LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Attendre derrière la ligne nocturne:" La France oubliée" de Jérôme Sessini

58 min
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'un village à l'abandon, d'une vie à l'arrêt, d'un temps qui s'étire, de listes de courses, de réforme pénitentiaire, d'économie asiatique, du sens du prénom Kévin, et des bonnes ou mauvaises raisons de soutenir un candidat.

Ce sont ce qu’on appelle des territoires perdus de la république. Des territoires perdus. Qu’on ne saurait parfois même pas situer sur une carte. Des lieux fuis, semés, au cours d’une trajectoire que l’on a voulu rapide et ascensionnelle. Avant le retour. Il y a toujours un retour et ça veut peut-être dire que ce sont des endroits, des territoires qui ne sont pas tant perdus que ça. On les retrouve même dans le noir, dans la pénombre ou dans le brouillard. Dans un jour qui ne se lève jamais tout à fait. Un paysage fait pour vivre la nuit. Rester dans l’ombre, et dans l’oubli. C’est un village de 6500 habitants dans les Vosges, avec un hôtel de ville magnifique et un cinéma décoré de pierre de quarts rose nous dit le photographe Jérôme Sessini qui y a passé son enfance. Un village marqué par la fermeture il y a deux ans de l’usine de fabrication de papier, après 140 d’activité. Et après elle, d’autres usines, ont fermé, puis des magasins. Il y a bien sûr dans sa série de la France oubliée, des photos de cette usine vidée, désaffectée. Mais il y a aussi et surtout des photos de l’extérieur. C’est comme un décor de film noir. Même l’éclairage semble surréel. Le brouillard semble avoir été convoqué au bon moment. Il y a aussi ce mobile-home vert, un peu vétuste, stationné dans un bois. Les rideaux blancs sont tirés on ne voit pas à l’intérieur, mais il y a quelque chose d’invisible sur cette photo, quelque chose qui nous dit que l’endroit est habité. Ici écrit Jérôme Sessini, "tout s’étire à l’infini : le temps, la tristesse, les cœurs brisés, la défiance entre les voisins, la pluie des dimanches après-midi"." A force de se concentrer sur les banlieues et les cités, non seulement le discours médiatique et politique stigmatise leurs habitants, mais ils oublient aussi qu’il existe les autres. Ces 60% qui vivent loin des zones urbaines". C’est tout le constat écrit et photographique de Jérôme Sessini. Des visages que l’on ne voit pas ou à peine. Parce que montrer la nuit de leur village, le brouillard de leur lieu de vie, suffit à montrer un peu d’eux-mêmes. C’est un travail qui fait partie d’un projet photographique collectif de l’agence Magnum intitulé « le Projet France ». 11 regards posés sur un pays en campagne après un an d’état d’urgence. il y a les villages perdus, mais aussi les aires libres. Les recoins obscures et les champs lumineux. Et il y a ceux qui y vivent. Et qui semblent immobiles, statiques, comme empêchés. Coincés derrière une ligne de départ, dans une attente de dire, d’aller vers. Comme les figurants d’un film qui attendraient plus que tout le mot « action ».

Chroniques
6H05
19 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Christophe Duvivier : "Le grand apport des impressionnistes à la peinture est d’en avoir chassé le sujet"
6H25
3 min
Les Émois
"Sinon j'oublie" ou les têtes de liste de Clémentine Mélois
6H30
7 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Mardi 4 avril 2017
6H40
5 min
Le Journal des idées
Le Livre blanc pénitentiaire
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Économie. La nouvelle équation du libre-échange en Asie, après le retrait américain
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
A quoi ça sert de soutenir un candidat ?
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......