l’on voulait faire à l’époque"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......