LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bateaux quittant le port du Havre par Gustave Le Gray vers 1856-1857

"Mon père était docker, j'habitais au port, j'avais tous les quartiers de noblesse du docker"

1h
À retrouver dans l'émission

En 1995, "Le pays d'ici" consacrait au Havre une série de quatre émissions. La deuxième était consacrée au port, intitulée "De ce côté-là de l'eau" elle donnait la parole à des dockers, au directeur du port autonome, au prêtre de la Mission de la Mer, au réalisateur Christian Zarifian,etc.

Bateaux quittant le port du Havre par Gustave Le Gray vers 1856-1857
Bateaux quittant le port du Havre par Gustave Le Gray vers 1856-1857 Crédits : MuMa Le Havre / Charles Maslard

La ville du Havre est née de son port, elle doit tout à son port. Sans la volonté de François Ier de voir naître un port sur la côte normande, en pays de Caux, la ville du Havre n'aurait jamais vu le jour. Le port est son histoire, son présent et, aujourd'hui encore son avenir, suspendu sans cesse à de nouveaux défis économiques.

En 1995, "Le pays d'ici" consacrait au Havre une série de quatre émissions, dont la deuxième s'intéressait à son port. Entre nostalgie et horizons nouveaux, entre mémoire de docker et révolution du conteneur, s'y racontaient les évolutions successives de ce port, les luttes et les traumatismes dont elles furent payées. En 95… de nouvelles transformations, de gigantesques travaux, étaient encore à venir… En 95 se concevait tout juste Port 2000 qui fut inauguré en 2006. Plus au sud dans l'estuaire de la Seine, il permet depuis au Havre d'accueillir les plus gros porte-conteneurs du monde.

Wilfried Pasquier, docker au Havre depuis 22 ans et fils de docker, racontait sa vie :

22 ans de port, même plus quasiment puisque mon père était docker, donc à ma naissance je suis tombé dedans tout petit. J'habitais à 200 mètres de l'embauche donc c'est un milieu dans lequel j'ai baigné, un milieu qui m'a donné des joies et qui a provoqué des choses très dures dans mon existence, un milieu très rude. [...] j'emploierai la même expression que les nobles, j'avais tous les quartiers de noblesse, c'est à dire que mon père était docker, ma mère était serveuse au foyer des dockers. J'habitais dans le quartier des dockers. J'étais un vrai de vrai docker. J'étais au cœur de la classe qui m'a bercé et qui en même temps n'était pas si gentille que ça.

Est évoquée la figure de Jules Durand, un de ces ouvriers charbonniers qui, dans des conditions misérables, déchargeaient les bateaux dans le port du Havre au début du vingtième siècle. Anarchiste syndicaliste, ce fut dans le contexte d'une grève très dure qu'on arrêta Durand en 1910 pour un meurtre dont il était innocent. L'histoire de Jules Durand a souvent été présentée comme l'affaire Dreyfus du monde ouvrier.

Vous pouvez écouter à ce sujet une adaptation radiophonique de Boulevard Durand d'Armand Salacrou par Georges Peyrou en 1970 avec notamment Ludmila Mikaël, Pierre Trabaud, Georges Adet et Claude Brosset.

Le réalisateur de cinéma Christian Zarifian, installé au Havre depuis 1968 décrivait la ville, le port, et critiquait certains de ses aménagements urbanistiques :

Ce qui m'a d’abord attaché à la ville c'est le vent, la lumière et la grande perspective boulevard de Strasbourg jusqu'à la mer, jusqu'à la Porte Océane qui maintenant a été cassée de façon un peu imbécile. Avant depuis la gare on filait jusqu'à la mer. C'était quelque chose d’inouï pour moi qui venais de Paris. [...] Ils vont contre le génie du Havre. Ce sont des aménagements avec lesquels je ne suis pas du tout d'accord. Le port est un refuge contre l'invasion de cette tentative de faire du Havre une ville petite bourgeoise. Le Havre ne sera jamais une ville petite bourgeoise chaude et tranquille. C'est une ville lyrique !

Avec André Graillot, Wilfried Pasquier, Jean-Pierre Castelain, Christian Zarifian et Hervé Bienfait.

  • Production : Ludovic Sellier
  • Réalisation : Jean-Yves Bizé
  • Le pays d'ici - Le Havre 1/3 : 2- De ce côté-là de l'eau
  • 1ère diffusion : 15/11/1995
  • Indexation sonore : Sandrine England, documentation sonore de Radio France.

Vous pouvez écouter les deux émissions suivantes que Ludovic Sellier consacrait au Havre pour "Le pays d'ici" en 1995 :" Les Neiges éternelles" et" Impression soleil levant ?".

Chroniques
1H01
35 min
Les Nuits de France Culture
Bonnes nouvelles, grands comédiens - André Dussollier dit trois textes d’Anton Tchekhov (1ère diffusion : 06/01/1983)
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......