LE DIRECT
"L'invasion des imbéciles".

BD : Tiphaine Rivière / La stratégie des émotions / Tunisie / Le premier divorce coté en bourse

59 min
À retrouver dans l'émission

Tiphaine Rivière vous parle de sa BD "L'invasion des imbéciles", et Hèla Yousfi des manifestations contre le gouvernement tunisien. Les chroniques s'intéressent aux émotions et au divorce de monsieur et madame Amazon.

"L'invasion des imbéciles".
"L'invasion des imbéciles". Crédits : ©Tiphaine Rivière

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec la scénariste et illustratrice Tiphaine Rivière, auteur des fameux Carnets de thèse (Seuil 2015), qui publie aujourd'hui L'invasion des imbéciles, aux mêmes éditions du Seuil. Qu’est-ce que la bêtise ? Premier tome d'une saga, entre dérision, humour et sociologie de la bêtise ou la tentation de cerner les mécanismes du virus en question.

Mon héroïne, Yvonne Letigre a 107 ans, et cela se passe en Bretagne. J'avais juste envie de dessiner la Bretagne.  Le sujet est glissant, parce qu'en parlant de la bêtise, on peut donner l'impression qu'on se place au-dessus, mais pas du tout. Quand on crée un monde, c'est fou ce qu'il ouvre de portes.

Planche de "L'invasion des imbéciles" de Tiphaine Rivière
Planche de "L'invasion des imbéciles" de Tiphaine Rivière Crédits : ©Tiphaine Rivière

A chaque fois qu'il y a une forme d'intelligence, il y a sa forme de bêtise accolée, ce sont les mêmes mécanismes à l'oeuvre. Tout l'intérêt c'est de comprendre à quel moment ils divergent. La bêtise c'est tout sauf un virus, c'est structurel : on ne peut pas être humain sans avoir ce virus s'il en est un : la bêtise, ce n'est pas le contraire de l'intelligence. 

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Face à l’expression de la colère revendiquée par les gilets jaunes, les appels à l’empathie se multiplient dans le monde politique.

C’est ce que relève Isabelle This Saint-Jean dans un article du site d’information et d’analyse AOC, Empathie, bons sentiments et mauvaise politique. De Laurent Berger à Alain Juppé, sans compter les éditorialistes, nombreux sont ceux qui en appellent à cette faculté « de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent ». L’économiste et femme politique s’emploie à en discerner les raisons, pour récuser ensuite la valeur politique de cette « mode sémantique ». Il s’agit d’abord de rectifier l’image d’arrogance renvoyée par le président. Mais le phénomène tient aussi à une forme de contagion lexicale venue du monde du management, liée à l’importance reconnue aux « compétences émotionnelles », critères déterminants dans l’embauche d’un candidat. Parmi elles, en bonne position après « l’esprit d’équipe », la « motivation/passion » ou « l’adaptabilité » vient l’empathie… Les économistes eux-mêmes ont intégré la dimension émotionnelle dans leurs travaux, à travers la théorie des jeux ou l’analyse de la décision. Enfin, les neurosciences et les techniques d’imagerie cérébrale ont « mis en évidence le fait que, lorsqu’un individu perçoit autrui dans une situation douloureuse, cela active chez lui certaines régions impliquées dans le traitement de la douleur physique ». Ce qui déclencherait « une inhibition des comportements agressifs », car « la détresse des autres est ressentie comme un stimulus aversif ». En évitant les actions qui lui sont associées, l’empathie « jouerait pour certains auteurs un rôle majeur dans le développement du raisonnement moral ». Toutefois, rappelle Isabelle This Saint-Jean, jusqu’à la Révolution française, le terme d’« émotions » avait aussi une connotation négative, il désignait « les soulèvements populaires, caractérisés par leur dimension soudaine et de courte durée, leur apparente inorganisation et leur violence ». 

