LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Yomeddine.

Film : A.B. Shawki "Yomeddine" / Climat / Macron en Belgique / La France est moins en colère et on ne le savait pas

1h
À retrouver dans l'émission

A.B. Shawki vous parle de son film "Yomeddine", Jérôme Baron du Festival des 3 Continents, et Pierre Vercauteren des relations franco-belges. Les chroniques s'intéressent au climat et à l'abandon de la fiscalisation des chèques vacances.

Yomeddine.
Yomeddine. Crédits : A.B.Shawki © Le Pacte Distribution

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec le cinéaste égyptien A.B. Shawki, pour la sortie de son premier long-métrage, Yomeddine, un road-movie qui nous entraîne sur les routes de la campagne égyptienne, loin de l'Egypte touristique et des vestiges du Caire et s'ouvre dans une léproserie où vivent les deux protagonistes du film ; un quadragénaire lépreux et un jeune orphelin qui, tous les deux veulent retrouver leur famille. Avec A.B. Shawki, Jérôme Baron, directeur artistique du Festival des 3 Continents, à Nantes, du 20 au 27 novembre, viendra évoquer les grande lignes et les films de cette 40ème édition du Festival.

J'avais fait un documentaire il y a dix ans sur cette léproserie, j'avais entendu plein d'histoires au sujet de gens qui avaient été été abandonnés là et complètement oubliés, je trouvais intéressant de faire un film dessus. C'est quelque part, la genèse de Yomeddine. J'étais fasciné par le fait que quelque chose comme cela existe, la lèpre est une maladie rare, une maladie très ancienne, et la plupart des gens ne savent pas qu'elle existe encore, qu'il existe des léproseries encore en Egypte, et ensuite, aller là, et faire un documentaire, et entendre toutes ces histoires de gens qui me disaient "on  n'a plus jamais entendu parler de notre famille depuis qu'on est là", et je me suis dit que peut-être là, il y avait matière pour un road-movie, que peut-être là, il y avait quelque chose qui justifiait de revenir dans cet endroit. 

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Climat : la conjonction des risques. Une vaste étude, publiée lundi dernier dans la revue Nature Climate Change, apporte de nouveaux éléments sur le réchauffement climatique.

Le journal Le Monde en décrit les grandes lignes et son édito en souligne l’originalité : « mettre en perspective l’aspect cumulatif des fléaux entraînés par le dérèglement climatique à partir de milliers de données sociales, économiques ou géographiques publiées depuis les années 1980 ». Jusqu’à présent, on examinait séparément les conséquences de chaque aléa. Cette étude croisée fait apparaître « la concomitance et la combinaison des risques auxquels nous sommes confrontés à travers une approche pluridisciplinaire ». Une vingtaine de chercheurs internationaux ont ainsi répertorié 467 formes d’impacts sur nos vies quotidiennes, qu’il s’agisse de santé, d’alimentation, d’accès à l’eau, d’économie, d’infrastructures ou de sécurité. Pour Robert Vautard, directeur de recherches au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, et qui travaille sur le sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), prévu pour 2021, la force de cette étude « réside dans son ampleur, son côté systématique et le fait qu’elle se base sur des faits réels plutôt que des modèles, qui ont forcément des incertitudes. Ses résultats sont donc incontestables. » Et la climatologue Valérie Masson-Delmotte, également membre du GIEC, prévoit que « cette nouvelle méthode des risques croisés va prendre de l’ampleur dans les années à venir », et permettre d’« affiner les projections ». 

« Nos émissions de gaz à effet de serre déclenchent un effet domino, dans lequel nous ne changeons pas seulement la température. L’augmentation de la chaleur favorise l’évaporation de l’eau du sol, ce qui entraîne des sécheresses, des feux de forêt et des vagues de chaleur dans des endroits normalement secs ou des pluies massives et des inondations dans des zones généralement humides. » (Camilo Mora, professeur associé au département de géographie de l’université d’Hawaï et premier auteur de l’étude de la revue Nature Climate Change)

Si les émissions de gaz à effet de serre continuent sur leur trajectoire actuelle, résume Audrey Garric qui signe l’article du Monde, « la moitié de la population sera soumise à trois dangers climatiques simultanés à la fin du siècle (et jusqu’à six pour certaines régions côtières tropicales), d’une intensité maximale, qui produiront de nouveau des centaines d’effets sur les vies humaines ». Marseille, par exemple, subirait « des sécheresses, des vagues de chaleur et des incendies, une hausse du niveau de la mer, une réduction de l’eau potable et des changements océaniques (de température, d’acidité et de quantité d’oxygène) ». 

