LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ernest Hemingway, 15 juillet 1944 - collection Picture Post
Épisode 6 :

Maurice-Edgar Coindreau : "La vie d'Hemingway, en réalité, n'a été que des échecs perpétuels"

15 min
À retrouver dans l'émission

Entretiens avec le traducteur d'Hemingway et de Faulkner, Maurice-Edgar Coindreau (4ème partie) : "Ernest Hemingway". Une émission diffusée la première fois le 1er avril 1971 sur France Culture.

L'écrivain américain Ernest Hemingway, (1899-1961).
L'écrivain américain Ernest Hemingway, (1899-1961). Crédits : Getty - Getty

Dans le quatrième des entretiens qu'en 1970 il accordait à Christian Giudicelli, Maurice-Edgar Coindreau abordait le cas Hemingway. Le moins que l'on puisse dire c'est que celui qui fut le grand passeur en France de la littérature américaine, et lui-même traducteur du Soleil se lève aussi et de L'Adieu aux armes, ne se montrait pas tendre. 

Comme, en plus, se mêlait à ses jugements sévères la lecture d'un texte de Dos Passos croquant l'orgueilleuse susceptibilité d'Hemingway, on pouvait se dire que cette fois l'auteur de Pour qui sonne le glas avait son compte. Mais après tout, dans un concert de louanges il faut savoir prêter l'oreille aux notes dissonantes et on peut parier que "Papa" s'en relèvera.

Sa vie n'a été, en réalité, que des échecs perpétuels jusqu'au moment où il a fini par se suicider. C'est son drame, il n'a même pas eu le courage de vivre. Tous ses personnages échouent dans ce qu'ils essaient de faire. Dans "L'Adieu aux armes" vous avez une femme qui essaie de mettre au monde un enfant, elle échoue et elle meurt, plus tard dans des récits de chasse il essaiera de tuer des grosses bêtes, il les rate. Dans "Le Viel homme et la mer", qui est probablement le plus intéressant de ses livres, il attrape un petit poisson, et les gros poissons viennent et mangent son petit poisson ! C'est toujours un échec. 

Sur son caractère :

Il est resté très enfant. Cela aurait pu être extrêmement pathétique s'il ne disait pas "Moi je n'ai jamais eu peur, moi je suis un dur". C'est cette affectation de masculinité et de violence qui est assez puérile. 

  • Par Christian Giudicelli
  • Avec Maurice-Edgar Coindreau (traducteur)
  • Entretiens avec - Maurice-Edgar Coindreau, 4ème partie : Ernest Hemingway (1ère diffusion : 01/04/1971)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive-Ina Radio France

Bibliographie

bibliography

Pour qui sonne le glasGallimard, 2010

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......