LE DIRECT
Exposition "Monstres, mangas et Murakami" au Musée en Herbe

Expo : Monstres, mangas et Murakami / La justice, les droits, l’égalité / Israël - Palestine / Mentir pour défendre le président

1h
À retrouver dans l'émission

Sylvie Girardet vous parle de l’exposition "Monstres, mangas et Murakami", et Leïla Seurat des tensions à la frontière entre Israël et la Palestine. Les chroniques s'intéressent à la philosophie politique et à la notion de mensonge.

Exposition "Monstres, mangas et Murakami" au Musée en Herbe
Exposition "Monstres, mangas et Murakami" au Musée en Herbe Crédits : @AmbMasatoKitera

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec Sylvie Girardet, directrice du Musée et commissaire de l’exposition Monstres, mangas et Murakami, au Musée en Herbe, à Paris, pour petits et grands, qui offre une plongée dans l'art fantastique japonais, à travers les œuvres de l'artiste Takashi Murakami et de son collectif, la Kaïkaï Kiki, jusqu'au 22 septembre 2019.

Takashi Murakami a été longtemps fasciné par Andy Warhol - ces fameuses fleurs vues chez Warhol, on les retrouve chez Murakami - mais maintenant, il revendique sa propre création. Il a créé sa propre "factory", la Kaïkaï kiki. Murakami n'est pas que le pop artiste avec les petites fleurs gentilles ou les robots intrigants. 

L’exposition Monstres, Manga et Murakami propose un parcours interactif permettant de découvrir en s’amusant les yôkai, créatures surnaturelles issus du folklore japonais.
L’exposition Monstres, Manga et Murakami propose un parcours interactif permettant de découvrir en s’amusant les yôkai, créatures surnaturelles issus du folklore japonais.

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Les grandes notions de la philosophie politique sont à l’ordre du jour dans le débat public, et dans le climat social que nous connaissons.

Philosophie magazine consacre un dossier à cette question : Qu’est-ce qu’une société juste ? La Théorie de la justice de John Rawls est au cœur des discussions. Martin Legros en rappelle les grandes lignes. Depuis Aristote, « Le juste est ce qui est conforme à la loi et ce qui respecte l’égalité ». Le jurisconsulte romain Ulpien précisait que la justice consiste à « rendre à chacun son dû ». La pensée utilitariste, longtemps dominante aux États-Unis fait de « l’utilité commune », soit le « plus grand bonheur du plus grand nombre », le critère décisif, au risque de bafouer les droits de la minorité. C’est pourquoi Rawls oppose à cette conception l’idée que la justice est une valeur supérieure au bien-être collectif : « Chaque personne possède une inviolabilité fondée sur la justice qui, même au nom du bien-être de l’ensemble de la société, ne peut être transgressée. »

Mais le droit et la justice peuvent-ils jamais coïncider complètement ? S’il est vrai, comme l’affirmait l’historien du droit romain Rudolf von Jehring, que « l’intérêt est le foyer pratique du droit dans le sens subjectif » et qu’il ne représente par conséquent que la défense des intérêts particuliers dans une logique de classe, qu’en est-il de la notion de justice ? C’est la question ouverte par Paul Audi dans son dernier livre, publié chez Galilée sous le titre Réclamer justice. Comme on peut le voir aujourd’hui encore, l’exigence de justice dépasse l’ensemble des normes juridiques existantes. Et dans cet écart entre le juste et le légal, c’est tout l’espace de la légitimité qui se libère, « devant laquelle la légalité est sans cesse invitée à comparaître ». 

« Rousseau tient l’égalité pour une aspiration innée de l’âme ou du cœur » écrit Pierre Bergounioux dans le dernier opuscule de la collection Tracts chez Gallimard : Faute d’égalité. Jusqu’à ce jour en effet, « aucune des initiatives suscitées par la passion de l’égalité n’a abouti ». Pourtant, comme le soutenait Pierre Bourdieu, après Durkheim, « l’inconscient n’est pas, comme l’avance Freud, l’infantile en nous mais l’histoire présente tout entière dans l’objectivité et la subjectivité des agents qui font l’histoire ». C’est pourquoi l’écrivain porte son long regard sur la persistance, « jusque dans les formes les plus contemporaines de la contestation, en pleine crise du capitalisme et de la représentation politique » de ce « rêve égalitaire qui nous est propre ».

