LE DIRECT
Kamilya Jubran, chanteuse, joueuse d’oud et de quanoun, née en Israël de parents palestiniens.

Kamilya Jubran : "L’improvisation fait partie intégrante de la musique arabe"

29 min
À retrouver dans l'émission

2018 |Kamilya Jubran chante les poètes de son temps. Elle est l'une des figures les plus contemporaines et les plus singulières de la musique arabe moderne. Libre citoyenne d'un monde musicale sans frontière, elle y multiplie les recherches, les expérimentations et les rencontres artistiques.

Kamilya Jubran, chanteuse, joueuse d’oud et de quanoun, née en Israël de parents palestiniens.
Kamilya Jubran, chanteuse, joueuse d’oud et de quanoun, née en Israël de parents palestiniens. Crédits : Claude Lefèvre

Les chansons populaires d'Égypte, les sons et les voix du soufisme, le oud de Bagdad à Grenade, la musique libanaise, les rites de possession des Gnawas et Cheikha Rimitti sont au programme de cette deuxième Nuit consacrée aux musiques et aux voix du monde arabe. Chanteuses et compositrices, s'accompagnant du oud l'une et l'autre, deux des grandes voix arabes d'aujourd'hui, la syrienne Waed Bouhassoun et la palestinienne Kamilya Jubran, nous font l'amitié d'être avec nous. Dans cette Nuit, par les voix de tous ceux que nous entendons, par celles de Waed Bouhassoun et Kamilya Jubran, par les cordes pincées d'un luth, la poésie recouvre pour un moment les sinistres nouvelles qu'on nous donne à présent de l'Orient. 

Pour le deuxième entretien de cette nuit, Albane Penaranda accueille Kamilya Jubran une artiste qui chante les poètes de son temps. Elle est l'une des figures les plus contemporaines et les plus singulières de la musique arabe moderne. Libre citoyenne d'un monde musicale sans frontière, elle y multiplie les recherches, les expérimentations et les rencontres artistiques.  

Chanteuse, joueuse d’oud et de quanoun, elle est née en Israël de parents palestiniens. Membre du groupe Sabreen durant deux décennies, elle mène aujourd’hui une recherche plus personnelle enrichie au gré de ses collaborations musicales. 

Très jeune, son père, luthier, l’initie à la pratique du oud instrument dont elle dira "C’était ma poupée préférée". Au début des années 80 elle s’installe à Jérusalem et rejoint le groupe Sabreen qu’elle accompagnera durant vingt ans.  

C’est un groupe qui a marqué cette génération. Sabreen est devenu un groupe presque mythique par sa proposition d’une identité moderne culturelle palestinienne et arabe.

Admiratrice du très populaire répertoire égyptien des années 60 qu’elle pratique et écoute dans son enfance, elle voit dans les chansons de résistance qui émanent de tous les pays arabes dans les années 70, une alternative à la chanson populaire. L’écoute des grands maitres de chant classique arabe de la fin du XIXème siècle a aussi forgé sa culture musicale.

En 2011, Kamilya Jubran s’installe en Europe pour y creuser le sillon d’une recherche plus personnelle. Elle collabore avec d’autres musiciens tels le trompettiste Werner Hasler ou la contrebassiste Sarah Murcia. Pour elle, au même titre que pour le blues ou le jazz, "l’improvisation fait partie intégrante de la musique arabe".

Ecouter le 3ème et dernier entretien de la Nuit avec Kamilya Jubran

Ecouter le 1er entretien de la Nuit avec Waed Bouhassoun

Ecouter la Nuit Musiques et Voix du Monde Arabe 1/2

  • Production : Albane Penaranda 
  • Avec Kamilya Jubran
  • Réalisation : Virginie Mourthé 
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour 
  • Indexation web : Odile Joëssel, Documentation Sonore de Radio France

Chroniques

3H38
55 min

Les Nuits de France Culture

Existe-t-il une musique libanaise ?
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......