LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La rencontre manquée par Harry Callahan

1h
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'un rencontre qui n'a pas lieu, d'un empereur du Nord, de la recomposition du paysage politique, de l'Accord de Paris, d'un gros mensonge, de football et de moralisation de la vie politique.

On se croise sans se voir. Il est déjà trop tard pour s’en apercevoir. C’est un moment que l’on ne peut pas mesurer. Tout de brièveté. On s’en souvient rarement. On pourrait même ne pas le réaliser sur le couper. On laisse filer. Ces deux-là ne se retourneront pas. C’est une photo en noir et blanc. Le plan est resserré de telle manière que l’on ne sait pas vraiment ce qui cache ces deux corps en train de se croiser. Une cachette qui les rapproche, ces deux corps. Qui pourrait faire passer leur trajectoire en parallèle pour une seule et même route. Une rencontre qui aurait pu avoir lieu. Une rampe d’escalier, un pont. On ne voit pas bien. Un lieu de passage, étroit, qui une fois passé nous mène vers un autre univers. Un passage qui dissuade la marche arrière, le retour. Deux personnes qui s’y croisent sans se regarder. Les yeux perdus dans le vague, dans le vide, devant eux. Un homme, veste de costume sombre à rayures, lunettes rondes, nez droit pointé vers sa destination. Une très jeune fille au sortir de l’enfance, une épaisse chevelure domptée en queue de cheval serrée. Exactement la même expression sur les deux visages. Et pas un seul regard l’un pour l’autre. Comme s’ils ne partageaient pas le même espace, le même moment, la même époque. Peut-être ne devaient-ils pas se rencontrer. Peut-être cette photo d’Harry Callahan nous montre ce qui normalement ne devait pas advenir. Et qui advient quand même. Une rencontre qui s’annule par elle même. Un homme qui sort de sa jeunesse, une jeune fille qui sort à peine de l’enfance. L’espace temps de cette rencontre est à ce point inapproprié, faussé, qu’elle n’a finalement pas lieu. Ils passent, et se frôlent sans se voir. Qu’auraient-ils à faire ensemble ? Que pourraient-ils se dire ? Comment pourraient-ils se raconter l’un à l’autre ? il faudrait attendre encore. Quelques années. Sur ce pont, ils pourraient bien tous les deux repasser. Peut-être à nouveau en même temps. C’est une photo intitulée tout simplement Chicago, 1960. Une photo d’Harry Callahan, le photographe dont on peut voir une partie du travail en ce moment au musée de la photographie de Charleroi en Belgique. Une exposition de la MEP hors les murs. Compter sur le hasard et sur la répétition. Compter sur un regard qui se ferait plus aventureux, qui cesserait d’anticiper toujours la trajectoire, pour s’arrêter sur les rebords, trouver un moyen de changer de chemin, de sortir de la route. Se dire que le pont, le passage peu importe, peut aussi appeler à un temps d’arrêt.

(Tapis musical : Princess Chelsea - The Cigarette Duet)

Chroniques
6H05
19 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Ed Piskor : "J’ai une connaissance pratiquement encyclopédique de tous les albums de hip-hop"
6H25
3 min
Les Émois
"L'Empereur du Nord" de Robert Aldrich
6H30
8 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Vendredi 2 juin 2017
6H40
5 min
Le Journal des idées
La société civile
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Climat. Comment évaluer la décision du président Trump sur la Cop 21 ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Vendredi 2 juin 2017
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......