LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Henri Vernes à l'occasion de l'exposition consacrée à Bob Morane à Paris le 2 Décembre 1993.

Henri Vernes 2/2 : "Une œuvre comme celle de Bob Morane est valable non pas par sa qualité intrinsèque mais par sa masse"

30 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième "Rencontre avec" le romancier Henri Vernes, qui raconte la création des premières aventures de Bob Morane en 1953. Plus de quarante après, il poursuit toujours l'écriture de ces aventures des jungles amazoniennes à la quatrième dimension.

Henri Vernes à l'occasion de l'exposition consacrée à Bob Morane à Paris le 2 Décembre 1993.
Henri Vernes à l'occasion de l'exposition consacrée à Bob Morane à Paris le 2 Décembre 1993. Crédits : Pierre VERDY - AFP

Dans ce deuxième entretien de l'émission "Rencontre avec", l'écrivain belge Henri Vernes né en 1918, raconte la guerre et l'occupation. "J'ai fait de la résistance, j'ai fait des services de renseignements", "ces quatre ans, je suis heureux et malheureux de les avoir vécus", confie-t-il. A la fin de la guerre, il décide de partir à la conquête de Paris dans un geste "très Rastignac, à nous deux Paris !", fait-il remarquer et d'ajouter aussitôt, "Rastignac n'a pas réussi beaucoup si je me souviens bien, et bien moi je n'ai pas trop réussi non plus !" Il était correspondant pour des journaux, il a connu les caves de Saint-Germain-des-Prés, "je passais mes nuits dehors", "Paris était merveilleux à l'époque", se souvient-il.

En 1953, par un hasard des rencontres, il écrit pour répondre à une commande la première histoire de Bob Morane, La Vallée infernale, "et depuis , j'en ai écrit 170 !" Il rectifie les origines du nom Bob Morane, Morane était le nom d'un fameux guerrier Massaï et Bob a été choisi pour sa consonnance américaine alors très à la mode.

Pour expliquer le succès de Bob Morane, en toute modestie, Henri Vernes répond : "Le talent ça ne s'invente pas !" Plus sérieusement, il pense que ses aventures tombaient à un bon moment et répondaient au goût des lecteurs. "_C'est une alchimie qui n'est pas voulue, qui se fait d'elle-même_".

Il est certain que je fais souvent penser Bob Morane, comme je pense. Je suis écologiste dans le bon sens du mot, le sens réel sans aucune coïncidence politique et Bob Morane l'est. Bob Morane aime les gens dits "primitifs", je les aime aussi. Bob Morane aime être disponible, ce que je suis aussi. Je crois que là s'arrêtent les relations entre Bob Morane et moi.

Sur son style, son ton, "les exégètes se trompent toujours, ils voient les choses de l'extérieur", affirme le romancier aux 170 aventures. Il ne peut expliquer d'où lui vient son inspiration : "Je connais les ingrédients mais je ne sais pas comment je les mets ensemble". Lassé et craignant surtout d'écrire toujours les mêmes histoires dans des jungles à la recherche d'un trésor enfoui, "pour éviter de tourner en rond", il s'est lancé "dans la science-fiction et dans le fantastique". Grâce au fantastique "toutes les portes sont ouvertes", et il peut ainsi "inventer du nouveau à l'infini".

  • Première diffusion sur France Culture : 01/02/1995
  • Production : Luc Beyer
  • Une émission de la Radio Belge Radio Télévision Belge de la Communauté Française (RTBF)
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......