LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg.

Cinéma : Amichaï Greenberg / Bolsonaro, le Trump des tropiques / Ethiopie / Les people américains et le 7ème ciel universitaire

1h
À retrouver dans l'émission

Amichaï Greenberg vous parle de son film "Les témoins de Lendsdorf", et Jean-Joseph Boillot de la visite d'Emmanuel Macron en Ethiopie. Les chroniques s'intéressent au Brésil et au scandale de triche universitaire chez les people américains.

Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg.
Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg. Crédits : © Amichaï Greenberg © Condor Distribution

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec le réalisateur Amichaï Greenberg pour la sortie de son film _Les témoins de Lendsdorf_. Le héros, Yoel, un historien juif orthodoxe chargé de la conservation des lieux de mémoire liés à la Shoah enquête sur un massacre qui aurait eu lieu dans le village de Lendsdorf en Autriche, au crépuscule de la Seconde Guerre Mondiale. Entre fiction et réalité, un film aux multiples rebondissements et à l'allure effervescente et réussie d'un thriller classique.

Le film est inspiré par un événement réel. Cette histoire s'est passée dans une petite ville autrichienne du nom de Rechnitz, et la grande différence avec le film c'est qu'à Rechnitz on n'a jamais trouvé la fosse commune. Deux mois après que ce film est sorti à Venise, le gouvernement autrichien a commencé à faire des recherches officielles. Là, il y a déjà un lien entre le film et la réalité : donc un film peut avoir une influence sur la réalité.

Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg
Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg Crédits : © Amichaï Greenberg © Condor Distribution

Dans la réalité, les témoins ont bien été assassinés ; l'un, survivant du massacre, et l'autre, l'Autrichien qui avait distribué les armes pour perpétrer ce massacre : les deux ont été assassinés après la guerre, alors qu'ils allaient témoigner. Toute la documentation a été mise dans une archive fermée pendant plus de 45 ans, jusqu'à la fin des années 80. Et à ce moment-là, un Juif hongrois a commencé à creuser, à rechercher la fosse commune. Les gens du village continuent à être dans le déni. Ils ne disent pas que ce n'est pas arrivé. " C'était, c'est arrivé mais on ne sait pas où c'est arrivé ". 

Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg
Les témoins de Lendsdorf d'Amichaï Greenberg Crédits : © Amichaï Greenberg © Condor Distribution
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Le ministre de la Justice brésilien propose d’assouplir le cadre de la légitime défense pour les forces de l’ordre.

Le projet de loi est vivement critiqué par les experts, qui rappellent le nombre déjà important de victimes dans les opérations de police, rapporte le quotidien O Estado de São Paulo, un article publié par Courrier International. « De fait, la proposition de Sérgio Moro survient dans un contexte de hausse du nombre d’homicides commis par des policiers. Le Forum brésilien de sécurité publique, une ONG qui publie chaque année un rapport de référence, a recensé 5 159 victimes en 2017, soit 14 par jour, ce qui représente une hausse de 20,7 % par rapport à 2016 – et même de 133 % par rapport aux 2 200 morts dénombrés cinq ans plus tôt. » Le ministre prévoit de modifier le Code pénal pour permettre au juge – je cite « de réduire la peine de moitié ou de renoncer à la faire appliquer si le geste est la conséquence excusable de la peur, de la surprise ou d’une émotion violente », ce qui laisse la porte ouverte à toute décision arbitraire et fait redouter une montée aux extrêmes. L’ancien député de l’État de Rio, Marcelo Freixo, qui a présidé une commission d’enquête parlementaire sur les groupes paramilitaires, estime qu’une telle politique « sacrifie les agents des forces de l’ordre, qui se trouvent lancés dans une guerre absurde. En 2017, au Brésil, 367 policiers ont été tués, soit un par jour, or la proposition de Moro ne comporte pas une ligne sur la valorisation du métier ni sur l’amélioration des conditions de travail ». La brutalisation du débat citoyen enclenchée par le président Bolsonaro se traduit également en termes de sécurité publique. « Au nom du retour à l’ordre, le nouveau président, nostalgique de la dictature, n’a-t-il pas défendu de longue date les exécutions sommaires ? » demande Éric Fassin dans les pages Débats de L’Humanité

