LE DIRECT
Satyajit Ray, 1974
Épisode 5 :

Satyajit Ray ou la mémoire perdue de la Renaissance bengalie

1h25
À retrouver dans l'émission

1994 |Le cinéaste Satyajit Ray est considéré comme l'un des héritiers de la "Renaissance du Bengale", vaste mouvement culturel et politique né au XIXème siècle. C'est le sujet du documentaire de Marie-Christine Navarro, "Satyajit Ray ou la mémoire perdue de la Renaissance bengalie", diffusé en 1994.

Photographie extraite de "La Trilogie d'Apu", troisième opus de la trilogie "Apur Sansar" (1959) du cinéaste Satyjiat Ray.
Photographie extraite de "La Trilogie d'Apu", troisième opus de la trilogie "Apur Sansar" (1959) du cinéaste Satyjiat Ray. Crédits : Films sans Frontières (www.films-sans-frontieres.fr/trilogiedapu/presse/)

On situe la "Renaissance Bengalie" à partir du XIXème siècle jusqu'au milieu du XXème siècle. Il s'agit d'une période de renouveau intellectuel et artistique, de remises en cause religieuses et sociales, d'ouverture à la modernité occidentale alors qu'émergeaient les mouvements indépendantistes. Le compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe Rabindranath Tagore est l'une des figures majeures de cette renaissance. 

En quoi le cinéaste Satyajit Ray peut-il être considéré comme l'un des derniers héritiers de cette renaissance d'un Bengale qui allait se fracasser dans la tragédie d'une guerre civile dans les années 1970 ? C'était en éclairant cette question que ce documentaire tentait de cerner ce que le cinéma de Satyajit Ray - disciple de Tagore et fils de la grande bourgeoisie éclairée de Calcutta – portait encore de l'esprit de la Renaissance Bengalie.

France Bhattacharya à propos de la "Renaissance du Bengale" : 

Je crois vraiment que Satyajit Ray est l'héritier, peut-être même le dernier héritier de la tradition de ce que l'on a appelé la "Renaissance du Bengale". Cela a été la renaissance de l'Inde, mais ça a commencé par le Bengale. La plus grande floraison de personnalités venait du Bengale. Cette période a commencé dans les années 1830-1840 et a continué jusqu'à Satyajit Ray. Il en a été le dernier feu d'artifice. 

Sur les fondements historiques et politiques de cette renaissance : 

A partir de la création de Calcutta, il y a eu un grand mouvement d'idées au Bengale. Les Bengalis ont assimilé un certain nombre de données de la pensée occidentale. Cette culture bengalie est devenue une sorte de modèle pour l'ensemble de l'Inde. Celui que l'on appelle le père de l'Inde moderne, Râm Mohan Roy, a lancé un mouvement de réformes religieuse et sociales dont se réclament à la fois Tagore et Ray. 

Satyajit Ray ou la mémoire perdue de la Renaissance bengalie est un documentaire signé par Marie-Christine Navarro pour lequel elle a interrogé Yves Véquaud (écrivain, ethnologue et spécialiste de l'Inde), France Bhattacharya (professeur de littérature et civilisation du Bengale à l'INALCO), Prithwindra Mukherjee (ethnomusicologue, poète, traducteur) et Marie Percot (anthropologue). 

Ces entretiens sont illustrés par des lectures de textes de Rabindranath Tagore et Satyajit Ray par Frédérique Cantrel et Christophe Lemée.

  • Par Marie-Christine Navarro 
  • Réalisation : Christine Berlamont
  • La matinée des autres - Satyajit Ray ou la mémoire perdue de la Renaissance bengalie (1ère diffusion : 26/04/1994)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Intervenants
  • Professeure émérite des universités, Institut national des Langues et civilisations orientales.
  • Anthropologue, ethnologue, chercheuse, Centre national de la recherche scientifique. laboratoire d'anthropologie urbaine/IIAC (CNRS-EHESS).
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......