LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Rumeur et petits jours" de et par le Raoul collectif au théâtre de la Bastille jusqu'au 25 novembre 2016

Rumeur et petits jours nous fait entendre le son soleil et celui de l'impossible

1h01
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'une idée bien vivante, d'un avenir unique, d'Alan Moore, d'un manuel de savoir-vivre à l'ère de Donald Trump, de la nécessité d'une journée internationale des hommes et de la menace qui pèse que le métier de sondeur.

"Rumeur et petits jours" de et par le Raoul collectif au théâtre de la Bastille jusqu'au 25 novembre 2016
"Rumeur et petits jours" de et par le Raoul collectif au théâtre de la Bastille jusqu'au 25 novembre 2016 Crédits : Céline Chariot

C’est l’image d’une idée. Elle s’avance, sous des traits féminins, perruque blonde, tailleur gris, collier de perles, visage maquillé, et souriant. Un corps conquérant, perché sur des talons aiguilles ou plutôt qui avance déjà comme en terrain conquis. C’est une idée que l’on invite à s’exprimer dans le cadre d’une émission de radio, qui s’étire, qui n’en finit pas. Une émission dont le titre Epigraphe, s’accompagne de cette sentence poétique, signée Henri Michaux « Faute de soleil, sache mûrir dans la glace ». Dernière émission d’une chaîne quasi laissée à l’abandon, et aux quelques auditeurs, toujours les mêmes qui envoient des textes mystérieux via une machine venue du passé. L’arrivée de la mystérieuse invitée, une idée donc, bouleverse le cours des choses. Ce n’est pas tout les jours que l’on a la chance de recevoir une idée en plateau s’amuse l’un des animateurs. La musique s’arrête, les regards et les pensées se fixent sur elle. Nom : inconnu/ prénom : Tina / Age : indéfini. Mais on se doute qu’elle a vécu, qu’elle a même traversé des décennies. TINA : There is no alternative. C’est une idée qui dit avoir pour mère Margareth Thatcher, qui dit avoir si bien vécu, si bien résisté aux tentatives de renversement, de remise en question, et qui se réjouit d’avoir encore de si beaux jours devant elle. Si fière aussi de voir qu’elle occupe toujours aussi confortablement dans les esprits, cette prestigieuse place de plan A. There is no alternative, pas d’autre possibilité, pas d’autres vies, pas d’autres sociétés possibles. Le Raoul Collectif qui a écrit mis en scène et joue cette émission de radio fictive et poétique, au théâtre de la Bastille, jusqu’au 25 novembre, ce collectif donc cite l’ancienne première ministre britannique en exergue de sa note d’intention. « La société n’existe pas ». La troupe belge ajoute que le soleil non plus n’existe pas. Et pourtant la bande d’experts en chaos qu’ils incarnent au micro d’une radio de la méduse, s’acharnent à vouloir faire entendre à leurs auditeurs le son que produit le soleil. Un son aigu et cristallin, un son qui se prolonge et qui impose le silence. "Faute de soleil sache mûrir dans la glace", entend-on alors que leur dernière émission de radio commence. Aller chercher le soleil ailleurs, quelque part dans un son de radio lointain et insaisissable, une volonté, selon leurs mots à eux, de lutter contre le Froid. Rumeurs et Petits Jours. En lieu de petits jours, faisons place ici au petits matins, et à notre volonté à tous, à cette heure ci, de lutter nous aussi à notre manière contre le froid.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"The man", par The Eels sur l’album paru en 2010, Tommorow Morning. Et oui car c’était hier la journée internationale des hommes. Moins connue, moins célébrée que celle des femmes le 8 mars. Et plus décriée aussi, notamment par quelques voix féministes qui se demandent si les hommes ont besoin d’avoir une journée qui leur est consacrée. L’éditorialiste Jessica Brown a publié hier dans le quotidien britannique The Independent, une tribune intitulée « Si vous êtes opposé(e) à une journée internationale des hommes, alors vous n’êtes pas un ou une vraie féministe ». Surtout précise-t-elle que cette journée internationale était consacrée au fléau du suicide masculine. « Stop male sucide », qui selon les chiffres de l’Onu seraient 4 fois supérieures à ceux qui concernent les femmes. « La question écrit Jessica Brown ne devrait pas se résumer à est-ce que les hommes ont le droit ou non à une journée internationale, mais plutôt à comment pouvons-nous respecter, considérer les problèmes et les défis auxquels les hommes sont confrontés. De telle manière à ce que eux aussi finissent par montrer le même respect à l’égard de nos problématiques. De devons mener notre combat féministe en montrant l’exemple, et non pas écrit-elle encore par le biais de l’aliénation des sexes ».

Chroniques
6H05
20 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Agnès Giard : "Les gens qui achètent une poupée le font car ils ne veulent pas de femme, ce sont des « otaku »"
6H25
2 min
Les Émois
Gonzaï ou la pop grand angle
6H30
8 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Lundi 21 novembre 2016
6H40
5 min
Le Journal des idées
Les vertus politiques de la politesse
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Turquie. Comment interpréter la politique régionale du président Erdogan ?
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Lundi 21 novembre 2016
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......