LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Painter Jackson Pollock, cigarette in mouth, dropping paint onto canvas.

Jackson Pollock, une possibilité d'être

30 min
À retrouver dans l'émission

En acceptant d'affronter ses démons intimes dans sa peinture, en développant une technique qui accordait une place importante à l'instinct et au geste, en repoussant toujours plus loin les limites de ses immenses toiles, il a inventé un art à la démesure de l'Amérique.

Painter Jackson Pollock, cigarette in mouth, dropping paint onto canvas.
Painter Jackson Pollock, cigarette in mouth, dropping paint onto canvas. Crédits : Martha Holmes/The LIFE Picture - Getty

Pollock disait : « Quand je suis dans mon tableau, je ne suis pas conscient de ce que je fais. C’est seulement après une espèce de « prise de connaissance » que je vois ce que j’ai voulu faire. Je n’ai pas peur d’effectuer des changements, de détruire l’image, parce qu’un tableau a sa vie propre. J’essaie de la laisser émerger. C’est seulement quand je perds le contact avec le tableau que le résultat est chaotique. Autrement il y a harmonie totale, échange facile, et le tableau est réussi. »

Né en 1912 dans l'Ouest américain, au sein d'une famille de pionniers qui comptait déjà quatre garçons, dont un aîné remarquablement doué pour le dessin et la peinture, il dut d'abord se battre pour devenir «le meilleur artiste de la famille Pollock». Son accession à un début de reconnaissance, puis à une relative notoriété, et enfin à une gloire éclatante au tournant des années 50, fut lente et douloureuse. Elle s'est accomplie dans un voisinage constant avec l'alcoolisme, le chaos, la mort.

Le "génie" hors norme que l'Amérique attendait

Il est devenu, pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à sa mort tragique en 1956 dans un accident de voiture, le "génie" hors norme que l'Amérique attendait. Comme l'écrivent Steven Naifeh et Gregory White Smith : «Aucun artiste, à l'exception peut-être du Caravage et de Van Gogh, n'a eu une existence aussi tumultueuse. Pollock fut à l'art américain ce qu'Hemingway fut pour la littérature et James Dean pour le cinéma

Cette émission se tenait à l'occasion de la rétrospective que le Centre Pompidou consacre à Jackson Pollock jusqu'au en avril 1982.

  • Par François Le Targat
  • Réalisation Marie-France Nussbaum
  • 1ère diffusion : 22/02/1982
  • Archive INA-Radio France
Chroniques
2H54
32 min
Les Nuits de France Culture
La Nuit spéciale - Les 40 ans du Centre Pompidou 2/2 Par Philippe Garbit - Entretien 2/3 avec Laurence Castany (1ère diffusion : 06/02/2017)

Bibliographie

Jackson Pollock : 1912-1956

Jackson Pollock : 1912-1956Taschen, Petite collection. Cologne, 2003

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......