LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Affiche du film "Chantons sous la pluie" (Singin’in the Rain), réal. Gene Kelly et Stanley Donen, 1952. Affiche Alexis Oussenko.

"La comédie musicale c'est la crise américaine, c'est le début du parlant, et c'est un cinéma de crise qui succède au burlesque"

1h25
À retrouver dans l'émission

C'est l'âge d'or de la comédie musicale que retracent "Les Mardis du cinéma" au micro d'Yves Builly, avec Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Daniel Dobbels, la comédienne et danseuse Leslie Caron et Daniel Corinaut dans "L'âge d'or de la comédie musicale MGM : 1939-1960, retrouver l'innocence".

 Affiche du film "Chantons sous la pluie" (Singin’in the Rain), réal. Gene Kelly et Stanley Donen, 1952. Affiche Alexis Oussenko.
Affiche du film "Chantons sous la pluie" (Singin’in the Rain), réal. Gene Kelly et Stanley Donen, 1952. Affiche Alexis Oussenko. Crédits : Collection La Cinémathèque française

À peine savait-il parler qu'aussitôt le cinéma se mit à chanter…chanter et danser.

Ça venait de loin… Opérette, Opéra-Bouffe, Caf'-Conç'… des burlesques londoniens, des cabarets de Berlin ou Paris… Mais c'est en Amérique, sur les scènes de Broadway, que s'opéra l'alchimie : entre classique et moderne, entre jazz et mélodies de partout, avant que la machine à rêves hollywoodienne ne s'empare du genre.

Du début des années 30, jusqu'à la fin des années 50, ça n'aura jamais mieux chanté et dansé que devant les caméras de Berkeley, Minnelli, Lubitsch ou Donen. Avec Gershwin, Cole Porter, Irving Berlin ou Jérôme Kern… Avec Kelly, Astaire, Garland, Rogers, Charisse… et tellement d'autres, les talents ne manquaient pas. La machine à enchanter le monde pouvait alors tourner à plein régime.

Si c'est avec la Warner que Le Chanteur de Jazz se fit entendre, si on produisit des films musicaux dans tous les grands studios, c'est bien du côté de la Metro-Goldwyn-Mayer que la comédie musicale connut ses plus grandes heures.

En 1993, c'est l'âge d'or de la comédie musicale que retracent les Mardis du cinéma, au micro d'Yves Builly, avec Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Daniel Dobbels, la comédienne et danseuse Leslie Caron et Daniel Corinaut.

Daniel Dobbels : 

C'est un des traits de la comédie musicale et notamment de la danse propre à cette période... c'est que, dans le fond, rien ne doit faire obstacle au mouvement. Ce qui est beau c'est que cela ne donne lieu à aucune brutalité, aucune violence à l'égard de la matière elle-même, qu'il s'agisse du décor, de la barrière, etc, à chaque fois cet obstacle est contourné, surmonté, évité, détourné ou déplacé. 

Il y a une manière d'effacer l'obstacle qui est superbe parce qu'en fait, elle n'annule pas l’obstacle. Elle n'est pas obligée d'anéantir obstacle pour que la danse puisse se déployer telle quelle. C'est presque comme une sorte de fond éthique à cette comédie musicale qui fait que si on s'y abandonne avec une telle facilité, une telle aisance c'est, que dans la fond -comme disait Daney- c'est une certaine bonté qui est derrière tout ça. 

Daniel Corinaut :

J'entends sans arrêt des âneries sur la comédie musicale. Le gros reproche fait à la comédie musicale c'est l’artificialité, qui est un faux reproche car, pour moi, l'artificialité c'est la qualité de la comédie musicale justement. Si on pose le problème de la comédie musicale comme ça, je me suis rendu compte que je l'aimais pour la même raison que le burlesque. 

La comédie musicale c'est la crise américaine, c'est le début du parlant, et c'est un cinéma de crise. Elle succède dans les succès cinématographiques au burlesque. Et le burlesque c'est quoi ? C'est la destruction du monde américain. Les américains rient parce qu'ils y voient leur monde s'écrouler, pas de burlesque sans tremblements de terre. 

  • Production : Yves Builly
  • Réalisation : Isabelle Yhuel
  • Mardis du cinéma - L'âge d'or de la comédie musicale MGM : 1939-1960, retrouver l'innocence
  • Avec Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Daniel Dobbels, la comédienne et danseuse Leslie Caron et Daniel Corinaut.
  • 1ère diffusion : 21/12/1993
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
Chroniques
3H25
28 min
Les Nuits de France Culture
N.T. Binh : "La comédie musicale des années 40 et 50 réussit le cocktail de la qualité et du spectacle populaire"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......