LE DIRECT
Monument aux Morts de Saint-Paul  : Plaques commémoratives de l'appel du 18 juin
Épisode 20 :

Jean Cassou : "Au printemps 1943 la Résistance était devenue une puissance, je sentais vivre et palpiter tout un Toulouse clandestin"

1h08
À retrouver dans l'émission

1964 |En 1964, une série d'émissions était diffusée pour les les 20 ans de la Libération, avec une thématique sur "La Géographie de la Résistance" qui proposait "Le Sud" avec des témoignages de Jean Cassou et Jean-Pierre Vernant, et une autre série sur "La Presse et la Littérature clandestine".

L'Occupation par l'Allemagne, des tanks allemands arrivent à Toulouse dans le Sud Ouest de la France,  le 12 novembre 1942.
L'Occupation par l'Allemagne, des tanks allemands arrivent à Toulouse dans le Sud Ouest de la France, le 12 novembre 1942. Crédits : Photo by ullstein bild/ullstein bild via Getty Images - Getty

En juin 1964 alors qu'on allait célébrer bientôt le vingtième l'anniversaire de la Libération, France Culture lançait une grande série consacrée à la Résistance : "1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l'histoire". Ce programme déployait de multiples thématiques dans une trentaine d'émissions au total. 

Parmi elles, une série intitulée "La Géographie de la Résistance". Après la Bretagne, la Normandie, le Nord, l'Est, le Sud-est, le Sud était l'une des pages de cet atlas sonore de la Résistance. Le Sud faisait l'objet de trois émissions. Dans le second volet, diffusé ce soir, on découvrait, dans le détail, les activités des résistantes et des résistants dans le Languedoc, à Toulouse, mais aussi dans l'Ariège, le Tarn et le Lot.

L’homme de la résistance toulousaine, au début, fut le colonel Cahuzac qui mourra en héros, puis la figure de François Verdier s’impose à la mémoire, celle de Jacques Renouvin qui sera torturé et mourra à Mauthausen, et bien d’autres, comme Georges Papillon, qui rallia la Résistance en 1943 et participa au mois de juin à des parachutages dans le Sud-ouest. Interné à la prison de Fontainebleau, il fut exécuté sommairement le 17 août 1944 à Arbonne. Charles d’Aragon aujourd’hui maire de la commune de Saliès, fut l’un des premiers animateurs de la Résistance dans le Languedoc, il se souvient du mouvement de la "Dernière colonne" fondé par Emmanuel d’Astier de la Vigerie, (la "Dernière colonne" deviendra "Libération-Sud", un des trois mouvements de la Résistance non communiste de la zone sud).

On sentait fermenter une sorte de refus de ce que représentait non seulement l’occupation d’un pays par un autre mais l’hitlérisme lui-même. (...) J'ai rencontré Jean Cassou et ceux qui avaient fondé le mouvement "Libérer et Fédérer" dont il faudra un jour écrire l'histoire. Je voudrais dire quelle extraordinaire fraternité il y avait entre les gens de tendances diverses dans ce Languedoc. 

Jean Cassou témoigne à son tour de son arrivée à Toulouse en 1941. Il rejoint le "réseau Bertaux", qui fut le premier de la zone sud à être en relation avec Londres. Il est arrêté en décembre 1941. 

A ma sortie de prison, au printemps 1943, j'ai retrouvé une situation tout à fait différente concernant l'action résistante, elle n'avait plus cet aspect artisanal et rudimentaire des débuts, la Résistance était devenue une grande personne, c'était une puissance avec ses services administratifs, ses groupements d'actions et toute sa vie secrète. Je sentais vivre et palpiter, sous les apparences extérieures, tout un Toulouse clandestin. (...) Les traditions historiques du pays d'Oc revivaient alors et montraient un pays de réfractaires et de cœurs passionnés et généreux. 

Il évoque une figure de la Résistance toulousaine :

Nos morts ont été nombreux, qu'il me suffise de rappeler la figure de l'un des plus illustres de ces héros, François Verdier, dit Forain, un des principaux organisateurs de la Résistance de la région, arrêté, torturé et dont le corps affreusement mutilé a été retrouvé en janvier 44 dans la forêt de Bouconne.  

Autre témoignage, celui du philosophe et sociologue Jean-Pierre Vernant, qui assurait le commandement de l’armée secrète sur le plan départemental, "il fallait engager la bataille contre l'armée allemande sur les plans ou c'était immédiatement possible et d'abord couvrir tout notre secteur d'un réseau de renseignements tel que les Allemands ne puissent rien faire sans que l'état-major allié n'en soit aussitôt averti"

Dans le second temps de l'émission on retrouvait un épisode d'une autre thématique intitulée "La Presse et la Littérature clandestine".

  • Par Stanislas Fumet (32) ; Roger Pillaudin et Jacques Debû-Bridel (33) 
  • Réalisation Paul Ventre (32) et Henri Soubeyran (33)
  • 1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l'histoire 16/29 : -32 : Géographie de la Résistance : Le Sud, 2ème partie, -33 : La Presse et la Littérature clandestine, 1ère partie (1ère diffusion : 25 et 27/06/1964)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......