LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Charles Aznavour en concert à Deauville,1988

Charles Aznavour (1/3) : "J'ai toujours écrit à peu près les mêmes chansons mais je les écris différemment"

39 min
À retrouver dans l'émission

En 1970, Émile Noël rendait visite à Charles Aznavour pour une série de trois émissions. Dans la première, il parle de ses débuts et de sa réussite. À 46 ans, Charles Aznavour n'était au fond alors, qu'aux premières années de sa gloire.

Charles Aznavour en concert à Deauville,1988
Charles Aznavour en concert à Deauville,1988 Crédits : Roland Godefroy - Via wikimedia.org

Charles Aznavour, son talent d'auteur et de compositeur, il l'a d'abord mis au service des autres, avant de s'imposer comme interprète, et d'atteindre le statut de vedette internationale qui est le sien, depuis plus d'un demi-siècle.

Du zazou des années 40, au patriarche d'aujourd'hui, Charles Aznavour a composé des milliers de chansons, chanté dans toutes les langues, et vendu des millions de disques ; prouvé aussi au cinéma qu'il était décidément un grand acteur, ce qu'on peut vérifier en revoyant La tête contre les murs, Tirez sur le pianiste, Un taxi pour Tobrouk, et beaucoup d'autres films. Pas mal !... quand on repense aux critiques qui ont accueilli les premières prestations de l'artiste.

L'émission "Profils" diffusée en 1970 est enregistrée dans la maison de Charles Aznavour. Il accueille Emile Noël à qui il fait visiter son bureau, lequel s'étonne de trouver de nombreux appareils électroniques, Charles Aznavour s'en explique :

Je trouve qu'on écrit mieux avec l'électronique. J'ai un orgue extraordinaire avec des pré-sélections, des choses toutes nouvelles... je suis toujours à l'affût de ce qui va me permettre de trouver des sons nouveaux. Ça ne veut pas dire que ça change ma chanson, ça me donne des idées nouvelles tout simplement. [...] Je me renouvelle dans moi-même.

Il poursuit ainsi sa réflexion, "je ne suis pas loin de la musique pop et pourtant je n'ai jamais renié le genre de chansons que j'écrivais, et ça c'est grâce à l'électronique". Sur le rapport entre texte et musique, "la chanson est indivisible" explique-t-il.

Mes débuts difficiles m'ont donné de la hargne et je suis rentré dans le vedettariat comme la majorité des vedettes y rentrent avec une espèce d'aigreur, car il y a une aigreur de la réussite. C'est horrible, je l'ai connue, je sais ce que sais. [...] On devient plus aigri que la personne qui n'a pas réussi. [...] C'est bien après que j'ai trouvé une sorte de sérénité dans mon métier, quand je me suis rendu compte qu'être vedette, ça ne voulait pas dire grand-chose. Pour moi ça veut dire énormément mais ça ne veut rien dire par rapport à l'homme lui-même. On peut être une grande vedette et le dernier des imbéciles parce que le succès arrête l'évolution souvent. C'est quand ça a été très très mal pour moi en plein vedettariat que j'ai fait machine arrière.

Aznavour raconte ses tout débuts à l'école du spectacle, alors que ses parents tenaient un troquet rue du Cardinal Lemoine, "en face il y avait une école qui s'appelait l'Ecole du spectacle et j'y suis rentré parce que c'était plus pratique que d'aller dans une école communale"."J'ai passé des auditions et à partir de l'âge de 9 ans je n'ai jamais cessé de travailler dans mon métier", raconte-t-il.

J'ai commencé à chanter lorsque j'avais la voix qui muait. C'est curieux à dire mais c'est vrai. Ma voix muait et je ne pouvais plus jouer sur une scène de théâtre. Quand on a 17 ans on ne sait pas si on ne va pas avoir un emploi de jeune premier, je ne pouvais pas l'avoir parce que j'étais trop jeune et pour jouer les enfants j'étais trop vieux. Alors je suis venu à la chanson.

L'auteur-interprète s'explique sur sa façon d'écrire des chansons.

J'écris rarement des chansons au départ, pas plus que je n'écris des poèmes. Je prends des notes et par déformation professionnelle, je rime, comme les gens font des mots-croisés. Ça m'amuse de trouver la rime : je relève une idée et puis après pour m'amuser je la mets en vers. Et puis un jour, l'été plus particulièrement, je reprends mes notes et à travers ça j'écris des chansons. Ce qui fait que je n'ai jamais écrit pour le public. J'écris pour mon plaisir d'abord et ensuite je le propose au public.

  • Production : Emile Noël
  • Profils - Charles Aznavour 1/3
  • 1ère diffusion : 27/07/1970
  • Archive INA-Radio France
Chroniques
3H20
32 min
Les Nuits de France Culture
La Nuit rêvée d'Enrico Macias par Albane Penaranda - Entretien 2/3
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......