LE DIRECT
Le réalisateur Marcel Bluwal, le 31/03/2005 à Tours.

Marcel Bluwal : "Le chef-d'oeuvre absolu est La Règle du jeu de Renoir"

30 min
À retrouver dans l'émission

2014 |Dans "A voix nue", en 2014, Marcel Bluwal se racontait au micro de Bruno Lagane. Dans le premier volet il évoquait son enfance parisienne, la découverte du cinéma, sa famille qui avait fuit la Pologne, et ses début à la télévision.

Le réalisateur Marcel Bluwal, le 31/03/2005 à Tours.
Le réalisateur Marcel Bluwal, le 31/03/2005 à Tours. Crédits : François Guillot - AFP

Figure emblématique de la Télévision française des temps héroïques, Marcel Bluwal était en 2014 invité à se raconter en cinq émissions d'À voix nue. Dans le premier de ces entretiens, au micro de Benoît Lagane, Marcel Bluwal disait dans quelles circonstances il avait fait ses débuts à la télévision en tournant des émissions destinées à la jeunesse. Il évoquait sa propre jeunesse, son enfance dans les quartiers populaires du 12ème arrondissement, du côté de la Place Daumesnil, et ses premiers souvenirs de cinéma, de Sous les toits de Paris de René Clair à Quai des Brumes, en passant par une projection un peu traumatisante du Vampyr de Dreyer. Il évoquait sa famille, son père, sa mère, qui avaient fui l'antisémitisme de Pologne pour une France alors encore synonyme de liberté et d'égalité ; il se souvenait du Paris des années trente, des premières années de La Coupole où le petit Marcel suivait ses parents qui, en clients assidus, y fréquentaient l'avant-garde artistique de l'entre-deux guerres.

Il se souvenait de ses sorties dans les cinémas de quartier : 

A huit ans je vais au Curial du 12ème, je pique la frousse de ma vie, une frousse dont je me souviens encore et qui me réveille encore maintenant. Je vois "Vampyr" de Dreyer à huit ans, je ne sais si vous vous rendez compte. J'ai passé un an à ne pas oser ouvrir les portes en me demandant ce qu'il y avait derrière. [...] Je suis un fervent adepte du cinéma muet. Je vais vous donner des exemples de film que l'on n' a jamais dépassé en intensité et en beauté d'image [...] c'est  "La charrette fantôme" de Sjöström, 1921, ou "Le lys brisé" de Griffith.

Marcel Bluwal évoquait également l'influence du cinéma français d'avant-guerre. Il avouait :

Le chef-d'oeuvre absolu est "La Règle du jeu".

  • Production :  Benoît Lagane 
  • Réalisation : Véronique Vila
  • A voix nue - Marcel Bluwal, 1ère partie : "Histoires d'enfants" 
  • 1ère diffusion : 29/12/2014
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France

Chroniques

2H07
47 min

Les Nuits de France Culture

Quand Jean Gabin parlait du métier d'acteur
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......