LE DIRECT
Monument aux Morts de Saint-Paul  : Plaques commémoratives de l'appel du 18 juin
Épisode 22 :

Charles Tillon : "Groupes mobiles, action immédiate et quotidienne contre tout l’appareil allemand : le principe des FTP c’était être insaisissables"

53 min
À retrouver dans l'émission

1964 |En 1964 une série d'émissions était produite pour les 20 ans de la Libération, dont "La Résistance racontée par ceux qui l’on faite" avec un témoignage de Charles Tillon, commandant des FTP, sur la tactique de la guérilla et un volet sur "La Presse et la Littérature clandestine" (3ème partie).

En 1943, des résistants d'un maquis sont en train de faire un sabotage sur les rails d'une ligne de chemin de fer.
En 1943, des résistants d'un maquis sont en train de faire un sabotage sur les rails d'une ligne de chemin de fer. Crédits : afp - AFP

Deux volets de la série "1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l'histoire" diffusée en 1964 pour commémorer les vingt ans de la Libération. Tout d'abord un volet de la collection "La Résistance racontée par ceux qui l'ont faite" sur la tactique de la guérilla et enfin, dans la seconde partie, un volet de "La Presse et la Littérature clandestine" avec le concours de Jacques Debû-Bridel, d'Elsa Triolet, Claude Aveline, Jean Topart, Loleh Bellon et René Farabet.

Charles Tillon qui fut commandant en chef des FTP, explique la tactique de la guérilla, il revient sur le développent du mouvement des Francs-tireurs et partisans, issu directement, fin 1941, de l’O.S (Organisation spéciale) qui était avant tout un groupe d’auto-défense. 

Fin 1941, les bases des Francs-Tireurs et partisans sont jetées : 

Nous voulions organiser non seulement des groupes de FTP, mais aussi constituer des réserves, parce que nous savions très bien que le moment viendrait mais qu’il était prématuré d’envisager de grandes organisations sur le plan de la lutte armée, nous sommes fin 41. Il va falloir établir, d’une part, la tactique et d'autre part, l’organisation des FTP. Ce sera deux groupes de quatre qui peuvent combattre ensembles ou séparément. Et nous nous en tiendrons longtemps, jusqu’en 43, au groupe. Avec dans chaque groupe un responsable de recrutement, un responsable à l’armement… parce qu’il faut le dire, nous avions parfois un pistolet pour huit hommes ! On peut le dire vingt après : nous n’avons pas reçu beaucoup d’armes, nous les FTP !

Et pour recruter un vivier de résistants ? 

Notre maquis à nous, c’est maquis des hommes, le maquis du faubourg, le maquis de l’usine. Donc il fallait rester à l’usine autant que possible, rester légal autant que possible. 

Le passage à l'action demandait un immense travail de préparation :  

Puis, chaque forme de combat a été étudiée, comment organiser un déraillement, comment éditer des brochures pour l’expliquer, etc. Nous avons constitué des comités militaires dans les départements. Je ne vexerai personne en disant qu’il Il y a eu des divergences entre notre conception de la lutte armée et celle de la France Libre, c’est parce qu’elles existaient qu’ensuite nous nous sommes mis à en discuter. Nous, nous voulions des groupes mobiles, l'action immédiate et quotidienne contre tout l’appareil allemand, le principe des FTP c’était être insaisissables. 

Dans la second partie de cette archive on entend un épisode de la série "La Presse et la Littérature clandestine" (3ème partie). Il est question de Vercors, d'Edith Thomas, et même d'un roman de John Steinbeck, Nuits noires édité aux éditions de Minuit en 1942. Jacques Debû-Bridel évoque son livre Angleterre, d'Alcuin à Huxley, publié sous le nom d'Argonne, qui était son pseudonyme en clandestinité, publié aux Éditions de Minuit en 1943. Claude Aveline évoque son récit Le Temps mort. Il y évoque le temps entre l'arrestation dans un train ordinaire et l'expédition dans un train de la mort d'une jeune résistante, Clémence. 

  • Par Francis Crémieux (36) ; Roger Pillaudin et Jacques Debû-Bridel (37) 
  • Réalisation : Henri Soubeyran (37)
  • 1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l'histoire 18/29 : -36 : Racontée par ceux qui l'ont faite : La tactique de la guérilla, -37 : La Presse et la Littérature clandestine, 3ème partie (1ère diff : 29/06 et 04/07/1964)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......