Le mensuel Books publie l’article de Larry Rohter dans The New York Review of Books sur le livre de Lilia Moritz Schwarcz et Heloisa Murgel Starling, Brasil : uma biografia. « L’élection d’un président blanc et raciste s’inscrit dans la continuité de l’histoire du Brésil. Profondément marqué par l’esclavage mais aussi par une culture de la réussite fondée sur la prédation. » L’ouvrage retrace la « difficile et tortueuse construction de la citoyenneté » pour y intégrer l’ensemble des Brésiliens et pas seulement les riches ou les puissants. « La liberté était noire, mais l’égalité était blanche » résume un intellectuel. Car « l’égalité et la citoyenneté étaient réservées aux élites blanches, qui disposaient du droit de vote, tandis que la population qui avait connu l’esclavage devait s’estimer heureuse de pouvoir circuler librement ». Les auteures rappellent qu’« environ un tiers des quelque 12 millions de captifs africains expédiés vers le Nouveau Monde ont fini au Brésil, contre moins de 500 000 aux États-Unis ». Bolsonaro, que certains surnomment «_ le Trump des tropiques », « doit son ascension à l’élite financière de São ­Paulo, aux grands propriétaires terriens qui ­dévastent l’Amazonie depuis cinquante ans et aux Églises évangéliques. Mais ce qui l’a propulsé au sommet, c’est le soutien des électeurs de la classe moyenne urbaine écœurés par la corruption endémique, la criminalité en hausse et le traitement de faveur réservé selon eux ces dernières années aux pauvres à la peau sombre. _» 

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

Un accord de défense, 100 millions d'euros de prêts et une expertise pour protéger le patrimoine culturel : c'est l'objet de la visite d'Emmanuel Macron en Ethiopie depuis hier. Dans une Corne de l'Afrique en voie d'apaisement politique et en boom économique, quel sens prend ce rapprochement ?

Xavier Martinet s'entretient avec Jean-Joseph Boillot, professeur agrégé de sciences sociales et docteur en économie, conseiller au club du CEPII.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Vous avez déjà essayé de corrompre un directeur d’université ? 

Moi non, pas encore — mes enfants sont petits — mais, aux Etats-Unis, des célébrités sont actuellement inculpées pour l’avoir fait. C’est ce que raconte The Atlantic. C’est un scandale incroyable, tellement édifiant sur le sur-surinvestissement scolaire. 

De quoi s’agit-il ? De people. Par exemple, l’une des actrices ayant joué dans Desperate Housewives, Felicity Huffman, a dépensé des fortunes pour truquer des tests d’admission à des facultés américaines, notamment Yale ou Georgetown. Le FBI — le FBI, rien que ça — a été saisi de ces manipulations qui consistaient notamment à prêter à ces enfants des compétences dans des sports – des sports d’ailleurs que ces enfants parfois ne pratiquaient pas — car, aux Etats-Unis, les universités se disputent les étudiants sportifs, c’est important pour la réputation des facs d’avoir des sportifs de haut niveau. Et c’est ainsi que 33 parents, 33 au moins ont dépensé des sommes folles, entre 200.000 et 6,5 millions de dollars, j’ai bien dit 6,5 millions de dollars, pour que leurs chérubins entrent dans ces facs… Un scandale pratiquement incompréhensible, puisque lorsqu’on peut payer 6 millions de dollars pour faire entrer son rejeton dans une fac pourquoi ne pas lui verser cette somme en lui permettant d’être rentier sa vie durant ? 

Payer des centaines de milliers de dollars pour faire entrer son enfant dans une fac, voilà qui soulève un débat dans un pays où déjà l’accès aux facs est ultra inégalitaire : cette escroquerie signifie qu’il n’y a même pas assez de place pour tous les super riches dans les facs américaines, cela témoigne également du surinvestissement scolaire au sens propre. Les parents sont tellement angoissés que leurs enfants échouent qu’ils sont prêt à payer, et du coup à les mettre en risque, pour qu’ils réussissent…

Ce n’est pas complètement nouveau puisque l’on se souvient que la mère ultra morale de Forrest Gump n’hésita pas à coucher avec un directeur d’école pour que celui-ci accepte son fils mais aujourd’hui, c’est général : désormais les américains  sont prêts à tout pour faire entrer leurs enfants au 7ème ciel universitaire… 

@PetitsMatinsFC 

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
Les témoins de Lendsdorf : un thriller historique avec pour toile de fond la Shoah
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du mercredi 13 mars 2019
6H40
5 min
Le Journal des idées
Bolsonaro, le Trump des tropiques 
6H45
11 min
Les Enjeux internationaux
Corne de l'Afrique : une profession de foi franco-éthiopienne ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Les people américains et le 7ème ciel universitaire
Intervenants
  • réalisateur et scénariste israélien.
  • Professeur agrégé de sciences sociales et docteur en économie, chercheur à l'IRIS spécialiste des grands pays émergents
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......