LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Saint-Jérôme

Expo : Olivier Wickers "Caravage à Rome, Amis et ennemis" / Midterms : le vote des femmes / Angela Merkel : un repli stratégique ? / Le forfait de réorientation vers la ville

59 min
À retrouver dans l'émission

Olivier Wickers vous parle de l’exposition "Caravage à Rome, Amis et ennemis", et Hélène Miard-Delacroix de la retraite annoncée d'Angela Merkel. Les chroniques s'intéressent aux midterms aux USA et à la prime versée aux urgences.

Michelangelo Merisi, dit Caravage, Saint-Jérôme
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Saint-Jérôme Crédits : © Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo - Galleria Borghes

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec Olivier Wickers, essayiste, auteur de Perdre le jour, Caravage en cinq actes (éditions Exils, 2017) pour parler de l’exposition Caravage à Rome, Amis et ennemis, au Musée Jacquemart-André, jusqu’au 28 janvier 2019. 

Cette exposition permet au visiteur de (re)découvrir Le Caravage, figure emblématique de la peinture européenne du XVIIème siècle, par des peintures exposées ensemble pour la première fois, un Saint-Jérôme inédit - qui faisait partie de la collection de la famille Borghese - mais aussi d'appréhender l'œuvre de ce peintre à la réputation sulfureuse par le prisme de sa période romaine, moment charnière de sa carrière artistique.

La période romaine du Caravage est très particulière dans son oeuvre au sens où c'est la ville où il va être connu, reconnu, où il va commencer à peindre de plus en plus librement, en s'affranchissant des ateliers et de leurs contraintes, et où il va trouver son public, composé de clercs et de laïcs très riches qui s'entichent et rivalisent d'initiatives pour obtenir un tableau de lui, puisqu'il refuse même les commandes. Loin d'être un artiste maudit, c'est plutôt un artiste très libre. C'est une personnalité complexe de ce point de vue-là, du point du vue du marché de l'art, qui est le point de vue du succès. La période romaine se découpe en deux : une période dont le musée Jacquemart-André donne un exemple à travers le tableau du Joueur de Luth, la période des jeunes gens en fleur. Il va rompre très vite avec cette période de charme, quand précisément son succès fait que le public qui a de l'argent lui demande des tableaux non pas de genre - même s'il a cassé les codes du genre - mais des tableaux qu'à l'époque on appelle des tableaux d'histoire, donc plutôt des tableaux religieux. Le Caravage, confronté à ce qui est le récit suprême de l'identité, c'est à dire le choix par Dieu des saints dont nous répétons encore les noms, compte tenu de ce que Caravage pense du fait que la figure est un exil, que le récit est une hypocrisie ou un leurre, c'est là qu'il va développer des moyens techniques géniaux pour ne pas répondre à la commande. Et donc le Caravage de la peinture d'histoire à Rome c'est celui qui va défigurer l'histoire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Aux élections américaines de mi-mandat, le 6 novembre, le vote des femmes pourrait bien changer la donne.

D’abord parce que, pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, les démocrates présenteront plus de candidates que de candidats. Dans Le Monde, Gilles Paris fait le portrait de l’une d’entre elles : Amy McGrath, pilote de chasse, qui se présente dans la 6e circonscription du Kentucky après avoir obtenu l’investiture démocrate face au favori de son camp. 43 ans, mariée à un républicain rencontré à l'armée et mère de trois enfants, elle « incarne une nouvelle génération de candidates démocrates, celle des anciennes combattantes des guerres postérieures aux attentats de septembre 2001. D'autres femmes se retrouvent, comme elle, en première ligne dans des bastions conservateurs : Mikie Sherrill, dans le New Jersey et, au Texas, MJ Hegar, qui fut pilote d'hélicoptère chargée des secours et dissimule aujourd'hui ses blessures à l'épaule sous un tatouage de dragon. »

