LE DIRECT
Martin Sheen dans "Apocalypse Now Final Cut" de Francis Ford Coppola.

Cinéma : Apocalypse Now Final Cut - L’Amazonie, un bien commun - Italie - Gestionnaires de mots de passe

1h
À retrouver dans l'émission

Samuel Blumenfeld vous parle du film de Francis Ford Coppola, "Apocalypse Now final cut", et Ludmila Acone de l'alliance du Parti démocrate italien et du Mouvement 5 étoiles. Les chroniques s'intéressent à la notion de « communs » et aux mots de passe.

Martin Sheen dans "Apocalypse Now Final Cut" de Francis Ford Coppola.
Martin Sheen dans "Apocalypse Now Final Cut" de Francis Ford Coppola. Crédits : Copyright STUDIOCANAL GmbH

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

A l'occasion de la sortie en salles d'une nouvelle version du film culte de Francis Ford Coppola, Apocalypse Now final cut, Tewfik Hakem s'entretient avec le journaliste et écrivain, Samuel Blumenfeld, auteur de Les derniers jours de Marlon Brando (éditions Stock).

Ce n'est pas la troisième, ça doit être la cinquième, sixième ou septième version du film. Avant même de présenter son film en 1979, à Cannes, Coppola avait fait déjà plusieurs "previews" à San Francisco, et à Los Angeles, et c'était déjà une autre version. C'est vraiment Apocalypse à tous les étages, Coppola n'a jamais trouvé la version définitive de son film : c'est un "working progress" génial.

Apocalypse Now Final Cut
Apocalypse Now Final Cut

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

La notion de « communs », utilisée notamment pour désigner des espaces naturels à protéger, est aujourd’hui mobilisée en défense de l’Amazonie.

Cette notion est due à l’économiste Elinor Ostrom et renvoie à l’idée d’une gestion collective et locale des ressources. Elle est proche de la notion de patrimoine commun de l’humanité, qui implique que l’exploration de certains espaces comme la lune, les fonds marins ou les pôles doit se faire pour le bien et dans l’intérêt de tous les pays du monde. Dans Le Monde, en pages idées, Philippe Descola s’y réfère à propos de l’Amazonie. L’anthropologue, professeur au Collège de France, qui a longtemps enquêté sur les Jivaro Achuar, dans la partie équatorienne de l’Amazonie, estime qu’il faudrait conférer une personnalité juridique à des milieux de vie tels que celui de la forêt amazonienne, à l’instar de la rivière Wanganui en Nouvelle-Zélande. Il évoque les près de « 600 ethnies parlant des langues différentes en Amazonie » dont la plupart « se sont trouvées confrontées au colonialisme interne, aux industries extractives (pétrole et or surtout), aux exactions de mouvements paramilitaires, à l’invasion de leurs territoires, à l’ennoiement par des barrages ». Avant d’être « poumon de la planète », l’Amazonie est « d’abord leur milieu de vie qui est détruit par les incendies, le lieu où ils sont nés, où ils chassent, où ils interagissent avec des esprits ». Certains s’en tirent mieux que d’autres : les Jivaros de l’Equateur, qu’il connaît bien, « mènent des combats efficaces contre les compagnies minières (chinoises) et pétrolières parce qu’ils sont nombreux et qu’ils ont une réputation guerrière dont ils jouent fort bien pour effaroucher ceux qui convoitent leur territoire ». Mais en général, que peuvent quelques centaines d’individus contre les milices des grands propriétaires terriens « qui déboisent la forêt afin de créer des pâturages qu’ils revendent ensuite à des entreprises de l’agrobusiness » ? 

Sur le site du quotidien La Croix, Estelle Maussion et Marine Lamoureux soulignent que « l’action des traités et fonds de protection reste limitée par la souveraineté nationale ». Mais elles évoquent le cas de la Colombie, où en 2018 la Cour Suprême saisie par une ONG, « a reconnu à la partie colombienne de la forêt tropicale le statut de personnalité juridique et le droit d’être protégée à travers un pacte associant l’État, les autorités locales, les populations autochtones et les générations futures ». Et elles rappellent que certains espaces sont protégés depuis longtemps. « Dès 1959, un traité fait de l’Antarctique un territoire neutre dédié à la recherche. Paraphé au départ par douze pays, il réunit aujourd’hui 54 signataires. » Depuis lors, « un protocole relatif à la protection de l’environnement, entré en vigueur en 1998, complète le dispositif en faisant de l’Antarctique une « réserve naturelle consacrée à la paix et à la science », y interdisant toute exploitation des ressources minérales. » Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président d’un groupe de travail du Giec, déplore que ces mesures n’aient pas été prise en Arctique, « où plusieurs pays ont des intérêts économiques directs ».

