LE DIRECT
Monument aux Morts de Saint-Paul  : Plaques commémoratives de l'appel du 18 juin
Épisode 7 :

Georges Brutelle : "On pensait dans cette bonne ville de Rouen que Pétain essayait de sauver la France et qu'il n'y avait pas d'autre solution que l'Armistice"

59 min
À retrouver dans l'émission

1964 |En 1964, France Culture proposait une série de documentaires pour commémorer les 20 ans de la Libération, parmi eux une thématique sur la géographie de la Résistance. L’émission consacrée à la Normandie diffusait plusieurs témoignages dont ceux des résistants Georges Brutelle et Odette Duchez.

En 1944 un photographe et deux résistants, dans les ruines de Rouen,  la libération de la ville, avec la Cathédrale au fond.
En 1944 un photographe et deux résistants, dans les ruines de Rouen, la libération de la ville, avec la Cathédrale au fond. Crédits : Photo by Keystone/Getty Images

Lors de cette seconde Nuit de la Résistance, nous vous proposons d'écouter des archives datant de juin 1964, alors que l'on se préparait, en France, à célébrer le 20ème anniversaire de la Libération. 

Pour cette occasion, France Culture diffusait une grande série intitulée "1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l’Histoire", plusieurs documentaires sur plus de 30 heures, à la fois chronologiques, géographiques et thématiques. Une somme de témoignages de celles et ceux qui avaient servi la Résistance, des plus célèbres aux plus anonymes.

Parmi ces séries d'émissions, il y avait la "Géographie de la Résistance" produite par Stanislas Fumet et Harold Portnoy. La Normandie était l'une des pages de cet atlas géographique sonore de la Résistance. L'idée était de parcourir les régions diverses du pays suivant un dessin circulaire, une ligne spirale, sans obéir forcément, dans ce secteur des émissions, à la chronologie, puisque les régions n'étaient pas toutes nées à la Résistance à la même heure. 

Dans le quatrième volet numéro, il était donc question de la Normandie, l'une des provinces françaises ayant le plus souffert durant la Seconde guerre mondiale. Celle dont la destinée était d'être la terre du débarquement, a connu, avant "le jour le plus long", d'effroyables bombardements sur Rouen, Caen, Sotteville, et bien d'autres endroits. Ainsi, Rouen a subi 28 raids aériens faisant 2000 victimes. 

La Résistance est née de façon sporadique en Normandie, avec la création de groupes locaux à Rouen, au Havre, au Tréport. Georges Brutelle témoigne des débuts de cette résistance, il avait dix-sept ans et était à l'Ecole Normale des instituteurs à Rouen : 

Nous avions constitué un groupe d’étudiant, un groupe socialiste dont j’étais le secrétaire, lorsqu’en 1940 la ville a été sur le point d’être occupée par les Allemands, (...) nous nous sommes réunis, nous étions trente-cinq, nous étions plein d'espoir, persuadés que l’on arrêterait les Allemands sur la Seine et que la France serait enfin libérée. Nous avons envisagé, dans le cas où les Allemands iraient jusqu'à la Loire, d'organiser des activités de résistance. La séance s'est arrêtée sur une sorte de serment non formel.

Il se souvient du contexte local et des premières actions de ce groupe : 

Ce n'était pas commode, 95% des Français étaient pétainistes. Ils n'avaient pas vu d'autre solution que l'Armistice . On pensait dans cette bonne ville de Rouen que Pétain essayait de sauver la France. Nous ne pouvions être que des trublions dans cette affaire. Nous achetions des étiquettes aussi grandes que possible qui servent aux écoliers à identifier leur livre de classe. Sur ces étiquettes nous écrivions : "La République n'est pas morte", "Français regroupez-vous vous pour défendre vos libertés" ou "Vive la République". C'était une action qui n'était pas sans risque car les Allemands n'hésitaient pas à fusiller les enfants. 

Odette Duchez, raconte ensuite comment son mari, René Duchez, déroba les plans du mur de l'Atlantique à la Gestapo. Elle était elle-même chef du renseignement du réseau Centurie et fut déportée à Ravensbrück.

Enfin l'émission nous fait revivre le débarquement et les dernières journées qui l'ont précédé et ce qui est resté dans les mémoires comme "la semaine rouge" à Rouen, du 30 mai au 6 juin 1944. 

Dans un second temps était diffusé un épisode d'une autre série intitulée "La Résistance racontée par ceux qui l'ont faite". Sur le thème "Nous étions une poignée" des résistants expliquent ce qu'ils ont ressenti en écoutant l'appel du 18 juin et comment ils ont rejoint les rangs de la Résistance. 

  • Par (7) Stanislas Fumet ; (8) Francis Crémieux 
  • Réalisation : Paul Ventre (7)
  • 1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l'histoire 4/29 : -7 : Géographie de la Résistance : La Normandie, -8 : La Résistance racontée par ceux qui l'ont faite : Nous étions une poignée (1ère diffusion : 10/06/1964)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......