Si l’on pousse l’enquête sur les émotions plus loin encore dans le temps, on finit par se retrouver aux confins du monde des dieux et alors les analogies avec la condition humaine leur confèrent une puissante dimension symbolique. Tout comme les anciens Grecs avec leur Panthéon agité de passions explosives, les chrétiens se sont confrontés au récit biblique, tonnant des échos de la colère divine, et à travers la passion du Christ ils se sont employés à apparier les émotions humaines à celles de la divinité, notamment l’amour et l’espérance. C’est l’histoire que raconte Emmanuel Durand, professeur au Collège universitaire dominicain d'Ottawa, dans un livre paru au Cerf sous le titre Les émotions de Dieu. Stéphane Briand en rend compte sur le site nonfiction.fr, en soulignant tout ce que l’incarnation dans la figure de Jésus de Nazareth a apporté à cette problématique identification à la transcendance divine par le truchement des émotions. Lesquelles apparaissent ainsi comme le meilleur vecteur de la relation à Dieu. Et en retour, la liberté humaine « structurellement marquée par la finitude et la contingence » voit un sens possible de l'existence se dégager pour elle. « Les émotions sont sans doute un des moyens mis à la disposition de l'homme pour réduire l'écart entre être et agir – commente Stéphane Briand. On est proche ici de la "syndérèse", cette étincelle de la conscience selon Jérôme, qui ne s'éteint jamais, telle une flamme divine. Les émotions orienteraient alors l'agir humain, dans une perspective d'affiliation divine. » Parce que « les affects sont nécessaires pour mettre la volonté en mouvement ». 

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

Près d'un million de salariés étaient appelés à manifester lors d'une grève générale de 24h hier en Tunisie : la plus massive depuis la Révolution. Comme en 2011, les revendications sociale et le refus de la politique économique du premier ministre se mêlent au cri de : "Gouvernement, dégage!"

Xavier Martinet s'entretient avec Hèla Yousfi, maître de conférences en management et organisation à l'Université Paris Dauphine, vice-présidente du Cercle des Economistes Arabes.

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Nous connaissions des divorces de toute sorte…

Il y avait des divorces discrets, d’autres sanglants, des divorces grands déballages, des divorces mise en examen — je ne vous avais jamais dit que mon mari avait un compte en suisse — et voici le premier divorce boursier de l’histoire : monsieur et madame Bezos divorcent, c’est peut-être un détail pour vous, mais si je vous dis qu’il s’agit de monsieur et madame Amazon, cela changera d’ores et déjà de signification. 

Voici donc le premier divorce à 137 milliards de dollars avec une question : comment les diviser en deux, puisque monsieur et madame ont fondé l’entreprise de conserve ? Diviser 137 par deux, à partir du cours élémentaire on sait faire, diviser le pouvoir par deux, depuis Rockefeller, on sait que c’est plus compliqué. 

Car, depuis son origine, le couple Bezos se pense sur le mode d’une histoire d’A, une histoire d’argent. Selon Paris Match, monsieur cherchait à l’origine, je cite, une femme pleine de ressources, avec des seuils à ne pas dépasser — ça, je n’ai pas très bien compris ce que cela voulait dire — capable, je cite toujours, de le faire sortir d’une prison du tiers monde. L’histoire officielle de monsieur et madame Amazon, nous raconte Paris Match, est une histoire d’A et pas une histoire d’O, ce couple n’est pas un couple mais un GIE, groupement d’intérêt économique, un GIE intégré dans la communication d’Amazon, monsieur Amazon devenant un family man —un père de famille exemplaire — comme il y a des family office, et madame devenant le premier actionnaire de la firme et son premier agent de communication. 

Oui, mais voilà, la liaison de Monsieur avec une ancienne présentatrice de télévision a, semble-t-il, torpillé ce plan de communication, le business plan de monsieur et madame a été éventé par la curiosité d’un tabloïd, lequel a pressenti l’existence d’une liaison au fond de ce tableur Excel. 

Monsieur Bezos confondu par ses données personnelles, c’est un comble pour quelqu’un qui ne cesse d’utiliser nos données personnelles. Monsieur et madame Amazon incarnaient les premiers en tout : première capitalisation en bourse, première résidence privée à Washington… Depuis l’annonce de cette liaison, l’action Amazon dégringole à Wall Street, et c’est cela la nouveauté : l’apparition du premier divorce coté en bourse.

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H02
26 min

Le Réveil culturel

Tiphaine Rivière : " A chaque fois qu'il y a une forme d'intelligence, il y a sa forme de bêtise accolée "
6H30
9 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du vendredi 18 janvier 2019
6H40
5 min

Le Journal des idées

La stratégie des émotions
6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

Tunisie : huit ans après, comment sortir de l'hiver post-révolutionnaire ?
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Le premier divorce coté en bourse
Intervenants
  • Auteure de BD
  • Maître de conférences en management et organisation à l'Université Paris Dauphine, vice-présidente du Cercle des Economistes Arabes.
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......