Les forêts jouent un rôle déterminant dans la régulation climatique en absorbant du CO2 et en rejetant de l’oxygène dans l’atmosphère. Elles sont au programme de l’article 5 de l’Accord de Paris. Les pages Débats&controverses de L’Humanité leur sont consacrées, avec la tribune de chercheurs et professionnels qui décrivent la subtilité de leur approche concrète pour l’entretenir et la préserver. 

Écosystème, biodiversité, la dernière livraison de la revue Billebaude est consacrée à ce qu’on désigne et redoute à la fois comme « la sixième extinction » des espèces animales. Des papillons champêtres aux escargots d’Hawaï, de l’ours aux vautours et à de si nombreux oiseaux comme l’alouette des champs et d’autres passereaux, le déclin des espèces vivantes est l’autre signe tangible de la dégradation de notre environnement. 

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

En Belgique, Emmanuel Macron et Charles Michel affichent cette semaine, avec une belle unité, leur ambition commune de vouloir donner un nouvel souffle à l'Union européenne... comme à leur époque le Français Robert Schuman et le Belge Paul-Henry Spaak, considérés comme les pères fondateurs ? Le Président français compte sur la Belgique pour un front libéral-démocrate aux élections européennes, il voudrait aussi l'entraîner dans une relance plus poussée.

Xavier Martinet s'entretient avec Pierre Vercauteren, politologue belge, professeur en sciences politiques à l'Université catholique de Louvain (campus UCL aux Facultés universitaires catholiques de Mons).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

La France est moins en colère et on ne le savait pas…

En pleine colère des gilets jaunes, a été retirée une proposition de taxe supplémentaire qui aurait mis du diesel sur le feu. Je ne sais pas si vous connaissez l’article 7 bis du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le PLFSS. Ce projet de loi retoqué par la navette parlementaire prévoyait quelques chose d’amusant – enfin je ne suis pas sûr que cela aurait amusé tout le monde – la fiscalisation des chèques vacances et des bons cadeaux des comités d’entreprises. 

Oui oui, vous avez bien entendu, ce chèque vacances dont bénéficient certains salariés aurait été soumis à l’impôt – ce qui entre parenthèses aurait provoqué une belle usine à gaz. Comment les déclarer, comment les déclarer avec le prélèvement à la source, comment les déclarer avec le prélèvement à la source lorsqu’il s’agit de ménage non imposable – je dis cela puisqu’à Radio France le chèque cadeau de fin d’année de 80 euros est réservé aux personnes non imposables – et puis de quelle fiscalité parle-t-on ? – pour un chèque cadeau l’état aurait prélevé 11,20 euros… Un peu plus, puisqu’il y avait des planchers …

Enfin peu importe, fiscaliser les chèques vacances et les chèques cadeau, on cherchait le Pythagore de la fiscalité, le Proust du code des impôts, on l’a trouvé : il s’agit d’un député du groupe UDI. « C’est une ténébreuse affaire qu’il convient de ne pas caricaturer », a expliqué en séance le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, en se félicitant dans un monologue intérieur, que cette proposition absurde ait été annulée. 

Entre parenthèses, c’est la deuxième fois qu’un membre du gouvernement défend une mesure absurde en expliquant qu’il ne faut pas la caricaturer. La première fois, c’était Agnés Buzyn, avec la prime proposée aux hôpitaux qui refusaient des patients aux urgences. Donc voilà ne caricaturons pas, les bon cadeaux ne seront pas fiscalisés, on attend encore de savoir si les cadeaux dans les œufs Kinder devront être déclarés comme avantage en nature et si le gadget du regretté PIF Gadget doit être soumis à la CSG. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

@PetitsMatinsFC

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
" Yomeddine " : Un road movie avec un lépreux et un jeune orphelin sur les routes de la campagne égyptienne
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du mercredi 21 novembre 2018
6H40
5 min
Le Journal des idées
Climat : la conjonction des risques
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Macron en Belgique : Y a-t-il un "couple franco-belge" ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
La France est moins en colère et on ne le savait pas
Intervenants
  • Réalisateur et scénariste austro-égyptien.
  • directeur artistique et délégué général du festival des 3 continents à Nantes
  • politologue belge, professeur en sciences politiques à l'Université catholique de Louvain (campus UCL aux Facultés universitaires catholiques de Mons)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......