LE DIRECT

Aube, nom féminin

59 min
À retrouver dans l'émission

Où il sera question, de femmes enchaînées, de femmes déchaînées, de femmes libérées, de femmes "trop timides pour êtres des emmerdeuses", d'économistes enragés, de Michael Jackson et Jacques Chirac en messagers d'espoir.

Notre image est affaire de concentration. La vidéo en noir et blanc est de mauvaise qualité, mais on voit très clairement un visage de femme, en gros plan, tête baissée. Elle met bien quelques minutes à retrouver la combinaison d’un petit cadenas à codes qu’elle tient entre ses doigts, tout près de son visage. Un visage doux et paisible, bien que marqué, par l’âge et la fatigue. Autour d’elle on ne voit pas très bien le paysage, seulement quelques branches un peu sèches d’un petit arbuste. Et si l’on ne voit rien d’autre. L’arrière-plan, c’est le son qui nous en donne une idée. Un bruit qui contraste avec la concentration dont cette femme peut faire preuve. A aucun moment, elle ne lève les yeux ou tourne la tête. Elle est toute entière à son cadenas. Très vite, on remarque une lourde chaine posée négligemment sur ses épaules. Une fois le cadenas ouvert, elle ajuste cette chaine qu’elle noue autour de sa poitrine. Assise parterre, elle finit par enrouler la chaine autour d’une branche. Avant, cela comme dans un dernier moment d’hésitation, elle lève la tête en l’air. Une femme, plus jeune vient s’asseoir à côté d’elle. Pour partager la même chaine. Un sous titre japonais traduit en français, nous apprend que cette nouvelle arrivée est la fille de la première. Elles s’attachent donc toutes les deux au même arbre. Dans un calme déstabilisant. Autour d’elles, plusieurs personnes s’agitent. Paysans, étudiants, activistes. Nous sommes sur une ZAD au Japon au tout début des années 70. Les habitants de Narita s’opposent à un projet d’aéroport maintenant devenu l’un des plus importants du Japon. Le film capte ce moment de calme apparent, qui est en fait une phase de préparation à la violence. Les forces de l’ordre ne sont pas loin et s’apprêtent à charger. Cette vidéo est le point d’entrée de Provoke cette exposition qui a lieu jusqu’au 11 décembre sur l’art et la photographie de la contestation au Japon dans les années 60-70. Sur le mur qui accompagne cette vidéo dans cette salle d’exposition du BAL à Paris, les paroles d’un chant de révolte paysanne sont inscrites. Un chant de femmes qui interpelle la police et leur demande de réfléchir un instant, penser que leurs parents eux aussi sont très certainement des paysans. Qu’ils sont eux aussi accrochés au sens propre à leurs terres. Alors sans chaîne ni aucune autre attache, à 6h03 il est peut-être temps de poser un premier pied sur la nôtre, de terre.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Michael Jackson, We're almost there, "On y est presque", titre de 1975… Michael qui chante, peu importe la difficulté de la tâche à accomplir, ne jamais abandonner ses plans, ni ses rêves, aucun pont coupé ne peut nous barrer la route. Angela Merkel, qui abandonne son « Wir Schaffen Das »… Ce nous y arriverons qu’elle a lancé puis réitéré en août, leitmotiv censé définir la ligne de sa politique migratoire. Un article paru hier sur le site du journal le Monde nous apprend que la chancelière allemande considère désormais ce Wir Schaffen das comme un simple slogan, "une formule creuse" et "vide de sens". Pas si creuse si l’on regarde le milion et demi de réfugiés accueilli en Allemagne en 2015… Mais il y a les élections législatives qui se profilent dans un an… ET une volonté de rallier les factions les plus conservatrices de son parti et de l’échiquier politique, pour éviter un second échec électoral…

Chroniques

6H05
20 min

Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle

Leonora Miano : "C’est normal de vouloir se définir et d’anoblir ses traits"
6H25
3 min

Les Émois

Schnock, 20ème du nom
6H30
3 min

Journal de 6h30

Journal de 6h30 : Lundi 19 septembre 2016
6H40
4 min

Le Journal des idées

La guerre des économistes
6H45
9 min

Les Enjeux internationaux

Union européenne. Par-delà les élections régionales en Allemagne, la relation Paris-Berlin dans une Europe sans projet.
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Jacques Chirac, l'animal politique
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......