LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Magali Cotta, alias Canine, sort son premier album, "Dune".

Musique : Canine / Lever de Terre / Etats-Unis : primaires démocrates / Et si la solution, c’était Bouteflika ?

1h01
À retrouver dans l'émission

Canine vous parle de son premier album "Dune", et Anne Deysine des candidats à l'investiture Démocrate aux USA. Les chroniques s'intéressent aux initiatives citoyennes en faveur de la planète et à la candidature de Bouteflika.

Magali Cotta, alias Canine, sort son premier album, "Dune".
Magali Cotta, alias Canine, sort son premier album, "Dune". Crédits : © Jessica Attia

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec la chanteuse Canine à l'occasion de la sortie de son premier album, Dune, le 22 février, sur le label Polydor.

"Canine" c'est le nom de cet objet sonore et visuel que j'ai fait seule en studio mais c'est un projet collectif sur scène, où on est, selon la formation, entre cinq et quatorze filles. Au début il était évident, puisque c'est moi qui chante toutes les voix dans le disque, qu'il y aurait des chanteuses pour pouvoir faire des chœurs sur scène. Et petit à petit quand j'ai commencé à chercher une pianiste, une contrebassiste, une batteuse, puis un quatuor, je me suis rendue compte qu'il était beaucoup plus difficile de trouver des femmes que des hommes. Je me suis dit que c'était justement pour cela qu'il fallait que nous ne soyons que des femmes sur scène. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Les initiatives citoyennes se multiplient en faveur de la planète : les jeunes pour le climat, le projet de banque européenne pour financer la transition écologique, la pétition « l’Affaire du siècle » qui attaque l’État pour inaction climatique…

La dernière livraison de la revue We Demain fait le point. Corinne Lepage évoque notamment la judiciarisation du combat écologique : Damien Carême, le maire de Grande-Synthe – construite sur des polders et menacée de disparition – a engagé un « recours gracieux » contre l’État au terme duquel, en l’absence de réponse, le juge administratif sera saisi. L’avocate engagée dans cette affaire dénombre également plus de 1200 procès dans le monde, en particulier ceux de villes comme New York, Los Angeles ou San Francisco qui ont assigné des sociétés pétrolières. Paris et Madrid ont saisi le tribunal de l’Union européenne d’un recours contre la décision de la Commission de remonter les normes de pollution après le dieselgate. La revue met en valeur 25 projets parmi les 80 recensés par l’ONG Climate Chance. 

Fabrice Nicolino salue dans Charlie Hebdo « une bouffée d’oxygène » : Alexandria Ocasio-Cortez, la plus jeune élue du Congrès américain a présenté son projet de Green New Deal. La représentante du 14e district de New York « entend réduire à zéro en dix ans les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis ». Un plan qui devrait donner du travail à des millions d’Américains grâce à un programme de grands travaux, notamment pour contenir le carbone dans d’immenses réservoirs souterrains. Mais qui ne remet pas en cause le modèle d’hyperconsommation américain. 

Dans l’hebdomadaire Le 1, consacré au glyphosate et aux moyens de s’en passer, Fabrice Nicolino revient sur les liens consubstantiels entre l’industrie chimique et l’agriculture industrielle. Il rappelle le rôle des firmes allemandes BASF et Bayer qui vient d’absorber Monsanto, dans l’invention et la production de gaz comme le Zyklon pendant la Grande Guerre. 

Face à l’urgence climatique, le philosophe Timothy Morton invite à modifier nos manières de penser. Dans un livre qui vient de paraître chez Zulma sous le titre La Pensée écologique, il estime notamment que nous devons dépasser le concept de Nature : « La Nature était un genre particulier de propriété privée sans propriétaire, exposée dans une galerie d’art prévue à cet effet » écrit-il en évoquant le mythe romantique du « pittoresque » - autrement dit qui a l’aspect d’un tableau, et qui continue de nourrir nos représentations. « La Nature – écrit-il – est devenue une contrefaçon en plastique de la chose réelle. » 

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

C’est officiel depuis mardi : Bernie Sanders est de nouveau candidat à la présidentielle en 2020. Outre le Sénateur du Vermont, à ce jour 12 personnalités se présentent contre Donald Trump. Il leur faudra d'abord remporter l'investiture Démocrate : avec un jeu plus ouvert, et plus à gauche ?

Xavier Martinet s'entretient avec Anne Deysine, spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, professeur à l'université Paris Nanterre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Et si la solution, c’était Abdelaziz Bouteflika ?

Oui, Bouteflika le président algérien en passe de briguer un sixième mandat, je veux dire s’il est réélu pour son cinquième mandat comme cela semble se préciser. Bouteflika, lequel fait preuve d’une belle alacrité, ainsi que l’a déclaré François Hollande alors président, belle alacrité qui lui permet de comprendre que cela ne sert à rien d’apparaître en public pour faire campagne — d’ailleurs son premier ministre actuel a bien expliqué que le président algérien était dispensé de ces activités un peu futiles. 

Et si la France essayait un modèle de président à la Bouteflika ? Je dis cela en réaction à la chronique de Kamel Daoud dans le magazine Le Point, lequel estime je le cite que Macron est trop présent et Bouteflika trop absent. Je ne suis pas d’accord. Bouteflika représente au contraire une manière de concilier tradition et modernité. Tradition puisque, comme on nous l’explique à longueur de temps, le monarque a deux corps, c’est même devenu une sorte de tarte à la crème pour les éditorialistes fatigués de citer l’historien Ernest Kantorovicz, et ses deux corps du roi. Le monarque aurait donc deux corps, ce qui lui en confère un de rechange au cas où le corps physique serait usé, et c’est pour cela qu’on disait jadis « le roi est mort vive le roi ». 

Alors, on se souvient que le Général Franco avait survécu quelques jours à son trépas, Bouteflika est en train de pulvériser ce record. Pour le reste la présidence Boutef comme l’appelle les algériens présente nombre d’avantages à mes yeux. L’homme ne prononce aucune phrases urticantes, il ne mène aucune entreprise périlleuse juché sur un scooter, ne passe pas sa vie à tweeter tout ce qui lui passe par la tête. 

Bref, tout cela pour vous dire que de nombreux pays dans le monde pourraient être bien inspirés de s’inspirer de la présidence algérienne pour rénover leur pratiques démocratiques. Je lis ce matin dans la presse que le parti socialiste, chez nous, en France, a des problèmes pour trouver un leader. Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne proposerait il pas à François Mitterrand de revenir en prévision de la prochaine présidentielle. François Mitterrand candidat, avouez que cela aurait de la gueule, avec un slogan tout trouvé, le socialisme est mort, François Mitterrand est vivant. 

@PetitsMatinsFC 

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
Canine : "Je défends une musique qui passe par les sens, les sensations"
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du jeudi 21 février 2019
6H40
5 min
Le Journal des idées
Lever de Terre
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Etats-Unis - primaires démocrates : 12 candidats en colère ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Et si la solution, c’était Abdelaziz Bouteflika ?
Intervenants
  • professeure émérite de droit et de civilisation américaine à l’Université Paris-Nanterre
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......