LE DIRECT
Sabine Mirlesse.

Expo : Sabine Mirlesse - La longue marche des primaires - Un autre récit de "l'Ukrainegate" - George Steiner est mort et avec lui ce sont plusieurs mondes qui disparaissent…

59 min
À retrouver dans l'émission

Sabine Mirlesse vous parle de l'exposition qui lui est consacrée, et Olivier Berruyer de l'affaire qui lie Kiev à Joe Biden. Les chroniques s'intéressent aux primaires démocrates aux USA et à la disparition de George Steiner.

Sabine Mirlesse.
Sabine Mirlesse. Crédits : Galerie Thierry Bigaignon, Paris 2020

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec l'artiste franco-américaine Sabine Mirlesse, à l'occasion de son exposition Pietra di Luce, et le galeriste Thierry Bigaignon qui expose son œuvre à la Galerie Thierry Bigaignon, à Paris, jusqu'au 21 mars. Fortement inspirée par les vers de la Divine Comédie de Dante, c’est dans les carrières de marbre du nord de la Toscane, région natale du poète, que l'artiste a commencé sa quête des étoiles. Passant en revue les formes minérales, les explosions de poussière, les fractures, l'exposition nous invite à regarder, à sentir, à comprendre un projet transformé en une série de réflexions sur la recherche stellaire à travers le monde souterrain.

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Le coup d’envoi des primaires démocrates vient d’être donné dans l’Iowa. Les candidats en lice se disputent l’investiture.

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Julie Gacon s'entretient avec Olivier Berruyer, auteur du site "Les crises". Il publie en ce moment une série de neuf vidéos sur l'autre "Ukrainegate", une affaire qui lie cette fois Kiev à Joe Biden, le principal rival démocrate de Donald Trump. Pourquoi maintenant ? Une manière de "dédouaner" Trump ?

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

George Steiner est mort et avec lui ce sont plusieurs mondes qui disparaissent…

Il faut dire aux plus jeunes qui était Georges Steiner, qui se faisait connaitre sous le qualificatif courant de professeur de littérature ou de critique littéraire, ce qui veut dire qu’il était en réalité un lecteur, son métier consistait à lire des textes et à dire ce qu’il avait lu. Et Steiner avait énormément lu, pour ainsi dire la totalité de ce qu’un occidental pouvait lire d’Eschyle à Paul Celan, de Platon à Joyce, du théâtre au roman de Shakespeare à Hugo. Si ce sont plusieurs mondes qui disparaissent, c’est parce que pour Georges Steiner chaque langue définissait un monde, le monde d’après Babel était une juxtaposition de mondes différents, le monde russe n’était pas le monde allemand, Dostoïevski abritait un univers de celui de Goethe. 

Or Steiner était un individu typique de la Mitteleuropa, bien que né en France, il pensait dans différentes langues, donc en différentes culture, il appartenait à cette bourgeoisie juive cultivée qui habitait avant tout dans les livres et avait compris, avant guerre, qu’il était préférable d’habiter plusieurs endroits à la fois pour en avoir au moins un où se réfugier. 

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

@PetitsMatinsFC

Chroniques

6H03
26 min

Le Réveil culturel

De la Divine Comédie de Dante aux marbres de Toscane, l'art photographique de Sabine Mirlesse
6H30
10 min

Journal de 6h30

JOURNAL DE 6H30 du mardi 04 février 2020
6H40
5 min

Le Journal des idées

La longue marche des primaires
6H45
11 min

Les Enjeux internationaux

Un autre récit de "l'Ukrainegate"
7H00
12 min

Journal de 7 h

Réforme des retraites : les avocats emmènent la bataille de la rue à Matignon alors que la menace du 49-3 resurgit à l'Assemblée
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......