LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cléa Vincent

Musique : Cléa Vincent / Justice : les vertus de la transparence / Afghanistan / Haro sur l’Hararisme

1h01
À retrouver dans l'émission

Cléa Vincent vous parle de son album "Nuits sans sommeil", et Gilles Dorronsoro de la démocratie afghane. Les chroniques s'intéressent à la justice et au succès de Yuval Noah Harari.

Cléa Vincent
Cléa Vincent Crédits : Kamila K. Stanley - Midnight Special Records

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec Cléa Vincent, auteure, compositrice, interprète pour la sortie de son deuxième album, Nuits sans sommeil (Midnight Special Records). 

La chanson est venue dans un moment de vide, à la vingtaine, où j'ai eu du temps. La chose à laquelle je me suis raccrochée pendant cette période, ça a été l'écriture ; un format chanson et tout de suite, un format pop. C'est venu très naturellement, l'écriture de chanson pop, un peu romantique.

Cléa Vincent, Nuits sans sommeil.
Cléa Vincent, Nuits sans sommeil. Crédits : © Midnight Special Records
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Cléa Vincent sera en concert à la Cigale à Paris le 9 avril. Autres dates.

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Le blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe, où a eu lieu l’agression de deux surveillants par un détenu radicalisé et sa compagne, a été levé après deux semaines de grève du personnel pénitentiaire.

Lequel a obtenu des garanties sur la sécurité, « notamment la dotation de matériels spécifiques ou encore un renfort de personnel » selon Emmanuel Guimaraes, délégué FO Pénitentiaire, qui précise que la reprise ne sera effective que dans « plusieurs jours, le temps qu'une fouille générale de l'établissement soit réalisée pour le sécuriser ». L’OIP (Observatoire international des prisons) avait publié un communiqué alarmant sur les conditions de vie gravement dégradées des détenus, confinés 24h sur 24 dans leurs cellules. Plus de promenade ni de cantine tabac ou autres, et surtout plus de parloirs. Le dernier N° de la revue de l’OIP, Dedans Dehors porte justement sur l’impact de l’incarcération sur les proches. « Le maintien des liens familiaux, condition fondamentale de la réinsertion des personnes placées sous main de justice et de la prévention de la récidive, est une des principales missions de l’administration pénitentiaire », affirme le ministère de la Justice. Et pourtant, ce droit fondamental est quotidiennement malmené, souligne l’édito. Dans cette livraison, un article évoque une affaire où un détenu, mis en cause pour avoir participé à une « action collective de nature à perturber l’ordre de l’établissement » avait demandé à visionner les images de vidéo-surveillance pour apporter la preuve de sa bonne foi, ce qui lui avait été refusé. Le tribunal administratif avait du coup annulé la sanction disciplinaire au motif que « les droits de la défense ont été méconnus ». Une décision conforme à la jurisprudence du Conseil d’État (du 25 juillet 2016) qui estime que le visionnage des enregistrements de vidéo-surveillance relève « du principe constitutionnel de respect des droits de la défense ».

La transparence et la publicité des débats, les magistrats n’y sont pas – en général – opposés car elle apporte une légitimité supplémentaire aux décisions de justice, et surtout elle éclaire les justiciables sur le fonctionnement de l’institution judiciaire. Mediapart a entrepris de diffuser une série de podcasts enregistrés au cours des audiences, une pratique longtemps écartée pour éviter une forme délétère de « justice spectacle ». Pascale Pascariello rappelle que Robert Badinter avait levé l’interdiction à l’occasion du procès de Klaus Barbie par une loi de 1985 qui autorisait « l’enregistrement sonore ou visuel de certains débats, présentant un intérêt pour la constitution d’archives historiques pour la justice ». Mais la justice du quotidien restait à l’écart de cette exception. « Quel sens y a-t-il à autoriser des comptes-rendus d'audience en temps réel, nécessairement partiels, et à interdire un compte-rendu enregistré exhaustif et objectif ? » demande la journaliste. 

