LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Paul Verhoeven & Isabelle Huppert sur le tournage de "Elle"

Ce que l'aube peut nous faire dire

1h01
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'une actrice entièrement dévouée, de l'ami d'un génie, d'un homme cruel, d'une ville sous l'apocalypse, du chant de la Catastrophe, d'une paix qui s'étire.

Paul Verhoeven & Isabelle Huppert sur le tournage de "Elle"
Paul Verhoeven & Isabelle Huppert sur le tournage de "Elle" Crédits : Guy Ferrandis /SBS productions (avec l'aimable autorisation de l'auteur)

Intérieur jour. On ne voit pas grand chose de cet intérieur, sinon un parquet à l’anglaise irréprochable. Les pieds d’un meuble sombre massif, et des objets brisés, comme jetés à terre, qui donnent une vague idée de la sobre décoration de l’appartement dans lequel nous nous trouvons. Un peu de vaisselle brisée, un livret dont on ne voir rien de la couverture, un cendrier, un petit masque africain, intact. A côté de ces objets, une femme allongée à terre comme inanimée, corps relâché, jupe noire légèrement retroussée, chemise bleu nuit déboutonnée qui laisse apparaître un soutien-gorge de la même couleur. Isabelle Huppert alias Elle, gît, blessée à l’arcade sourcilière dans son salon. A côté d’elle, parfaitement détendu, jean, basket, polaire marron, Paul Verhoeven, assis parterre, les yeux grand ouverts, esquisse un geste doux de sa main droite, sourire bienveillant, détaché, de la scène de violence qui vient d’être tournée sous ses yeux, et sou ses ordres. On ne voit pas le regard de son actrice, qui demeure inerte. Paupières baissées, peut-être continue-t-elle de faire la morte. Peut-être l’écoute-t-elle les yeux fermés. Les yeux fermés. « Tout ce que tu veux que je fasse, je le ferai » a dit l’actrice au cinéaste, avant le début du tournage. C’est une phrase qu’Isabelle Huppert confie aux Cahiers du cinéma du mois de juin dernier, à l’occasion de la sortie en salle du film Elle. Film sélectionné hier par les Oscars pour représenter la France dans la catégorie du meilleur film étranger. Une scène de viol, scène pivot pour Elle qui s’en révèle à la fois victime et pleinement actrice. Une scène durant laquelle Isabelle Huppert a dû être hospitalisée pour une côte cassée, apprend-on dans le magazine. Signe d’une intensité et d’une violence des corps que la seule prise de vue ne parvient pas à contenir. « Tout ce que tu veux que je fasse, je le ferai », "il voulait me l’entendre dire, même s’il n’était pas très clair sur ses exigences", peut-on lire des mots de l’actrice. Une phrase qui court vers l’inconnu, qui en ouvre grand les deux portes. Une phrase que l’on aimerait faire sortir du cinéma et ses rêves, et dont on aimerait qu’elle appartienne parfois un peu plus à la réalité que ce soit pour l’entendre ou pour la dire.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce n’est pas tellement pour son titre que pour ses auteurs que j’ai choisi ce charmant titre du jour. Catastrophe, c’est le nom du collectif qui signe cette chanson et 4 autres dans un petit album produit par Bertrand Burgalat, le Dernier soleil. Catastrophe s’est fait entendre ces derniers jours via une tribune publiée dans Libération, pas mal partagée sur les réseaux sociaux. Tribune intitulée _"Puisque tout est fini, alors tout est permis"_. Parce que Catastrophe ce n’est pas un simple groupe de musiciens ou d’artiste en général, mais c’est un mouvement, qui pense que "la promesse du crépuscule est immense", comme ils l’écrivent sur leur page Facebook. Portes-paroles d’une jeunesse qui arrive trop tard, selon les mots de leur tribune, que je cite : « A distance d’un théâtre politique dont on ne comprend plus la langue, nous aspirons à l’émancipation, quitte à consentir à une certaine précarité. », peut-on lire dans leur tribune. "N’ayez plus peur, il n’y a plus rien à perdre".

Chroniques
6H05
19 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Michel Serres : "Ce que nous montre l’exposition « Hergé », c’est l’intensité et la quantité de travail que cet homme a abattue"
6H25
3 min
Les Émois
Le samouraï d'Hollywood : retour sur le destin de Sessue Hayakawa
6H30
8 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Mardi 27 septembre 2016
6H40
5 min
Le Journal des idées
Alep, l’apocalypse
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Afghanistan. Vingt ans après la prise de Kaboul par les talibans, quelle unité nationale possible ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Mardi 27 septembre 2016
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......