LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Copie d'écran du film "Vertigo" d'Alfred Hitchcock, 1958.

Pierre-Henri Deleau : "Vertigo est le film le plus métaphysicien d'Alfred Hitchcock"

1h29
À retrouver dans l'émission

Dans les "Mardis du cinéma", en octobre 1986, Noël Simsolo avait réuni Michel Cazenave, Pierre Henri Deleau et Jean Narboni, pour analyser Vertigo ("Sueurs froides") d'Alfred Hitchcock, le programme proposait une alternance d'extraits du film, de musiques et de lectures.

Copie d'écran du film "Vertigo" d'Alfred Hitchcock, 1958.
Copie d'écran du film "Vertigo" d'Alfred Hitchcock, 1958. Crédits : Public Domain Mark 1.0, https://archive.org/details/VertigoTheatricalTrailer

Vertigo (Sueurs froides, en français) d'Alfred Hitchcock, est certainement son film le plus troublant, le plus  métaphysique, le plus surprenant. Sorti en 1958, avec un James Steward en policier sur la touche, Scottie, qui tombe amoureux d'une femme qu'il a cru morte, mais qui réapparait avec une autre personnalité. Il cherche en vain à recréer la première femme, Madeleine, qui était en réalité un être fictif, joué par Judy. 

Dans les "Mardis du cinéma" en 1986, Noël Simsolo avait réuni Michel Cazenave, Pierre-Henri Deleau et Jean  Narboni, le programme proposait une alternance d'extraits du film, de musiques et de lectures. 

Les invités analysaient en profondeur cette œuvre considérée comme le film le plus métaphysicien d’Hitchcock. Ils évoquaient les thèmes de l'amour fou, de la répétition du destin, du dédoublement... et enfin le thème de la machination derrière les deux rôles joués par Kim Novak. Il y avait aussi la ville de San Franscico qui joue dans ce film un rôle à part entière en parallèle avec l'évolution de Madeleine, femme fictive, et Judy, femme réelle., poursuivie par Scottie.

Pierre-Henri Deleau explique : 

Vertigo est un film qui, en apparence, échappe aux films traditionnels d'Hitchcock. C'est un film épuré au dernier degré, où pratiquement tous les personnages ne sont que les illustrations concrètes, physiques d'idées précises, comme tel c'est le film le plus métaphysicien d'Hitchcock, et il va de soi que la possibilité de se raccrocher à l'histoire et aux personnages comme des illustrations d'une thèse bien précise ou d'une morale métaphysicienne est beaucoup plus grande que dans d'autres films d'Hitchcock. 

  • Production : Noël Simsolo
  • Réalisation : Isabelle Yhuel
  • Mardis du cinéma - Vertigo (1ère diffusion : 07/10/1986)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Chroniques
3H15
8 min
Les Nuits de France Culture
Thomas Narcejac : "J’ai l’impression que c’est seulement en France que l’on considère le roman policier comme un roman facile, populaire"
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......