LE DIRECT
Chris Marker, autoportrait au Rolleiflex, circa 1960 et Dessin de Guillaume en Egypte, affiche exposition Cinémathèque (recadrée)

"Chris Marker était quelqu'un qui, impulsivement, écrivait, on a l’impression qu'il écrivait plus vite qu'il ne pensait"

30 min
À retrouver dans l'émission

2018 |A l'occasion de l'exposition qui lui est consacrée à la Cinémathèque française, Albane Penaranda propose une "Nuit Chris Marker" avec des archives et des entretiens, pour commencer avec Raymond Bellour et Christine Van Assche. Entretien 1/3 avec les co-commissaires de l'exposition.

Chris Marker, autoportrait au Rolleiflex, circa 1960 et Dessin de Guillaume en Egypte, affiche exposition Cinémathèque (recadrée)
Chris Marker, autoportrait au Rolleiflex, circa 1960 et Dessin de Guillaume en Egypte, affiche exposition Cinémathèque (recadrée) Crédits : Cinémathèque, 2018

Homme-siècle, homme-monde, homme-chat… Qui était Chris Marker, qu'un seul film, court et de science-fiction qui plus est, aura suffi à ranger parmi les noms mythiques du cinéma ? Qui était l'auteur du Fond de l'Air est rouge, de Sans Soleil et de Level Five ? Qui était le réalisateur qui, par un art du montage peu commun, sut saisir mieux que personne l'ironie tragique de l'histoire de son siècle ? Qui était cet homme secret, réfractaire aux médias, qui jouait de fausses identités et de biographies farceuses pour brouiller les pistes ? Un cinéaste-essayiste, politique et poétique, un photographe, inlassable voyageur, témoin et acteur de son temps, musicien clandestin, dessinateur, à ses heures, et créateur multimédia, qui s'emparait avec enthousiasme de toutes les innovations technologiques. Il fut tout cela et peut-être toujours, au cœur de tout cela, un écrivain.

Son œuvre foisonnante et protéiforme, on peut la découvrir à la Cinémathèque française qui consacre à Chris Marker une exposition, et une rétrospective intégrale de ses films et vidéos, qui s'achèvera elle à la fin du mois de mai. Avec cette "Nuit Chris Marker", nous avons voulu nous associer à l'événement pour saluer l'auteur de La Jetée et encourager nos auditeurs à se rendre sans tarder à la Cinémathèque. 

Pour éclairer le parcours, l'œuvre et la personnalité de Chris Marker, nous avons fait appel au Président de la Cinémathèque, Costa-Gavras, qui était l'un de ses proches amis, à Christine Van-Assche, commissaire générale de l'exposition, et à l'écrivain et critique Raymond Bellour, commissaire associé. Tout au long de cette Nuit, en leur compagnie et à l'écoute d'archives puisées dans le fonds de l'INA, nous tentons de dégager les grands thèmes et les différentes périodes d'une œuvre d'images, de sons et de mots, parmi les plus riches et les plus personnelles qui soient. 

À la Cinémathèque française, du 3 mai au 29 juillet 2018, exposition "Chris Marker, les 7 vies d'un cinéaste", Christine Van Assche (commissaire générale), Raymond Bellour et Jean-Michel Frodon (commissaires associés), et jusqu'à la fin du mois de mai rétrospective intégrale de ses films. 

Christine Van Assche (commissaire générale) explique l'idée qui a guidé cette exposition : 

La demande de La Cinémathèque était de travailler à partir des archives acquises pour son fonds. Cela nous a permis de reconsidérer le travail de Marker, le personnage, et surtout d'élargir notre point de vue sur cet auteur et artiste que nous pensions bien connaitre. Nous avons repoussé les limites, élargi les frontières et rajouté des éléments de ses débuts, des années 45 à 65 qui ne sont pas très connues.

Raymond Bellour ajoute : 

Nous avons été bouleversés par la masse des archives. Il y a l’équivalent de 570 cartons. C'est effarant. L'exposition sera terminée que l'ensemble des archives ne sera pas complètement inventoriée. On se retrouve devant quelqu'un qui a tout gardé, qui dormait très peu, qui a beaucoup classé, beaucoup découpé. Il a 470 dossiers documentaires classés par ordres alphabétique sur les sujets les plus divers. 

Raymond Bellour à propos de la notion de "film-essai" expérimentée par Chris Marker : 

Il y avait simultanément une image avec son commentaire qui était montée avec une autre image avec son propre fragment de commentaire ce qui donne une intrication entre la bande-image et la bande-son (la bande-texte), qui était absolument nouvelle à l'époque. Cela fonde Marker comme écrivain avait tout, comme écrivain de cinéma si vous voulez. [...] On a l’impression qu'il écrivait plus vite qu'il ne pensait. Il y avait une sorte d'automatisme de l'écriture qui parfois pouvait le conduire à une relative obscurité. C'était quelqu'un qui, impulsivement, écrivait.

Ecouter l'entretien de la "Nuit Chris Marker" avec Costa-Gavras, le deuxième entretien avec Raymond Bellour et Christine Van Assche, le troisième et dernier entretien avec Raymond Bellour et Christine Van Assche.

  • Production : Albane Penaranda 
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France

Chroniques

0H30
1h

Les Nuits de France Culture

Qui était Chris Marker ?

Bibliographie

Intervenants
  • directeur de recherches au CNRS, historien du cinéma, romancier
  • Historienne de l'art, membre du comité scientifique de Chris Marker à la Cinémathèque française
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......