LE DIRECT
Roberto Rosselini

Roberto Rossellini : "J'ai le rêve de changer le goût du public"

35 min
À retrouver dans l'émission

1987 |En 1987, "Les nuits magnétiques" consacraient une émission spéciale au cinéaste italien Roberto Rossellini disparu dix ans auparavant.

Roberto Rosselini
Roberto Rosselini Crédits : Mary Evans / Robert Grant - Sipa

En juin 1977, le cinéaste italien Roberto Rossellini tirait sa révérence. Dix plus tard "Les nuits magnétiques" lui rendaient hommage avec un programme d'archives, de témoignages et d'analyses. Au micro de Laure Adler, Michel Boujut et Daniel Toscan du Plantier évoquent ses films, sa vie, ses déboires avec les studios et Hollywood. Michel Boujut soutient que le cinéma de Wim Wenders et celui de Jean-Luc Godard sont sortis directement d'un film comme Voyage en Italie. Il évoque la figure centrale magnifique de la femme de Rossellini, Ingrid Bergman. "Ce qu'il a mis dans ses films c'est lui, c'est sa chair, son amour, sa haine aussi...tout ce qui le traversait qui lui faisait battre le cœur"_ _explique-t-il. Daniel Toscan du Plantier, quant à lui, se remémore sa rencontre avec Rossellini en 1974 : "De ce jour jusqu'à sa mort, en 1977, on s'est vu tous les jours [...] c'est le père que je voulais avoir." 

On entend plusieurs archives de Roberto Rossellini qui décrit son rapport avec le public et avec les studios : 

Personnellement je crois qu'il n'y a pas "un" goût du public : il y a un goût du public qui a été soigneusement construit. Je crois qu'il y a d'autres personnes qui ont le rêve de faire changer ce goût.  Il faut se rappeler ce qu'était le cinéma en 1940 ou en 45. C'était une cérémonie, un rituel, qu'on célébrait dans un "temple", un studio. (...)  Il fallait rester cloué là-dedans. Ce qu'il fallait faire, il fallait inventer un système pour que celui qui avait dans les tripes quelque chose à dire puisse le dire sans être victime de ça. Nous avons commencé par sortir des studios pour aller dans des vrais décors. Nous avons dû inventer comment coller les lampes au plafond nous avons dû inventer des choses qui nous libéraient...

  • Production :  Laure Adler
  • Réalisation : Jean Couturier 
  • 1ère diffusion : 17/06/1987
  • Indexation web : Sandrine England, de la Documentation de Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......