LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pas plus le jour que la nuit, 6ème album d'Alex Beaupain.

Musique : Alex Beaupain - La littérature et la vie - Impact de la procédure d'Impeachment sur l'Afghanistan - Peut-on dire que l’on nous cache la vérité ?

1h
À retrouver dans l'émission

Alex Beaupain vous parle de son dernier album, et Gilles Dorronsoro des effets en Afghanistan de la procédure de destitution de Donald Trump. Les chroniques s'intéressent à l’auteur en littérature et à la vérité cachée.

Pas plus le jour que la nuit, 6ème album d'Alex Beaupain.
Pas plus le jour que la nuit, 6ème album d'Alex Beaupain. Crédits : © Polydor

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec l'auteur, compositeur, interprète, Alex Beaupain, pour la sortie de son album, Pas plus le jour que la nuit (label Polydor).

Les chansons tristes sont celles que j'ai le moins de mal à écrire, mais il me faut un peu de recul par rapport à la tristesse pour écrire des chansons tristes. Si je pense à une définition de la pop musique, c'est chanter des chansons graves.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

A l’approche de la saison des prix littéraires, les listes des finalistes commencent à susciter les commentaires. C’est l’occasion de poser la question de l’auteur en littérature.

Après leur deuxième sélection révélée le 1er septembre, les dix jurés du Goncourt annonceront les quatre finalistes le 27 octobre à Cabourg, à l'occasion du centenaire du prix Goncourt attribué, le 10 décembre 1919, à Marcel Proust pour A l'ombre des jeunes filles en fleurs. Profusion de l'autofiction, confusion entre récit et roman, injonction de vérité… Les pages Débats&controverses de L’Humanité s’interrogent sur le vrai en littérature. Pour Olivier Barbarant, et n’en déplaise à Thomas d’Aquin, toute vérité ne se définit pas par l’adéquation entre la pensée et les choses. Il y a des régimes de vérité, et celui qui répond à la littérature n’est pas celui du savant, du journaliste ou du policier. « La terre est bleue comme une orange », peut oser Eluard, en ajoutant : « Jamais une erreur les mots ne mentent pas ». L’écrivain estime « que la littérature ne reproduit pas la réalité, elle en produit une, en donnant voix à ce qui n’était pas apparent avant elle ». Et il précise qu’il y a « des régimes de vérité spécifiques aux genres littéraires. Un pacte éthique définit l’autobiographie : celui qui dit « je » y est l’auteur ; les faits évoqués ont eu lieu, ou ont été sincèrement perçus comme tels. Lorsqu’elle a vu le jour, l’autofiction pour sa part essayait d’explorer ce que pouvait produire une introspection doublée de possibles embardées imaginaires ». 

Dans les pages idées de L’Obs, Clémentine Vidal-Naquet pose à sa manière d’historienne la question du rapport à la vérité à travers le travail de l’archive. Dans la nouvelle collection qu’elle dirige à La Découverte, A la source, le premier volume est signé Arlette Farge et s’intitule Vies oubliées. La vie qui s’y révèle est touchante, et un détail peut exprimer un trait de l’époque. Plaisir de l’enquête, même si l’on est souvent perdu face à la profusion des documents au moment de la plongée, rapport au mystère, l’historienne s’y montre très attentive, comme elle l’a toujours été, à la parole des gens de peu. Aujourd’hui – ajoute Clémentine Vidal-Naquet, « les historiens s’interrogent de plus en plus sur la façon dont on peut écrire l’histoire. L’archive est prise dans cette interrogation. » 

« Faire une revue, c’est aussi former une communauté de discussion et d’écriture. » Typhaine Garnier fait partie du trio qui a décidé de relancer la célèbre revue de poésie TXT, fondée en 1969 par Christian Prigent et Jean-Luc Steinmetz, et qui « s’était engagée dans les suites de Mai 68 avec la grimace d’un rire «carnavalesque», selon le mot célèbre de l’édito du premier numéro, lancé face au vieux monde - et à la vieille littérature ». Dans Libération, elle évoque la nouvelle livraison de la revue qui « cultive la surprise et le bizarre, le jeu et la radicalité - jamais la nostalgie d’une grande époque. La revue est par ailleurs ponctuée par des pages d’un faux almanach, parodie d’éphémérides et de petites annonces, le tout salé d’humour vache. » 

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Les effets de la procédure de destitution de Donald Trump se font déjà sentir bien au-delà du territoire américain. Les pays où les Etats-Unis se sont fortement impliqués commencent à ressentir les effets d’une certaine vacance soudaine… De l'impact de la procédure d'Impeachment sur la politique étrangère américaine : l'exemple afghan.