La dernière livraison de la revue Espaces et sociétés est consacrée à la question des biens communs en relation aux territoires. L’édito rappelle que le bien commun désigne une aspiration, un intérêt partagé qui se situe au-delà des intérêts individuels et de l’Etat. Vanessa Iceri et Sylvie Lardon, de l’INRA, ont mené l’enquête sur le faxinal brésilien, une forme de communauté rurale caractérisée par l’usage commun des terres agricoles dans un système agro-sylvo pastoral. Maintien et transmission des savoirs traditionnels, résistance au modèle productiviste de l’agriculture moderne au Brésil, préservation des ressources naturelles, ces communautés s’organisent suivant les principes de l’autogestion, du travail collectif et du partage des ressources. Autrefois considérée comme passéiste, « avec l’émergence des enjeux écologiques et sociaux depuis la modernisation agricole, la production traditionnelle revient à la mode et incarne un modèle alternatif d’agriculture ».

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Les tractations continuent ce matin au Parlement italien pour former un nouveau gouvernement. Après avoir réglé encore quelques points de divergence, le PD et le M5S devraient annoncer aujourd'hui leur coalition... Que peuvent-ils se trouver de commun ?

Julie Gacon s'entretient avec Ludmila Acone, historienne spécialiste de l'Italie.

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Pendant les vacances, vous avez tout oublié… 

Et c’est malin, vous avez notamment oublié votre mot de passe. S’agit-il de Julie, Julie1, Gacon2, à moins qu’il s’agisse de la marque de votre première voiture mais vous n’avez pas le permis, bref comment s’en souvenir ? Comment se souvenir de vos mots de passe, c’est au pluriel, puisque maintenant, même pour réserver la colonie de vacances du petit dernier, le site vous demande un mot de passe au cas où un pirate informatique usurperait votre identité pour réserver la colo à votre place. 

Tout passe, tout lasse, sauf les glaces mais les mots de passe — chaque retour de congé appelle de fructueux échanges avec le service informatique pour réinitialiser les mots de passe. On ne mesurera jamais assez le temps que l’informatique nous fait perdre, la productivité détruite par l’ordinateur… 

Aujourd’hui pour bien vivre, je veux dire vivre normalement dans un environnement numérique, il faut maîtriser la technologie Enigma, autrement dit être capable de retenir une palanquée de mots de passe à moins bien sûr que l’on puisse maitriser un système de codage perfectionné qui permettra de les retrouver tous. Parce que, ou bien vous les écrivez en tout petit dans votre portefeuille, ou bien vous utilisez un moyen mnémotechnique, par exemple le sixième mot de La recherche du temps perdu, mais après deux mois de vacances, allez vous souvenir de l’endroit dans Proust où vous avez caché votre mot de passe. 

Heureusement, il n’y a pas de problème suffisamment complexe que les informaticiens et autres génies de la Silicon Valley ne réussissent pas à complexifier encore. D’où l’apparition de gestionnaires de mot de passe, censés vous éviter d’utiliser « motdepasse » comme mot de passe, ou bien « 280869 » si vous êtes né le 28 aout 1969, dans lequel cas j’en profite quand même pour vous souhaiter bon anniversaire. 

Ce qui est très bien avec un gestionnaire de mots de passe, outre le fait qu’il va falloir payer pour retrouver le mot de passe de la colo du petit dernier, ce qui est très bien avec un gestionnaire de mots de passe, c’est qu’il va falloir se souvenir de ce machin. C’est un beau projet de devoir payer pour se retrouver dans le dédale de mots de passe qui jalonne désormais nos existences. Mais au fait, où allez-vous cacher le mot de passe qui va vous permettre d’accéder à votre gestionnaire de mots de passe ? 

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H03
25 min

Le Réveil culturel

Samuel Blumenfeld : "Pour Coppola, mettre en scène "Au cœur des ténèbres" de Conrad, c'était se mesurer à Orson Welles"
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du mercredi 28 août 2019
6H40
5 min

Le Journal des idées

L’Amazonie, un bien commun
6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

Parti démocrate italien et Mouvement 5 étoiles, drôle d'alliance
7H00
11 min

Journal de 7 h

Des cybergendarmes français éradiquent un virus qui touche 850 000 ordinateurs dans le monde
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......