Délibérée, la revue du Syndicat de la magistrature, consacre le dossier de son dernier numéro aux relations entre jeu et droit. Le concept de jeu a « souvent été employé pour décrire le rituel judiciaire », rappelle le philosophe Christophe Béal. Il illustre la décision judiciaire, ni totalement prévisible – elle ne se déduit pas mécaniquement des lois - ni tout à fait arbitraire - le juge doit tenir compte de l’ensemble des normes. Ainsi, « le jeu est l’espace paradoxal où la liberté rencontre les règles. »

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

Afghanistan : réintégration des Talibans, la liberté ou la paix ? Déjà décalée au 20 juillet, l'élection présidentielle a encore été reportée hier au 28 septembre. Cette décision intervient alors que depuis deux mois, les Talibans sont en pourparlers directs avec les USA qui négocient leur retrait annoncé. Kaboul est-elle hors jeu, et la démocratie afghane avec ? 

Xavier Martinet s'entretient avec Gilles Dorronsoro, professeur de science politique à l'Université Paris I et membre sénior de l'Institut universitaire de France.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Oui, c’est pratiquement aussi compliqué à dire que la désarafatisation, haro sur l’hararisme, sur Yuvel Noah Harari, penseur israélien, auteur de trois best seller mondiaux, je vois peu d’équivalent à un tel succès de librairie…

Il était normal qu’un tel succès déclenche un retour de bâton, et c’est ce qui arrive en ce moment. C’est visible par exemple dans un dossier publié par "Libération" aujourd’hui. Les pièces du dossier font de Yuval Noah Harari la figure de proue des néo libéraux. Disons que dans un jeu à trois, les populistes, les socialistes et les libéraux, Yuval Noah Harari lutterait pour le troisième camp, et ses hérauts du moment, les patrons de la Silicon Valley. C’est paradoxal en ce sens que Harari est plutôt critique vis-à-vis de l’évolution technophile du monde. Il a même été lu en France comme un anti moderne, à tendance technophobe. Oui mais dans le même temps, Harari professe un individualisme farouche, il explique depuis sapiens que l’homme a été chassé du jardin d’Eden lorsqu’il a cessé d’être un chasseur cueilleur, qu’il doit aujourd’hui se retrouver au travers de la méditation, bref, les activités collectives, protestations collectives, mouvements politiques, ça n’est pas trop le genre d’Harari. 

Pourtant, à mes yeux, Harari est représentatif d’un autre phénomène, finalement beaucoup plus surprenant, et probablement plus profond que la déification de Google… Harari signe le retour de deux 'ismes', le scientisme et le darwinisme, en particulier le darwinisme social… sous couvert de spiritualité, la vision de l’être humain qui, sourd de ses livres, est finalement, très mécanique, très inspirée des sciences cognitives, comme si finalement l’être humain était la conséquence de ses neurones et de ses synapses, comme si l’être humain se résumait à une somme de réactions biochimiques – je ne vois pas de définition plus pure du scientisme, moins spiritualiste que celle-ci. Mais surtout, le néo darwinisme qui était mort et enterré en sciences sociales, je dis bien en sciences sociales, est aujourd’hui largement dominant.

Comme si l’histoire de l’être humain se résumait à l’histoire de son évolution biologique, comme si en adorant le dieu des sciences, on voulait se débarrasser de la science des dieux… 

@PetitsMatinsFC 

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
Cléa Vincent : "Je viens d'une génération fleur bleue, je l'assume"
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du jeudi 21 mars 2019
6H40
5 min
Le Journal des idées
Justice : les vertus de la transparence
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Afghanistan : réintégration des Talibans, la liberté ou la paix ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Haro sur l’Hararisme
Intervenants
  • Auteure, compositrice et interprète
  • Professeur de science politique à l'Université Paris I et membre sénior de l'Institut universitaire de France, spécialiste de l’Afghanistan et de la Turquie
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......