LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Zeus à Suez

30 min

Les objeux de Francis Ponge : le verre d'eau de Marie-Andrée de Saint-André et Somany Na

"Supposez que vous vous adressiez à des hommes qui n'ont jamais connu un verre d'eau. Donnez-leur en l'idée.

Ou encore :

Vous êtes au Paradis, enchanté d'y être ; mais il y manque quelque chose dont vous vous souvenez soudain avec attendrissement : cette erreur, cette imperfection, le verre d'eau. Accomplissez ce péché de l'évoquer pour vous-même, le plus précisément possible, en paroles."

Voilà la gageure qui anime Francis Ponge en mars 1948. Décrire un objet à première vue sans qualité particulière, sans aucun goût, aucune odeur, aucune couleur, presque aucune forme. Jour après jour il nous livre le récit de sa quête dans d'abondantes notes de travail. Ses tentatives sont variées, parfois elles aboutissent à une ébauche de poème, parfois elles s'égarent sur des chemins de traverse ou conduisent à des voies sans issue. Divagations sur les sons, sur les mots, sur la matière. La méthode créative de Francis Ponge se calque néanmoins sur les disciplines scientifiques et s'articule en trois temps : 1/ définition 2/ expérimentation 3/ résolution.

Les sons sont-ils bons? de Marie-Andrée de Saint-André et Bertrand Chaumeton

Les sons ont-ils une morale? Sont-ils vertueux? Sont-ils vicieux? A l'écoute, certains évoquent d'emblée des péchés capitaux et renvoient au côté obscur du tympan. D'autres restent fidèles, courageux, justes ou tempérants. Chez les sons aussi, il y a les bons, les brutes et les truands. Et puis, inévitablement, toute une cohorte de lâches ou d'indécis, ceux qui, non détectables à la première audition, ont l'air bons mais ne le sont pas vraiment ou l'inverse.

Comme pour notre précédente enquête " Les sons ont-ils un sexe ? ", nous avons fait entendre une dizaine de sons à un panel d'auditeurs plus ou moins immoraux. Ils nous ont livré leurs réflexions éthiques puis ont choisi leurs mixages sinon en toute bonne conscience du moins en tout libre arbitre. Où il est cette fois question de Max Weber, de Dark Vador, du vilain petit canard, de Platon, d'Andy Warhol et autres paramètres aléatoires.

Merci à Jean-Claude Oudoul, Benedetta Zonza , Arnaud Dubois , Anne Rougon, Ghislaine Bourrelly et Bruno Demelin.

Planta catapulta! de Jack Souvant et Véronik Lamendour

Pablo Georgieff est un des co-fondateurs de COLOCO

Explorateurs de la diversité urbaine ils arpentent les regards sur la ville, observent, inventent les possibilités pour le vivant de partager l'espace urbain. Paysagiste de l'action directe , activiste écologique il emploi des termes guerriers à dessein pour reconquérir des espaces délaissés ou atteindre les espaces verticaux de la ville grâce à des bombes vertes lancés à l'aide de catapultes, patators, ou encore arbalètes posés sur des brouettes..." L'urgence n'est pas à la révolution esthétique de l'aménité urbaine mais à la cohabitation possible des êtres soumis à partager le même écosystème

Thomas Baumgartner (production) et Véronik Lamendour (réalisation)

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......