LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sur le Rhône : Navigations buissonnières et autres explorations sensibles
Épisode 4 :

"Pierres des chemins, paysages" : la vie d'autrefois dans les Alpes de Haute Provence

1h20
À retrouver dans l'émission

En 1993, les "Nuits magnétiques" consacraient une série en quatre volets à la vie d'autrefois dans les Alpes de Haute Provence. Le troisième volet raconte l'activité des colporteurs, étameurs, rempailleurs, facteurs, etc. et comment ils étaient impatiemment attendus par les villageois.

La Tête de Louis XVI et la rivière Ubaye vues de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), août 2020.
La Tête de Louis XVI et la rivière Ubaye vues de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), août 2020. Crédits : Cédric Frémi - Radio France

Les cailloux, les arbres, les oratoires, les calvaires, mais aussi le son des cloches des églises, étaient autant de repères sur les chemins de Haute Provence pour les travailleurs itinérants qui passaient d'une vallée à l'autre, dans un pays enneigé sept mois de l'année.

Les colporteurs, les chaudronniers, les rempailleurs, les étameurs, étaient autrefois très attendus dans les villages des Alpes de Haute Provence.

Dans une série de quatre documentaires, Catherine Soullard retraçait, en 1993, la vie d'autrefois dans les Alpes de Haute Provence. Dans le troisième volet, "Pierres des chemins, paysages" elle était allée poser et tendre son micro à Barcelonnette, dans la vallée de l'Ubaye, à Forcalquier, Saint-Michel-l'Observatoire, Reillanne, Banon, Apt... 

Cette histoire du passé débute par le témoignage d'un villageois qui évoque l'époque où un forgeron exerçait encore à Saint-Michel-l'Observatoire. Dans les années 60, après la lente disparition des chevaux de trait, le métier des forgerons a évolué avec l'apparition des machines agricoles qu'il fallait entretenir. "Les chevaux qui subsistent sont des chevaux de promenade, ils n'ont rien à voir avec les chevaux de trait", nous explique-t-il. 

Un autre villageois se souvient de ce personnage très important dans la vie du village, le colporteur :

L'inventaire du colporteur était une espèce de caisse un peu comme une table de nuit avec de multiples tiroirs, il y avait les épingles, les rubans, les ciseaux. Il y avait des images, beaucoup d'images pieuses, et en-dessous des images un peu plus légères. Et puis il y avait des miroirs, des petits flacons de parfum. (...) 

et de ses activités parfois surprenantes : 

Certains colporteurs faisaient commerce de cheveux de femme. Ils achetaient les cheveux à des femmes du village, matière première pour alimenter le commerce des perruques. L'astuce du colporteur c'était le foulard qu'il leur donnait pour se couvrir la tête qui avait perdu leur chevelure largement coupée...

  • Par Catherine Soullard 
  • Réalisation : Isabelle Jeanneret
  • Nuits magnétiques - Pierres des chemins, paysages (1ère diffusion : 14/10/1993)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Chroniques
3H06
34 min
Les Nuits de France Culture
Jean-Louis Michelot : "Le Rhône a une importance très forte pour l’humanité, selon Elisée Reclus c’est le chemin des nations"
3H17
17 min
Les Nuits de France Culture
Paule Chavasse : "Avignon est très fière d’avoir abrité sept papes au cours du quatorzième siècle"
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......