LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Lointaine veillée à Little Havana

1h01
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'une veillée funèbre, de temps noirs, de formules magiques, de mots et d'esprits manipulés, de bilan castristes, d'un surprenant hommage

C’est une image vidéo, en live. Et pourtant elle bouge sans doute encore moins qu’une photo. C’est l’image d’une réaction collective inattendue. C’est la rubrique vidéo quotidienne du New York Times, intitulée 360° qui nous propose un aperçu chaque jour de ce qu’il se passe dans le monde, à un instant T. Le 360 ° de ces tous derniers jours nous mènent dans une rue de Little Havana, en Floride. Il fait nuit. Les personnes présentes, viennent comme tout le monde d’apprendre la mort de Fidel Castro. Il y a presque plus de choses à dire sur ce que l’on entend que sur ce que l’on voit. Il y a une rumeur douce, des chants qui paraissent lointains. Une impression de lointain. Comme si les gens présents sur dans l’unique champs de cette vidéo ne réalisaient pas ce pourquoi ils ont choisi de se réunir à ce moment précis. Ou peut-être qu’ils le réalisent, mais que ce moment n’a rien d’inattendu. Peut-être même que cette image de la veillé à vécu des dizaines de fois dans leur tête. Une petite foule compacte agite doucement des drapeaux cubains, et des drapeaux américains, parfois tenus de la même main, sur un fond musical aux mêmes couleurs. Les visages sont fermés pour certains, un peu hagards pour d’autres. Et puis dans cette petite foule, il y a aussi des sourires. Des mines sereines. Des corps qui se voudraient tout de même un peu en fête. Comme s’il n’y avait pas de trop de place non plus pour la tristesse. Pas de place non plus pour la surprise. Comme si la mort avait commencé depuis longtemps à opérer. Comme si l’idée de Fidel Castro avait commencé à disparaître bien avant lui. Il y a cette impression là. La douceur de ce moment d’adieu. Une veille funèbre que l’on ne veut surtout pas alourdir. Que l’on ne voudrait pas surjouer. Ce visage qui réapparaît soudain plus jeune, en noir et blanc, dans le costume d’une révolution passée, ce visage là, les mots formulées, le son de sa voix, s’est, avec le temps, comme dévitalisé. Devenue une idée, une icône, avant même de quitter le monde des vivants. Alors peut-être en effet que rien ne sert d’accompagner les adieux de larmes. Puisqu’elles ont depuis longtemps coulé sous les ponts.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Laudatifs et superlatifs musicaux aujourd’hui au programme comme une allusion au discours d’hommage à Fidel Castro, prononcé par Justin Trudeau il y a deux jours. Surprenant discours dans lequel le premier ministre canadien a qualifié l’ancien chef d’Etat cubain de "leader remarquable" et de "révolutionnaire légendaire". Il faut savoir que les parents et notamment le père de Justin Trudeau était un ami de Fidel Castro, et le premier dirigeant d’un pays de l’Otan en tant que premier ministre canadien lui-même, à se rendre à Cuba dans les années 1970. En tous cas cet hommage a fait réagir la classe politique canadienne et américaine. Pour ne citer qu’elle la députée républicaine, originaire de Cuba Ileana Ros Lethinen a qualifié ce discours de lettre d’amour écoeurante. Et sur les réseaux sociaux, les moqueries se sont multipliés ce week-end sous le hashtag ou mot-clé #Trudeaueulogies, (apologie de Trudeau). Moqueries qui consistent à vanter les mérites, les bonnes actions, de dictateurs ou meurtriers fictifs qui ont marqué l’histoire, comme Caligula, le Joker, Hitler ou Kim jong il.

Chroniques
6H05
19 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Marie-France Burgain : "On retrouve les influences de Lewis Caroll, Dickens, Tolkien, mais aussi Star wars dans l’oeuvre d'Harry Potter"
6H25
3 min
Les Émois
Temps noir ou la revue-phare de la Noire
6H30
7 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Lundi 28 novembre 2016
6H40
5 min
Le Journal des idées
Les grosses ficelles de la manipulation
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Cuba. Mort de Fidel Castro : bilan du castrisme et perspectives pour l'île
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Lundi 28 novembre 2016
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......