LE DIRECT
Wednesday : Willie Mae -2013 - issue de la série "Weeknight Dinners"

Rejoindre la table des "weeknight dinners" de Lois Bielefeld

58 min
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'une table, de son absence, d'un dîner silencieux, de regards échangés, des mémoires de pierre, de la couleur de certaines pages, du revenu universel, du "sauvetage" de Melania Trump et de carpaccio de poulpe.

Wednesday : Willie Mae -2013 - issue de la série "Weeknight Dinners"
Wednesday : Willie Mae -2013 - issue de la série "Weeknight Dinners" Crédits : Lois Bielefeld (avec l'aimable autorisation de l'auteure)

C’est une scène qui se passe de mots. Les regards s’attachent à l’objectif pour mieux fuir le moment. Pour mieux fuir l’autre visage, en face. C’est un moment de la vie, de la journée, qui nous met face à nous même, et parfois face au silence que l’on voudrait, là aussi, fuir. Alors il y a la télévision. La radio. Il y a les jeux vidéos. Il y a les conversations qui arrivent comme ça sur la table, comme un dernier recours. Ou alors le silence. Que l’on accepte. Que l’on accueille à sa table. Quand on en a une. Le plus souvent c’est un canapé et un plateau que l’on pose sur ses genoux, ou sur un tabouret devant soi. Un repas du soir, au milieu de de son salon. Avec les enfants qui voudraient bien se noyer dans l’ailleurs d’un écran. Fuir l’autorité soudain devenue trop proche. Les questions, les regards que cet âge là perçoit comme nécessairement intrusifs. Le plus souvent, ils sont assis devant ou derrière. Ils tournent le dos aux parents. Les corps d’une même famille, d’un même toit qui occupent les deux extrémités d’un canapé, ou qui évitent parfois la table commune. C’est une série de photos de l’américaine Lois Bielefeld, intitulée "weeknight dinners" et que l’on peut voir en ce moment sur le site de Brain Magazine. 78 portraits de couples, de famille, de personnes seules, pendant un dîner, un soir de semaine, quand le temps manque, que le sommeil ou la tâche à venir nous appelle déjà, quand le mouvement, à peine posé doit presque déjà reprendre sa route. Ce sont des moments - sans petits plats dans les grands, ni pièce montée des grands jours. Entre boîtes en plastique, emballages en carton, plateaux, sandwichs- des moments, donc, qui disent beaucoup des liens familiaux, amoureux, de la vie que l’on mène seul ou avec l’autre. Il y a les regards gênés, absents, aimants, amoureux. Se tenir la main. Se perdre dans les prières ou dans sans ses pensées. Et puis l’envie qui se lit, sur ces visages, à chaque fois. Fuir ce moment, pour se fuir un peu soi-même ou l’attendre pour retrouver enfin l’être, les êtres avec qui l’on vit mais que l’on oublie peu à peu de connaître.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Smiling Faces de Marta Ren and the Groovelvets. Chanson d’une femme qui se considère incomprise, aimée pour les mauvaises raisons. C’est un peu ce que certains internautes pensent de la situation de Melania Trump avec ce hashtag, ce mot clé, qui circule sur Twitter et Facebook notamment #SaveMelania , ou #freemelania, libérez la, sauvez la. Save Melania qui est devenu un compte Twitter depuis, répertoriant notamment les photos de la première dame qui pourraient laisser supposer son malaise, ou la tristesse de sa condition. Et cette image qui tourne boucle devenue virale depuis quelques jours de la nouvelle première dame tout sourire face à son président de mari et dont le visage s’assombrit d’un seul coup vers la tristesse et la colère dès que celui-ci lui tourne le dos. Il y a aussi cette photo elle aussi virale de ce paquet bleu remis par Melania Trump à Michelle Obama le jour de la cérémonie d’investiture, accolée à une photo de ce paquet ouvert avec dedans le mot « Help ». Déjà vendredi dernier dans le cadre de manifestations anti trump, des manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Si tu veux que l’on te sauve Melania, cligne deux fois les yeux , fais nous un signe». Un mouvement de libération de la première dame parti d’une blague mais qui est en train de devenir l’autre nom de l’anti trumpisme aux Etats-Unis et dans le Monde. Le week-end dernier, l’émission du Saturday Night Live a parodié le titre Lemonade de Beyonce pour en faire une Melaniade, et appelé la première dame à laisser tomber « to dump » son mari, Donald Trump.

Chroniques

6H05
20 min

Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle

Avril Tembouret : "Sans «Valérian», il y a des éléments de «Star Wars» qui n’existeraient pas, c’est une influence souterraine"
6H25
2 min

Les Émois

L'Animagier ou l'art de René Hausman
6H30
7 min

Journal de 6h30

Journal de 6h30 : Mercredi 25 janvier 2017
6H40
5 min

Le Journal des idées

Le revenu universel
6H45
9 min

Les Enjeux internationaux

Commerce international. L’évolution des grandes routes maritimes mondiales
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

De la taxinomie en histoire…
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......