Si les positions d’Amy McGrath sont plutôt modérées et qu’elle se refuse à prendre pour cible le président élu, ce n’est pas le cas d’une nouvelle génération de militantes et militants qui n’hésitent pas à revendiquer l’étiquette de « socialiste », dans la foulée de Bernie Sanders. « Les adhésions au parti socialiste américain (DSA), dont Bernie Sanders est proche sans en être membre, ont explosé après la présidentielle – l'organisation est passée de 5 000 à 50 000 adhérents, dont beaucoup de jeunes ou très jeunes adhérents », observe Mathieu Magnaudeix dans Mediapart. Et il rappelle que « le 8 novembre 2017, un an pile après la victoire de Trump, une douzaine de socialistes ont remporté des victoires locales, en Virginie, dans l'Iowa ou le Tennessee, doublant en un soir le nombre d'élus du parti ». Parmi les candidats qui ont remporté des primaires face à des démocrates, il y a de nombreuses femmes qui devraient faire leur entrée au Congrès en novembre, comme l'avocate Rashida Tlaib, une fille d'immigrés palestiniens de Detroit, Summer Lee – jeune avocate, issue d'un quartier populaire et « lestée comme des millions de jeunes Américains d'une dette étudiante gigantesque » – qui devrait être élue au Sénat de l'État de Pennsylvanie, ou encore la New-Yorkaise Alexandria Ocasio-Cortez. 

D’origine portoricaine, la future cadette du Congrès à 28 ans a battu à la primaire pour la Chambre des représentants le baron démocrate, Joe Crowley, « élu depuis vingt ans dans la très populaire circonscription législative du Bronx et du Queens à majorité hispanique, et connu pour ses conflits d'intérêts immobiliers… dans une ville rongée par l'explosion des loyers ». Dans son clip de campagne elle déclarait : « Les gens comme moi ne sont pas censés être candidats à des élections. Cette candidature, ce sont les gens contre l'argent. Nous avons les gens, ils ont l'argent. »

Les socialistes américains sont en fait des sociaux-démocrates qui se réfèrent au New Deal de Franklin Roosevelt et à la Great Society de Lyndon Johnson : « la régulation du capitalisme, la relance keynésienne, des programmes sociaux ». Alexandria Ocasio-Cortez, elle, s’est prononcée pour un « New deal vert » avec « 100 % d'énergies renouvelables », des filets sociaux comme la garantie d'emploi, une réforme du système judiciaire et carcéral qui criminalise les minorités, ou encore une sécurité sociale universelle. 

« L'Obamacare fait-il son retour dans les esprits à l’approche des Midterms ? » titre L’Humanité ses pages Débats&controverses. « Des sondages attestent que la santé est au centre des attentes aux Etats-Unis et au cœur du débat politique. » Etienne Minvielle, chercheur au CNRS, rappelle que la couverture prévue par cette réforme – combattue par les Républicains – a déjà bénéficié à 20 millions d’Américains qui en étaient dépourvus. Et « quel que soit le prochain acte de cette bataille, les États-Unis restent la seule démocratie occidentale qui n'a pas adopté un système de couverture universel d’assurance-maladie ». Une situation étrange eu égard au droit, défendu bec et ongles, de porter une arme à feu… Jacob Hamburger, éditeur et cofondateur du blog Tocqueville 21 et Sarah Rozenblum, politologue et chercheuse en santé publique à l'Université de Michigan évoquent un rapport récent de la Maison Blanche qui met en garde contre les « dangers du socialisme », dont il constate la popularité croissante aux États-Unis. « Ce document s’attarde sur une proposition faite par le "socialiste démocratique" Bernie Sanders lors de la campagne de 2016, relayée depuis par de nombreux candidats de gauche » et qui suggérait « d’étendre le programme Medicare (aujourd’hui restreint aux personnes âgées) à l’ensemble de la population » afin « de substituer au réseau actuel d’assureurs privés un système de santé exclusivement financé par l’État, qui garantit un accès universel aux soins ». Une idée qui fait son chemin dans l’opinion… Notamment grâce aux femmes, dont la correspondante à Washington de l’hebdomadaire Le Point, Hélène Vissière, confirme le rôle déterminant dans les élections à venir : « Elles ont réussi à mettre sur le devant de la scène des sujets qui leur tiennent à cœur comme le harcèlement sexuel, l’égalité salariale, l’accès à la santé. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet :

