LE DIRECT
Anaïs Vanel

Livre : Anaïs Vanel - Un sommet pour le climat - L'ONU peut-elle tenir sa promesse d'un monde multilatéral ? - Allez-vous continuer à vapoter ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Anaïs Vanel vous parle son premier roman "Tout quitter", et Alexandra Novosseloff de la gestion collective des affaires du monde par l'ONU. Les chroniques s'intéressent au Sommet des Nations Unies pour le climat et à la panique liée au vapotage.

Anaïs Vanel
Anaïs Vanel Crédits : © Collection Anaïs Vanel

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec l'éditrice, écrivaine, Anaïs Vanel, qui signe un premier roman paru aux éditions Flammarion : Tout quitter

C'est l'histoire d'une nouvelle vie consacrée à la passion du surf. Ce sont des instantanés, des petits fragments d'émotion retrouvés, perdus de vue. J'avais en apparence une belle carrière, une belle vie parisienne mais j'éprouvais un beau vide, un manque de sens dans ma vie. J'étais dans une vie parisienne un peu fantomatique, alors soit je quittais tout, soit je mourais. J'avais besoin de me reconnecter à des choses simples. J'ai fait un stage de surf et cela m'a bouleversée, comme une reconnexion à mon corps alors que je vivais avec mon cerveau. Plein de souvenirs d'enfant sont remontés. 

Première page du roman "Tout quitter" d'Anaïs Vanel, publié aux éditions Flammarion.
Première page du roman "Tout quitter" d'Anaïs Vanel, publié aux éditions Flammarion. Crédits : © Anaïs Vanel

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Aujourd’hui s’ouvre à New York le Sommet des Nations Unies pour le climat. Et vendredi la mobilisation, notamment de nombreux jeunes, a été importante partout dans le monde.

Plus de quatre millions de personnes ont manifesté et « 5 800 actions dans 163 pays, 73 syndicats, 820 associations de la société civile ou encore 3 024 entreprises » ont été engagés dans le mouvement de grève pour le climat, selon le bilan présenté par l’ONG internationale 350.org, que cite Le Monde. « Commencées en Asie, les manifestations ont été particulièrement réussies en Australie, avec près de 400 000 personnes, mais aussi des milliers de manifestants au Japon, en Inde, aux Philippines, au Pakistan ou encore en Thaïlande. La jeunesse africaine a elle aussi défilé, avec 5 000 personnes en Afrique du Sud, mais aussi des centaines de lycéens à Kampala, en Ouganda. » C’est L’Allemagne qui remporte la palme du pays qui a le plus mobilisé, avec 1,4 million de marcheurs. Manifestation très suivie également à Londres, avec 100 000 personnes dans les rues. Les jeunes se sont mobilisés aussi au Portugal, en Turquie, aux Pays-Bas, en Grèce, en Italie… En France, 40 000 manifestants se sont rassemblés dans plusieurs villes. 

Comme Greta Thunberg, la Canadienne Severn Cullis-Suzuki s’était fait connaître à l’âge de 12 ans, en 1992, à la tribune du sommet de la Terre de Rio. Aujourd’hui biologiste et écologiste, elle poursuit son engagement aux côtés d’un peuple autochtone, les Haïda, et affirme que nous devons nous inspirer de leur sagesse pour vivre en harmonie avec la nature. Dans les pages idées de Libération, elle « insiste sur la nécessité d’un combat intergénérationnel ». Elle souligne la surreprésentation des filles dans ce mouvement. « Ce sont les femmes qui, sur cette planète, s’occupent le plus souvent des enfants, font attention à leur éducation, à leur santé, lisent la liste des ingrédients sur les aliments qu’elles donnent à manger, donnent à des ONG environnementales, se préoccupent de l’avenir. » 

L’Humanité évoque le sommet qui doit rassembler aujourd’hui une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement à New York. « Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, ambitionne de ranimer une dynamique internationale aujourd’hui léthargique. » Marie-Noëlle Bertrand précise que pour lui seuls les États qui auront des engagements clairs à mettre sur la table auront accès à la tribune. « En faisant cela, le secrétaire général de l’ONU prend le risque de s’attaquer à Trump et à ses partenaires », relève Maxime Combes, économiste et membre d’Attac.

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Certains voudraient que l'ONU, réformée et renforcée, soit le seul cadre multilatéral pour traiter les grands sujets sociaux, économiques et environnementaux. Jusqu’où peut-on avoir une gestion collective des affaires du monde, à 193 Etats ?

Julie Gacon s'entretient avec Alexandra Novosseloff, Senior Visiting Fellow au Brian Urquhart Center for Peace Operations International Peace Institute (IPI) de New York.

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Et vous, vous allez continuer à vapoter ?

Je dis cela parce que c’est intéressant cette brusque panique autour de la cigarette électronique… La cigarette électronique aurait fait — allez a fait 5 morts et, mettons 700 malades aux Etats Unis — alors immédiatement les Etats Unis mais aussi l’Inde veulent l’interdire. Voilà enfin deux gouvernements qui prennent très au sérieux la santé de leurs ressortissants. 

Reste que l’on ne comprend pas très bien pourquoi cette urgence pour la cigarette électronique qui certes a causé 5 Morts. 5 morts c’est beaucoup, beaucoup trop… Mais 5 c’est moins que 480.000 personnes car en 2015, on considérait que 480.000 américains mourraient chaque année du fait du tabac, 6 millions dans le monde, c’est la première cause de mortalité. 

Alors bien sûr, il n’est pas évident de savoir combien de personnes ont cessé de fumer pour vapoter, sachant que le mouvement historique est plutôt celui de la baisse de la consommation de tabac : par exemple, aux Etats-Unis, il n’y a plus que 15 % des adultes qui fument, 15 % c’est beaucoup mais c’est 3% de moins qu’il y a trois ans, une baisse que l’on ne peut pas ne pas relier, en tout cas en partie, à l’apparition de la cigarette électronique. Et même un débutant en matière de santé publique, trouverait quelque peu étonnant d’interdire la cigarette électronique, même si celle-ci a tué 5 personnes, sachant que par exemple, aux Etats-Unis, les armes à feu tuent chaque année 40.000 personnes. Alors bien sûr, rien ne dit que si d’aventure, un gouvernement américain interdisait, mettons les armes à feu, rien ne dit alors que les cigarettes électroniques ne deviendraient pas des armes par destination, on assisterait à des actes barbares à grand coup de vapoteuses. 

N’empêche que l’on ne peut pas s’empêcher de s’étonner de cette hiérarchie qui est effectué car, bien entendu, il y a d’autres choses qui tuent : les armes à feu, je l’ai dit, l’obésité, les cirrhoses, etc… Mais pour prendre un autre danger grave, les escalators et les ascenseurs ont fait l’année dernière 30 morts en 17000 blessés aux Etats-Unis, il me paraît donc urgent d’interdire ces dispositifs six fois plus risqués que la cigarette électronique. Cela permettra de voir si le lobby des fabricants d’ascenseurs est plus ou moins puissant que le lobby du tabac aux Etats-Unis. 

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H03
26 min

Le Réveil culturel

Anaïs Vanel : "C'est étonnant de se reconnecter avec son corps quand on a vécu des années avec un cerveau"
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du lundi 23 septembre 2019
6H40
4 min

Le Journal des idées

Un sommet pour le climat
6H45
11 min

Les Enjeux internationaux

L'ONU peut-elle tenir sa promesse d'un monde multilatéral?
7H00
12 min

Journal de 7 h

Un sommet sur l'urgence climatique à l'ONU
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......