Julie Gacon s'entretient avec Gilles Dorronsoro, professeur de science politique à l'Université de Paris 1- Panthéon-Sorbonne.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Peut-on dire que l’on nous cache la vérité ?

Peut-on dire que l’on nous cache la vérité sur Tchernobyl ? Dans mes souvenirs, la réponse était « bien sûr que oui » : on nous a expliqué à l’époque que le nuage s’est arrêté aux frontières de l’hexagone, c’est ce que j’ai dit à l’antenne il y a deux jours provoquant la réaction d’auditeurs, contestant ce qu’ils taxaient de fake news, d’infox. Je suis donc allé regarder ce qui s’était réellement passé à  l’époque, et j’ai trouvé des points communs avec ce qui se déroule aujourd’hui, suite à l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen. 

Le journal Le Parisien a publié une utile mise au point, avec recherche dans ses archives, sous la signature de Nicolas Beunaiche. La catastrophe de Tchernobyl a eu lieu le 26 avril 1986. Trois jours plus tard, sur France 2, Brigitte Simoneta présentait la météo du soir, le moment que vous attendiez tous. Et là, elle dévoile une carte de France avec le mot « STOP ». Pourquoi stop ? Eh bien tout simplement parce que l’anticyclone des Açores, le bien connu, est censé repousser avec ses petits bras musclés le nuage radioactif, et épargner à la France toute forme de radioactivité. Alors bien sûr, il ne s’agit pas d’une météo d’état, ce n’est  pas un ministre ou un organisme gouvernemental qui est venu nous expliquer que le nuage s’était arrêté à nos frontières, mais cela ressemble quand même à une sorte de mensonge. 

Et d’ailleurs l’anticyclone des Açores, ou celui du Cantal, comme vous voudrez, finit par faiblir. Et finalement sept jours après l’explosion nucléaire, soit le 2 mai 1986, Le Parisien publiait un article évoquant le passage du nuage au-dessus de l’Europe, et de la France. Et le journal d’évoquer que cette légère hausse de la radioactivité atmosphérique est « non significative » pour la santé publique. Cela a soulevé quand même quelques interrogations, et c’est pourquoi le vendredi 9 mai 1986, 15 jours après l’explosion à la centrale, Le Parisien titrait « Tchernobyl on a le droit de savoir, à Kiev c’est l’exode, en Allemagne on s’affole et en France, tout va bien ». 

Pratiquement 20 jours après la catastrophe, le gouvernement concédait que le nuage radioactif avait bien traversé l’hexagone. Qu’a-t-il causé ce nuage ? Eh bien on n’en sait rien. Aujourd’hui encore, le bilan est contenu dans une fourchette à deux dents très éloignées : entre 50 morts et 1 millions de morts selon Libération. Bref, l’anticyclone des Açores nous cache encore le bilan…

@PetitsMatinsFC

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
6H03
26 min
Le Réveil culturel
Alex Beaupain : "Mes chansons préférées sont des chansons tristes"
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du jeudi 03 octobre 2019
6H40
5 min
Le Journal des idées
La littérature et la vie
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
De l'impact de la procédure d'Impeachment sur la politique étrangère américaine: l'exemple afghan
7H00
12 min
Journal de 7 h
Vins, fromages, etc. : le point sur les produits européens bientôt surtaxés par Washington
Intervenants
  • Auteur, compositeur, interprète
  • Professeur de science politique à l'Université Paris I et membre sénior de l'Institut universitaire de France, spécialiste de l’Afghanistan et de la Turquie
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......