LE DIRECT
En Argentine, à la veille de la présentation par l'opposition d'une loi exigeant l'instauration d'un état "d'urgence alimentaire", des manifestants campent devant le Ministère du développement Social à Buenos Aires le 12 Septembre 2019.

Livre : Justine Bo - La dialectique des « Lumières » - Crise en Argentine et FMI - Allez-vous mettre des pneus d'hiver ?

1h
À retrouver dans l'émission

Justine Bo vous parle de son roman "Onanisme", et Anne-Laure Delatte de la grave crise que traverse l'Argentine malgré l'aide du FMI. Les chroniques s'intéressent à l’héritage du siècle des Lumières et à la rumeur concernant les pneus d'hiver.

En Argentine, à la veille de la présentation par l'opposition d'une loi exigeant l'instauration d'un état "d'urgence alimentaire", des manifestants campent devant le Ministère du développement Social à Buenos Aires le 12 Septembre 2019.
En Argentine, à la veille de la présentation par l'opposition d'une loi exigeant l'instauration d'un état "d'urgence alimentaire", des manifestants campent devant le Ministère du développement Social à Buenos Aires le 12 Septembre 2019. Crédits : Emiliano Lasalvia - AFP

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec la romancière Justine Bo pour la sortie de Onanisme, paru aux éditions Grasset.

Nour a vingt ans, en 2018. Le roman commence au lendemain de la victoire de la finale de la Coupe du monde de football. C'est un moment de gueule de bois, d'hébétude, un moment de joie et aussi un moment de flottement. Cette jeune fille qui s'appelle Nour reprend son service au Mac Donald et quand elle rentre chez elle le soir, elle découvre que son père, Saïd, vient de mourir. A ce grand moment de liesse senti la veille succède la tristesse immédiate de la mort de son père.

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

La référence à l’héritage du siècle des Lumières revient en force sur la scène intellectuelle, médiatique ou politique. Pourtant y a-t-il une véritable unité dans cet ensemble de penseurs, si ce n’est une commune défense de la raison ?

Et d’abord, il aura fallu plus d’un siècle pour que les « Lumières » deviennent une catégorie historiographique. C’est ce que rappelle Antoine Lilti dans un ouvrage très documenté, publié en coédition EHESS Gallimard Seuil sous le titre L’héritage des Lumières. Ambivalences de la modernité. Le terme lui-même est très disputé : on parle des Lumières écossaises, mais aussi anglaises – conservatrices – ou encore allemandes – savantes et religieuses, à ne pas confondre avec l’Aufklärung – espagnoles, lusophones etc. Maïmonide est à bon droit considéré comme le représentant des « Lumières juives » du Moyen Âge et Averroès celui des Lumières arabes du XVIIe siècle. Par ailleurs La recherche a mis en valeur « la présence de l’ésotérisme et de l’hermétisme, voire de l’irrationnel au cœur des Lumières ». 

Sur les droits de l’homme et l’universalisme du genre humain, on a montré que l’anthropologie des Lumières pouvait être entachée de racisme et que les droits des femmes n’y étaient pas reconnus. Sans compter la mise en cause de l’humanisme universaliste par les études postcoloniales. « L’image traditionnelle, celle d’un petit groupe de philosophes parisiens maniant l’ironie et l’esprit critique contre l’intolérance religieuse et l’absolutisme, a volé en éclats » écrit Antoine Lilti. Mais on voit bien le sens d’une telle référence aujourd’hui. « Nos sociétés, qui se croyaient sécularisées, ont assisté, effarées, au retour en force de la religion, jusque sous ses formes les plus intolérantes et violentes. Les droites extrêmes, nationalistes et xénophobes, sont redevenues des forces politiques importantes, même dans les bastions historiques de la démocratie libérale. »

Après une période – dans les années 1970 – où divers courants de la pensée critique ont dénoncé « les compromissions de l’universalisme éclairé avec l’impérialisme occidental », « les périls de la science et les faux-semblants du progrès », l’heure est donc à la revendication de l’héritage des Lumières, sans nuances et sans égard pour leur diversité. C’est pourquoi l’historien des idées a entrepris cette mise au point détaillée et suggère cette définition : « les Lumières, par construction, sont un concept philosophique et politique, la façon dont nous désignons le récit des origines de la modernité européenne, en l’inscrivant dans les transformations culturelles du XVIIIe siècle. » Et non pas seulement un « credo rationaliste universel » mais « l’intuition inaugurale d’un rapport critique d’une société à elle-même ».

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Crise en Argentine: le FMI a-t-il changé ? Sa directrice générale Christine Lagarde va quitter la tête de l'institution sur un échec: la grave crise que traverse l'Argentine malgré un prêt de 57 milliards de dollars. Pourtant, le FMI avait montré une certaine volonté à apprendre de ses erreurs.

Julie Gacon s'entretient avec Anne-Laure Delatte, Directrice adjointe du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII).

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Allez-vous mettre des pneus d’hiver ?

Je vous en parle parce que, depuis quelques jours, une rumeur — quelque chose qui, comme on le dit aujourd’hui, agite les réseaux sociaux — évoque les pneus d’hiver : ils seraient sur le point de devenir obligatoire du 1er novembre au 31 mars, un terrible projet dans les tuyaux. En l’absence d’équipements spéciaux, l’automobiliste récolterait une amende, voire verrait son véhicule immobilisé… 

Oui, mais voilà, depuis le 17 novembre 2018, tout ce qui touche à la bagnole est devenu absolument sacré. Et le pneu d’hiver est devenu une source d’effroi, une nouvelle version de Rubber, le film de Quentin Dupieux, lequel mettait en scène un pneu tueur. Rendre les pneus hivers obligatoire… Et pourquoi ne pas augmenter le prix du diesel pendant qu’on y est ? 

Voilà pourquoi le gouvernement a immédiatement passé la marche arrière, créant une sorte d’embouteillage où il est difficile de se retrouver. Une simple recherche suffit pour ne plus rien comprendre. Alors certains titres de presse régionaux expliquent que les chaînes et pneus hivers vont bientôt être obligatoires — ce qui soit dit en passant n’est pas du tout la même chose, on ne va pas imposer aux automobilistes de rouler en permanence avec des chaines — tandis que d’autres annoncent que non, les pneus hivers ne vont pas du tout être obligatoires. En réalité, il semblerait que cela dépende de l’endroit… Un texte existe effectivement, relatif à la loi montagne, mais pour l’instant, les décrets d’application ne sont pas sortis et on peut dire qu’ils ne sont pas prêts de sortir.

Au bout du compte, la montagne accouche d’une souris, ou plus exactement seule la montagne accouche d’une telle loi, laquelle serait bien inutile puisque l’on imagine qu’en zone montagneuse, les automobilistes n’attendent pas une loi pour savoir que l’hiver il neige, et qu’il faut s’adapter. Mais ce pataquès sur les pneus neige montre que même en montagne, le gouvernement est décidé à ne pas faire de vagues.

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H03
26 min

Le Réveil culturel

Justine Bo : "Je n'arrive pas à faire le deuil de mes colères"
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du lundi 16 septembre 2019
6H40
5 min

Le Journal des idées

La dialectique des « Lumières »
6H45
11 min

Les Enjeux internationaux

Le FMI a-t-il changé?
7H00
12 min

Journal de 7 h

Les professions libérales mobilisées contre la réforme des retraites
Intervenants
  • réalisatrice et écrivaine
  • Economiste, chercheuse au CNRS, membre du Laboratoire Leda de l'Université Paris-Dauphine, spécialiste de la finance, des paradis fiscaux et de la zone euro
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......