Angela Merkel, présidente de la CDU depuis 2000, record inégalé, tire les conséquences de l'affaiblissement de son parti. Chancelière depuis 13 ans, au lendemain d'une nouvelle défaite électorale, Angela Merkel annonce une double retraite politique : la présidence de la CDU d’ici un mois et le poste de Chancelière qu’elle ne briguera pas en 2021 ni avant. Est-ce déjà la dernière manœuvre ?

Xavier Martinet s'entretient avec Hélène Miard-Delacroix, professeur des universités à la Sorbonne, spécialiste de l'Allemagne contemporaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Enfin un métier où moins vous en faites, plus vous êtes payé…

Voilà c’est nouveau, et c’est destiné à lutter contre un vrai fléau, l’engorgement des urgences à l’hôpital. Que faire pour inciter les gens à aller voir un médecin en ville en cas de bobo et non à se précipiter aux urgences ?  

Eh bien tout simplement payer les urgences quand elles refusent un patient. Oui, vous avez bien entendu, cela va être testé, ça s’appelle le « forfait de réorientation vers la ville », le principe est donc très simple : vous êtes un service d’urgence à l’hôpital, vous refusez un patient pas assez gravement atteint en lui disant d’aller voir son médecin, ou d’aller gémir ailleurs s’il n’en a pas, et vous allez toucher une prime de 20 à 60 euros. Oui, oui vous avez bien entendu, moins vous en ferez, plus vous toucherez, et ça ne s’applique pas à des professions comme les militaires, ou bien encore les bourreaux, dont on pourrait se dire que moins ils en font, mieux c’est…  

Recevoir une prime en cas de refus de travail, je sais ça peut paraître absurde, d’ailleurs la ministre de la santé l’a senti, puisqu’elle a incité à, je cite sa formule qui est en en volapuk certifié, à ne pas  « tourner en ridicule toute innovation organisationnelle ». Donc je me garderai bien de tourner en ridicule cette innovation organisationnelle, au contraire je vais la louer, pensant qu’il y a du génie là-dedans, c’est entre le bouddha contemplatif et le Cioran revenu de tout, prônant les vertus de l’inaction — Cioran, lequel s’exclamait « N'avoir rien accompli et mourir en surmené ». 

Alors tout cela est sympathique sauf que cela se passe à l’hôpital. On pourrait se dire que cette prime utilisée pour payer l’hôpital et augmenter le budget des urgences par exemple, mais non pourquoi apporter une solution quand on peut jouir des délices d’un problème ? 

Et, au travers de cette solution géniale, on voit le poids que pèse les incentives dans la mentalité de nos gouvernants — incentive en anglais cela signifie les motivations, les motivations monétaires.  

Ce forfait de réorientation vers la ville signifie que si l’on oblige les gens à chercher ils trouveront. Et si cela engorge les médecins de ville, eh bien on proposera un forfait de réorientation vers l’hôpital. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

@PetitsMatinsFC

Chroniques
6H02
26 min
Le Réveil culturel
Olivier Wickers : "Quand on va voir Caravage, c'est comme cesser de se fuir"
6H30
10 min
Journal de 6h30
JOURNAL DE 6H30 du mardi 30 octobre 2018
6H40
5 min
Le Journal des idées
Midterms : le vote des femmes
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Angela Merkel : un repli stratégique ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Le forfait de réorientation vers la ville
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......