LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Vue de derrière les cages lors de la rencontre Sénégal - Colombie le 28/06/2018 à Samara en Russie.

Les 5 polars à lire absolument cet été / Tracer la route / Ethiopie, Soudan, Somalie / La footballogie

1h
À retrouver dans l'émission

Alain Léauthier vous parle des 5 polars à lire absolument cet été, et Jean-Nicolas Bach de la métamorphose régionale de l'Ethiopie, du Soudan et de la Somalie. Les chroniques s'intéressent à la mythologie de la route et à la footballogie.

Vue de derrière les cages lors de la rencontre Sénégal - Colombie le 28/06/2018 à Samara en Russie.
Vue de derrière les cages lors de la rencontre Sénégal - Colombie le 28/06/2018 à Samara en Russie. Crédits : MANAN VATSYAYANA - AFP

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Alain Léauthier, écrivain et grand reporter à l’hebdomadaire Marianne, qui vous livre les cinq conseils de lecture noire pour votre été, de Marion Brunet à Jean-Bernard Pouy.

En partenariat avec le magazine Marianne.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les Mauvaises de Séverine Chevalier. Editions La Manufacture de livres
Les Mauvaises de Séverine Chevalier. Editions La Manufacture de livres Crédits : Editions La Manufacture de livres
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier : La route écrit le paysage, invite au départ et invente le voyageur.

On ne saurait mieux le dire : la route est à la fois un lieu et un non-lieu. Elle chante comme l’appel du large et disparaît dès lors qu’on l’emprunte en s’ouvrant au paysage, au désir de mouvement. La dernière livraison de la revue Communication & langages (PUF) explore ce paradoxe. Dans l’esprit des Mythologies de Roland Barthes, Caroline Courbières a rassemblé les contributions de chercheurs en sciences de l’information et de la communication pour répondre à cette question : « Si le propre du mythe est de transformer le sens en forme, comment la forme de la route fait-elle sens ? » Des chemins de Saint-Jacques de Compostelle à la route comme espace graphique et signalétique en passant par la fameuse Route 66 qui traverse le continent nord-américain d’est en ouest, la route produit à la fois une forme d’identification – au pèlerin, au routard, au « clochard céleste » – et s’efface dans le temps du trajet. Elle a de puissants thuriféraires, de Walt Whitman (Song of the Open Road) à Jack Kerouac (Sur la route). Elle nourrit l’imaginaire autant qu’elle s’en sustente.

La mythique Route 66 s’est construite sur le réseau des pistes aménagées par les tribus amérindiennes vers la côte Pacifique. Son tracé est aujourd’hui partiellement recouvert par des autoroutes mais des associations ont entrepris de restaurer les tronçons historiques en leur attribuant un label qui conserve notamment la mémoire des migrants pauvres du Dust Bowl et de la sécheresse terrible des années 30, partis vers la Californie comme une terre promise et largement fantasmée, un exode raconté par John Steinbeck dans Les Raisins de la colère. La route se chargeait au passage de la densité humaine et tragique de l’errance, pas forcément synonyme de liberté. Raymond Depardon a bien défini la nature ambiguë de la fuite en avant à la recherche du lieu dans un livre éponyme : « L’errance n’est pas liée au sentiment d’être, elle réside au contraire dans la quête de quelque chose. Cette errance, c’est d’avancer. Mais en avançant, je génère un passé. » L’horizon qui se profile à perte de vue et déploie l’espace de la route, au-delà du ruban d’asphalte qu’elle déroule, constitue la toile de fond de cette représentation allégorique de la destinée.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : La paix définitive entre l’Ethiopie et l’Erythrée : c’était l’enjeu d’une rencontre de haut niveau à Addis Abeba mercredi. Impensable il y a quelques mois, ce rapprochement est l’un des signes du changement accéléré voulu par le nouveau Premier Ministre Abiy Ahmed depuis le début de l’année. Ethiopie, Soudan, Somalie : vers une métamorphose régionale ?

Xavier Martinet s'entretient avec Jean-Nicolas Bach, docteur en Science politique, spécialiste de la Corne de l'Afrique, coordonne le Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) à Khartoum.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Il y a pire que le football… Oui, je sais vous êtes incrédules et pourtant il y a pire que le football : les commentaires sur le football. Comme si ça ne suffisait pas de subir cette coupe du monde, il nous faut en plus supporter les discours à prétention sociologiques sur les conséquences de la victoire, ou de la défaite, de l'équipe de France de foot. D’où la naissance d'une discipline nouvelle en sciences humaines, la footballogie. La footballogie est à l’anthropologie et à la sociologie, ce que les jeans sont à Claude Levi-Strauss, une copie délavée.  

Mais si cette nouvelle discipline restait sagement dans son coin, on pourrait tranquillement l’ignorer. Mais hélas, la footballogie aspire à pire : elle entend récapituler toutes les autres sciences humaines. Psychologie des foules : pourquoi l'être humain devient-il crétin dès qu'il entre dans un stade ? Politique : quels propos ont été échangés dans la tribune présidentielle entre Vladimir Poutine et ses opposants – ah ben non impossible Poutine n’a pas d’opposants. Sans oublier, bien entendu, la chimie : comment augmenter les performances d'un footballeur plus proprement que celles d'un cycliste ?

Les commentaires sur le football sont aussi gonflés que le ballon. La baballe étant devenue chose décisive, elle est l'objet de doctes paroles de la part d'individus évoquant généralement les débats les plus sérieux de l'époque, de la réforme des transcourants de la République en Marche. Le paradigme footballogique est simple : comment réussir à saisir l'esprit d'une époque à partir d'un échantillon absolument non représentatif de 12 types. 

Ce délire collectif est tout simplement le symptôme d'un mensonge auquel tout le monde veut croire. Les politiques, parce qu'ils pensent pouvoir remporter sur le terrain des victoires qu'ils ne parviennent pas à obtenir ailleurs. Les journalistes, parce qu'ils estiment tenir là un sujet concernant qui leur permet de faire croire qu'ils travaillent alors qu'ils regardent le match.

@PetitsMatinsFC

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
Les 5 polars à lire absolument cet été
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du jeudi 28 juin 2018
6H40
5 min
Le Journal des idées
Tracer la route
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Ethiopie, Soudan, Somalie : vers une métamorphose régionale ?
6H57
1 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
La footballogie
Intervenants
  • écrivain et grand reporter
  • docteur en Science politique, spécialiste de la Corne de l'Afrique, coordonne le Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) à Khartoum
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......