LE DIRECT
Zoran Zaev, premier ministre de la Macédoine du Nord, et Alexis Tsipras, premier ministre de la Grèce, main dans la main lors de la signature de l'accord officiel entre les 2 pays le 17/06/2018.

Laurent Guillaume "Là où vivent les loups" / Crise migratoire / Grèce & Macédoine du nord / Les bobos

59 min
À retrouver dans l'émission

Laurent Guillaume vous parle de son polar "Là où vivent les loups", et Jean-Arnaud Derens des rapports entre la Grèce et la Macédoine du nord. Les chroniques s'intéressent à la crise migratoire et aux bobos.

Zoran Zaev, premier ministre de la Macédoine du Nord, et Alexis Tsipras, premier ministre de la Grèce, main dans la main lors de la signature de l'accord officiel entre les 2 pays le 17/06/2018.
Zoran Zaev, premier ministre de la Macédoine du Nord, et Alexis Tsipras, premier ministre de la Grèce, main dans la main lors de la signature de l'accord officiel entre les 2 pays le 17/06/2018. Crédits : Sakis MITROLIDIS - AFP

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Laurent Guillaume, consultant international en lutte contre le crime organisé, scénariste et écrivain, pour Là où vivent les loups aux éditions Denoël, un polar où il raconte ce qu'il a pu observer des combines locales et des arrangements politiques dans certaines zones reculées de France, au cœur d’une intrigue où les règles du Far West ont remplacé celles du droit...

"Là où vivent les loups" de Laurent Guillaume
"Là où vivent les loups" de Laurent Guillaume Crédits : Editions Denoël
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier : Crise migratoire : le défi européen. Face à la montée des populismes autoritaires, assumer sereinement la question migratoire pourrait être une façon de relancer le projet européen.

C’est un signe que nous adresse la rencontre franco-allemande de mardi, destinée dans un premier temps à évoquer le projet d’un budget européen et qui a débouché, dans le contexte actuel, sur un examen de la politique migratoire de l’Union dans la perspective du sommet des 28 et 29 juin : aborder posément la question des flux migratoires permet d’écarter l’hystérie qui s’est emparée du sujet, et sa récupération par l’extrême-droite en campagne éléctorale permanente. Sur le fond, les discussions entre Angela Merkel et Emmanuel Macron peuvent être au mieux considérées comme « inaugurales ». Les deux dirigeants – résume le site de L’Obs – ont annoncé « qu'ils travaillaient à un accord entre plusieurs pays de l'espace Schengen pour refouler tout demandeur d'asile vers l'Etat où il a été enregistré en premier. Même si les contreparties pour les pays concernés, comme l'Italie ou la Grèce, restent encore floues ». Pas de remise en cause à cette heure des règles dites de Dublin mais le projet d’un Office européen de l'asile visant à harmoniser les pratiques et qui gérerait les "procédures d'asile aux frontières extérieures".

Pour le collectif qui signe une tribune dans Le Monde, avec Alain Mabanckou ou Pierre Rabhi, et demande la suspension du règlement Dublin III, « les solutions sont connues : faire face à l’urgence en ouvrant des lieux de mise à l’abri équitablement répartis et en organisant des corridors humanitaires depuis les pays d’où fuient les réfugiés afin d’éviter ces naufrages humanitaires et ainsi couper court au marché qui engraisse les passeurs ».

Gabriel Grésillon confirme dansLes Echos : « Derrière les postures et l’hystérie collective qui embrasent l’Europe, le sujet des migrants reste un dossier gérable. D’abord parce que le nombre d’arrivées est en recul. Ensuite parce qu’un compromis européen est possible, pour peu que l’on abandonne la règle des quotas imposée par Angela Merkel. »

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : Grèce & Macédoine du nord : un nouveau nom pour quelle nouvelle donne ? Une semaine après un accord historique avec la Grèce, le Parlement de Skopje a ratifié mardi le nouveau nom de République de Macédoine du Nord. Cette normalisation bilatérale est aussi un choix géopolitique et un défi intérieur. Le consensus international suffira-t-il ?

Xavier Martinet s'entretient avec Jean-Arnaud Derens, rédacteur en chef du Courrier des Balkans.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Il faut écouter le peuple... Oui, parce que le peuple veut des choses et en refuse d'autres, enfin c'est comme cela qu'on dit. Le problème, c'est que personne ne sait ce qu'est le peuple, une créature mythique, envers exact d'une autre créature mythique : le bobo.

Et c'est ainsi que se structurent les débats politiques aujourd'hui : bobo vs peuple, le bobo étant une créature hors sol, voulant abolir les frontières, militant immigrationniste - c'est comme ça qu'on dit - doté d'un régime alimentaire pathologique à base de tofu et de sans gluten. Le bobo est censé vouloir les migrants sans les désagréments des migrants, le bobo voudrait des migrants dans les quartiers occupés par le peuple, avec comme but pour les migrants d'occuper les emplois jadis réservés au peuple.

Bref, si la France a mal, c'est à cause des bobos... Derrière cette rhétorique se trouve un double mensonge . D'une part, rien ne permet d'opposer le peuple au bobo. Depuis quand le libéralisme en matière de mœurs serait l'appanage des bourgeois ? Personne n'a encore osé affirmer qu'au sein des manifestations hostiles au mariage gay se trouvaient de nombreux prolos. Quant aux immigrés protégés par les bobos, qui sont-ils sinon un pan nouveau du prolétariat ? Mais il y a un autre mensonge sous-jacent : l'idée selon laquelle les bobos seraient coupés de la réalité, en somme que les politiques s'imposeraient en raison du bon sens populaire, contre les fantasmes de ces fausses élites. Une vraie erreur logique, comme s'il existait un "réel" devant lequel s'incliner : un réel fait de clochers d'église, de familles hétérosexuelles et de petits enfants blonds. Comme si ce réel là, en somme, n'était pas un mythe supplémentaire destiné à justifier toute politique bien à droite, à la fataliser. Inutile en effet d'avoir des vestes en coton bio et de mâcher du quinoa pour penser que laisser des familles dériver sur des rafiots au milieu de la mer Méditerranée, est une idée moralement criticable et politiquement tragique. Parfois les bobos ont raion et tant pis si ça fait mal !

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H02
26 min

Le Réveil culturel

Laurent Guillaume : "J’ai voulu reprendre les codes du western pour en faire un polar moderne"
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du jeudi 21 juin 2018
6H40
5 min

Le Journal des idées

Crise migratoire : le défi européen
6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

Grèce - Macédoine du Nord : un nouveau nom pour quelle nouvelle donne ?
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Les bobos
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......