LE DIRECT
Le petit Livre de la French Pop

Musique : Le petit Livre French Pop / La diplomatie à l’estomac / Nouveau traité franco-allemand

1h
À retrouver dans l'émission

Hervé Bourhis et Hervé Tanquerelle vous parlent de chanson française et BD, et Hélène Miard-Delacroix du traité d'Aix-la-Chapelle. Le Journal des idées s'intéresse à la confusion de la communication internationale du président Trump.

Le petit Livre de la French Pop
Le petit Livre de la French Pop Crédits : Bourhis-Tanquerelle© éd Dargaud

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec les dessinateurs Hervé Bourhis et Hervé Tanquerelle  - le second étant aussi le scénariste - auteurs d'un album paru aux éditions Dargaud : Le petit Livre French Pop. Ils évoquent leur passion pour les musiques populaires françaises d'inspiration anglo-saxonne, des années cinquante à nos jours, de la variété à l'underground, de Colette Magny à Françoise Hardy, en passant par Daft Punk, Gainsbourg et autres noms mémorables de la scène artistique. Pendant ce temps, la reine du manga, Rumiko Takahashi, auteure de Ranma ½, Urusei Yatsura, Maison Ikkoku, est élue 46e Grand Prix de la Ville d’Angoulême !

Serge Gainsbourg, dans Le petit Livre de la French Pop
Serge Gainsbourg, dans Le petit Livre de la French Pop Crédits : Bourhis-Tanquerelle© éd Dargaud

On a voulu parler de la chanson française qui entre dans les mouvements populaires musicaux, comme le rock, le hip-hop, l'electro..., Ça commence vraiment dans les années cinquante quand Boris Vian et ses amis ont commencé a faire des rocks pastiches, et en même temps, la mode de l'exotisme avec Dalida, Gloria Lasso... On parle d'une chanson française influencée par l'étranger.    Hervé Bourhis

Le petit Livre de la French Pop
Le petit Livre de la French Pop Crédits : Bourhis-Tanquerelle© éd Dargaud

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

L’annonce du retrait des troupes américaines en Syrie, contredit puis reporté, finalement confirmé, illustre la confusion de la communication internationale du président Trump.

Et en matière de diplomatie c’est particulièrement fâcheux, sans compter en l’occurrence les conséquences désastreuses sur le terrain pour les alliés kurdes engagés dans la guerre contre l’organisation État islamique. Comme le rappelle Amanda Sloat dans Le Monde, « Le secrétaire à la défense Jim Mattis a démissionné à la suite de la décision impulsive du président. Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, et le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, ont dû partir en tournée au Proche-Orient pour rassurer des alliés inquiets et leur expliquer la stratégie américaine. » La spécialiste de la Méditerranée orientale pour le think tank Brookings Institution de Washington souligne que lorsque « Trump annonce une décision par une déclaration ou un tweet, ses conseillers doivent enclencher un processus de révision de la ligne politique afin d’appliquer ses orientations ». Avec, dès le départ, un dommage collatéral conséquent : « Les délibérations ou l’examen des différentes options sont réduits au minimum. » Et surtout une perte de crédibilité de la diplomatie américaine : « Les dirigeants étrangers hésitent désormais à faire confiance à des émissaires dont les messages peuvent être contredits par le président ». Et inversement…

Dans un article de la revue Le débat, l’historienne Maya Kandel analyse la politique étrangère américaine aujourd’hui. Impulsivité, colère et ressentiment sont par nature antinomiques de la civilité diplomatique. Un comportement belliqueux dénote une absence d’expérience en matière de défense. Les déclarations intempestives à usage interne et à destination de la base électorale quand on n’a que cette légitimité politique souffrent à l’échelle internationale d’un problème de traduction : « de nombreux exemples, de Ahmadinejad à Duterte, en passant par Trump, montrent que les expressions de colère sont souvent traduites dans les médias de manière plus belliqueuse que ne l’étaient les sorties originales ». La traduction est la langue commune de l’humanité. Dans un ouvrage édifiant et roboratif publié aux éditions Les Arènes sous le titre La langue de Trump, Bérengère Viennot témoigne des contorsions auxquelles doivent désormais se livrer les interprètes et traducteurs des propos et discours du président américain. Pourtant « lorsqu’on lit ou qu’on écoute Donald Trump, même quand on n’est pas très fort en anglais, on a l’impression de tout comprendre ». Vocabulaire réduit au minimum, phrases courtes voire hachées, le problème vient plutôt d’une syntaxe hasardeuse. « À l’échelle de la phrase comme à celle du discours, les éléments qui composent son langage paraissaient souvent inachevés et parfois dépourvus de sens. Comme s’il commençait un discours mentalement et ne se mettait à l’articuler à l’oral qu’en plein milieu de son raisonnement. »

On s’est beaucoup intéressé à l'usage compulsif de Twitter par Donald Trump et il est vrai que c’est un bon moyen d’observer sa façon de parler, ses codes de ponctuation exclamatifs, l’occurrence immodérée de certains mots comme great et son superlatif greatest, l’absence totale d’autres vocables comme regrets… C’est que « Twitter est le meilleur moyen de communiquer du ressenti comme si c’était des faits – commente la traductrice. C’est le royaume des tripes qui parlent… » L’hebdomadaire Le 1 a publié une anthologie des tweets présidentiels les plus extravagants ou indignes, comme celui-ci : « Si ces crétins qui ont tué tous ces gens à Charlie Hebdo avaient attendu, le journal aurait capitulé – pas d’argent, pas de succès. »

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

56 ans après le traité de l'Elysée, celui d'Aix-la-Chapelle est censé témoigner d'« une nouvelle responsabilité franco-allemande », dit E. Macron. A 4 mois d'élections européennes incertaines, les dirigeants des deux pays eux-même affaiblis veulent donner un signal d'unité : avec quelles ambitions?

Xavier Martinet s'entretient avec Hélène Miard-Delacroix, professeur des universités à la Sorbonne, spécialiste de l'Allemagne contemporaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H02
26 min

Le Réveil culturel

Comment faire écouter la musique en bande-dessinée ?
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du jeudi 24 janvier 2019
6H40
5 min

Le Journal des idées

La diplomatie à l’estomac
6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

Nouveau traité franco-allemand : signal de relance ou de détresse?
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

L'Humeur du matin par Guillaume Erner Jeudi 24/01/2019
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......