LE DIRECT
Couverture du catalogue de l'Exposition "Oulipo" à la BNF, dir. Claire Lesage et Camille Bloomfield
Épisode 7 :

Paul Fournel : "De Guignol à l’Oulipo, j’ai un éventail de relations avec les textes d’une richesse incroyable"

2h31
À retrouver dans l'émission

1996 |En mars 1996 dans l''émission Le Bon Plaisir, Paul Fournel, aux côtés de ses amis artistes et éditeurs, revenait sur son enfance, son parcours, ses influences littéraires, ses passions, son intérêt pour le personnage de Guignol et décrivait le fonctionnement de l’Oulipo.

Paul Fournel au salon du Livre 2012
Paul Fournel au salon du Livre 2012 Crédits : Garitan

Que peuvent bien avoir en commun le poète Jacques Roubaud, la ville de Saint-Etienne, le personnage de Guignol, l’éditrice Claire Paulhan, la bicyclette, et des livres aux titres aussi évocateurs que Le Jour que je suis grand, Les petites Filles respirent le même air que nous ou encore Les grosses Rêveuses ? La réponse tient en deux mots : Paul Fournel. Ecrivain, poète, auteur dramatique, éditeur, membre de l’Oulipo qu’il rejoignit en 1972 et auteur du premier livre jamais consacré à l’ouvroir de littérature potentielle, Clefs pour la littérature potentielle parue chez Denoël la même année, il est aussi l’homme de plusieurs passions qu’il évoquait au micro de Georges Léon dans son Bon Plaisir diffusé sur France Culture en mars 1996. Il rappelait ainsi aux auditeurs le fonctionnement de l’OuLiPo et les prérequis pour en devenir membre.

Il n’y a pas deux façons d’être oulipien. L’Oulipo, c’est une mosaïque de personnalités, de compétences, d’œuvres en devenir complètement hétéroclite et qui pourtant ont quelque chose de commun. Lorsqu’on recrute un nouveau membre à l’Oulipo, il y a d’abord un problème d’harmonie humaine existentiel, peut-être encore davantage que d’harmonie technique. Il n’y a pas d’orthodoxie oulipienne.

A l’occasion de cette émission, il avait réuni autour de lui nombre de ses amis, ceux de l’Oulipo d’abord, Jacques Jouet, Marcel Bénabou, Jacques Roubaud, François Caradec, Paul Braffort et Hervé Le Tellier, mais aussi la nouvelliste Annie Saumont, les éditrices Claire Paulhan et Francine Perceval, Jean-Guy Mourguet (descendant de Laurent Mourguet, le créateur de la marionnette Guignol auquel Paul Fournel consacra plusieurs livres), ainsi que les musiciens de la compagnie La Pie Rouge, la chanteuse Anne Sylvestre, et le pianiste Philippe Davenet, grâce à qui cette émission prenait un tour résolument musical. Il expliquait en quoi le personnage de Guignol l’intéressait et lui permettait de se situer dans son travail d’oulipien.

De Guignol à l’Oulipo, j’ai un éventail de relations avec les textes d’une richesse incroyable. Guignol répond à la question : "qu’est-ce qu’on écrit quand on ne sait pas écrire ?". Laurent Mourguet a créé un personnage aussi important que Guignol sans jamais avoir écrit un seul texte. A l’opposé j’ai tous les virtuoses [de la littérature] à ma disposition : "qu’est-ce qu’on écrit quand on peut tout écrire ?". Tout mon travail s’inscrit entre ces deux extrêmes.

  • Par Georges Léon 
  • Chansons de Paul Braffort, La Pie Rouge (Sylvie Habault et Guy Faucon), Philippe Davenet et Anne Sylvestre 
  • Réalisation : Pamela Doussaud
  • Indexation web : Etienne Rouch, Documentation Sonore de Radio France
  • Le bon plaisir de Paul Fournel (1ère diffusion : 23/03/1996)
  • Archive Ina-Radio France

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......