LE DIRECT
"De toda la vida" couverture des mémoires de Pepita Carpena, 2000.

Pépita Carpeña sur ses compagnons syndicalistes : "Tu ne pouvais pas aller dans une maison si pauvre qu'elle soit où tu ne voyais pas une bibliothèque"

1h05
À retrouver dans l'émission

1996 |Pépita Carpeña, figure féminine et féministe de la guerre d’Espagne retrace dans un épisode de la collection "Mémoires du siècle" son enfance barcelonaise et ses engagements syndicaux, politiques et féministes, (1ère diffusion : 20/08/1996).

"De toda la vida" couverture des mémoires de Pepita Carpena, 2000.
"De toda la vida" couverture des mémoires de Pepita Carpena, 2000. Crédits : Editions du monde Libertaire / Editions Alternative Libertaire

Pépita Carpeña, figure féminine et féministe de la guerre d’Espagne retrace dans un épisode de la collection « Mémoire du siècle » qui lui est consacré, son enfance barcelonaise et ses engagements syndicaux, politiques et féministes. 

Pépita Carpeña grandit à Barcelone dans une société machiste et corsetée par les principes de l’Eglise. Sa famille est pauvre et la seule diversion des jeunes de l'époque est le bal. C’est là, qu’à 14 ans, elle rencontre des jeunes travailleurs engagés et qu'elle intègre la CNT - Confédération Nationale du Travail, une organisation anarcho-syndicaliste.

De cette époque elle dira "Là, j'ai appris vraiment, je les remercie ces hommes !". La culture, l’éducation sont mis en avant par ses compagnons :

Ils n'avaient pas de quoi manger mais tu ne pouvais pas aller dans une maison si pauvre qu'elle soit où tu ne voyais pas une bibliothèque.

Débute la guerre civile et ses camarades masculins rejoignent les contingents volontaires. "Moi aussi je voulais aller au front" se rappelle-t-elle.  Son compagnon meurt au combat en 1938. De son engagement dans la guerre au côté des révolutionnaires anarchistes elle dit :

J'y ai cru fermement, j'étais jeune, pleine d'illusions.

Pendant la guerre, elle constate que "les femmes se sont épanouies". Les circonstances ont fait bouger la société et Pépita Carpeña, consciente de la nécessité de faire entendre leurs voix adhère au groupe féministe "Femmes Libres" et soutient les actions militantes de Federica Montseny contre la prostitution et pour l'avortement. 

Puis c’est la débâcle pour les Républicains "une grande cohue, 500 000 personnes se sont retrouvées sur la route de Catalogne". Malade, Pépita quitte l’Espagne pour la France où elle résidera jusqu’à sa mort en 2005.

  • Par Philippe Esnault
  • Réalisation : Michel Bossuet
  • Mémoires du siècle - Pépita Carpeña, résistante pendant la guerre d'Espagne (1ère diffusion : 20/08/1996)
  • Indexation web : Odile Joëssel, Documentation sonore de Radio France

Chroniques

3H14
39 min

Les Nuits de France Culture

La Nuit rêvée de Didier Daeninckx - Entretien 2/3
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......