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

Des manifestations contenues samedi à la frontière avec Israël pour le premier anniversaire de la Marche du Retour. Le mouvement lancé par les partis palestiniens pour marquer les 70 ans de l’Etat d’Israël et de l'exode des Palestiniens est aussi un moyen de pression sur Israël de la part du Hamas. Israël - Palestine : la Marche du Retour, un outil de négociation ?

Xavier Martinet s'entretient avec Leïla Seurat, chercheuse associée au CERI (CNRS - Sciences Po).

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

A-t-on le droit de mentir pour défendre le président ? 

Alors, depuis hier, depuis la nomination de Sibeth Ndiaye au poste de porte-parole du gouvernement, l’une des phrases prononcées par cette femme resurgit, ultra commentée, celle par laquelle elle affirmait en substance être « prête à mentir pour défendre le président », phrase qu’elle estime sortie de son contexte. 

Est-il légitime en politique de mentir pour défendre un président ou plus généralement une politique ? C’est probablement l’une des plus vieilles controverses, des rayons entiers de bibliothèques ont été surchargés grâce à ce sujet, et notamment une controverse entre Benjamin Constant et Emmanuel Kant. Elle a été analysée par Mai Lequan, et cette controverse est à l’origine de deux conceptions radicalement distinctes de la politique, sans que l’on puisse dire que l’une est progressiste tandis que l’autre serait populiste, si vous voyez ce que je veux dire… 

Pour Benjamin Constant, auteur d’Adolphe, mais aussi grand penseur du libéralisme, tout le monde a le droit de mentir, et notamment les politiques, mais pas n’importe quand. C’est ainsi que Constant écrit « Le principe moral que dire la vérité est un devoir, s’il était pris de manière absolue et isolée, rendrait toute société impossible [...]. Dire la vérité est un devoir. Qu’est-ce qu’un devoir ? L’idée de devoir est inséparable de celle des droits : un devoir est ce qui, dans un être, correspond aux droits d’un autre. Là où il n’y a pas de droits, il n’y a pas de devoirs. [...] Or nul homme n’a droit à la vérité qui nuit à autrui ». 

Alors pour le philosophe Emmanuel Kant, au contraire le mensonge est la matière la plus dissolvante pour la société. C’est ainsi que Kant lâche : « La plus grande transgression du devoir de l’homme envers lui-même, considéré uniquement comme être moral est le contraire de la véracité : le mensonge ». En fait, Kant condamne absolument le mensonge pour trois raisons. En premier lieu, si quelqu’un ment, il n’est plus crédible, et l’existence même de la société repose sur le fait que les autres sont crédibles. En outre, un devoir peut exister sans qu’il y ait un droit symétrique, ce qui signifie que je peux avoir le devoir de la vérité sans qu’autrui ait nécessairement droit à cette vérité. Enfin, selon Kant, personne n’a le droit de choisir parmi les hommes entre ceux qui ont droit à l’humanité et ceux qui vont devoir faire avec le mensonge. 

Alors qui choisir entre Kant et Constant ? Si vous voulez mon avis, Je crois bien que tous les politiques qui refusent le mensonge au nom de Kant sont de secrets disciples de Constant. 

Et si vous voulez en savoir plus, voici le lien vers l’article que Mai Lequan consacre à ce sujet :

https://www.cairn.info/revue-etudes-2004-2-page-189.htm#

@PetitsMatinsFC 

Chroniques

6H02
26 min

Le Réveil culturel

La culture pop japonaise revisitée par Takashi Murakami
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du mardi 02 avril 2019
6H40
5 min

Le Journal des idées

La justice, les droits, l’égalité
6H45
9 min

Les Enjeux internationaux

Israël - Palestine : la Marche du Retour, un outil de négociation?
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Mentir pour défendre le président
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......