LE DIRECT

Se perdre dans les premières lueur du paysage: "Va-t-en me perdre où tu voudras" de Nolwenn Brod

59 min
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'un dernier paysage, de vagues qui emportent, d'une louange de l'ombre, d'idées en commun, du nationalisme, de la fin du binaire en politique, et des inégalités championnes

C’est un itinéraire. Sans carte et sans repères. Pas de coordonnées ni balises. Une vallée de la mort qu’il fallait fouler pour exorciser. Le paysage est dense et ne semble exister que pour lui-même sans attendre la présence des hommes. Le ciel est bas. Les nuages épais. La végétation semble touffue et sèche. Les roches des falaises taillées comme dans du verre. Et la mer agitée, à l’écume épaisse, qui s’amoncelle et s’effiloche en rosaces multiples. C’est un paysage d’hiver permanent. Un lieu qui n’attend personne. Il y en a pourtant, des présences ici. Mais les visages s’y font rares, comme une volonté de protéger son regard. C’est une femme rousse à la moitié du crâne rasé, qui se tient devant les cimes d’un sapin, comme brûlé par trop de froid. Ses branches sèches sont d’une couleur qui se confond presque avec la chevelure féminine au premier plan. Un visage tourné vers un lointain impossible. Obstrué par cette imposante et sèche végétation. C’est un itinéraire que l’on doit s’approprier. Qui ne permet pas le retour en arrière, tant que l’on a pas compris ce qu’on y fait. Pourquoi on se trouve là. Au milieu d’un nulle part. Il n’y a pas de hasard. Va-t-en me perdre où tu voudras dit le poème de Nicolas Bouvier. C’est ce bout de vers qu’à choisi Nolwenn Brod pour intituler cette série. La photographe qui vient de rejoindre Vu et dont une partie du travail est visible sur le compte Instagram de l’agence. "_Va t-en me perdre où tu voudras/ Les vagues ont répondu tu n’en reviendras pas", c_ontinue le poème. C’est un chemin qu’a voulu explorer la photographe pour marcher sur les derniers pas de son père. Un fil que l’on remonte pour comprendre pour voir ce qui a été vu il y a des années. Pour voir encore, ce qu’il s’y passe maintenant et que lui, ne verra plus. L’autre visage est aussi insaisissable que le paysage. Celui d’un homme plaqué contre les cuisses d’une femmes, les yeux fermés. Une étreinte à genoux. Supplication, tristesse, ou désir intense. Tout reste ouvert, du moment que ce ressenti là que l’on aperçoit, ressemble à la vie plutôt qu’à son souvenir.

JUKEBOX

Let’s get lost d’Elliott Smith… Perdons nous. C’est aussi bien un constat qu’un appel en cette période de campagne électorale pour les électeurs. C’est une tribune signée du journaliste politique britannique Allistair Heath, parue dans le Daily telegraph et qui s’intitule, les électeurs habitués à Netflix n’ont plus le temps de choisir entre droite et gauche. Il parle d’un nouvel âge de la politique, où on mélange les tendances on l’on prend ce qui nous parle nous intéresse et nous séduit, en mettant désormais le clivage droite gauche, et l’idéologie d’un candidat au second plan. "Nous sommes la génération du « à la demande » la génération d’Uber, Amazon, Netflix et consorts qui nous fournit le service que nous voulons, quand nous le voulons". Un changement de société qui influence aussi les comportements politiques avec à la clé selon le journaliste, un bouleversement à venir de nos démocraties. Les parties deviennent de plus en plus consensuels et leur caractère binaire s’efface. Les problématiques binaires aussi. Il ne s’agit plus de Capitalisme VS communisme de la paix VS la guerre. Il s’agit de problématiques aussi complexes que l’identité ou l’immigration ou la participation à la vie politique. Cette ère du à la demande, de l’approche pick-and-mix peut selon lui donner le meilleur, (une réforme totale d’un échiquier politique mondiale qui ne répond plus aux attentes des électeurs), comme le pire, (une légitimation du vote extrémiste).

Chroniques

6H05
20 min

Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle

Alex W. Inker : "J’ai fait un mélange de littérature et de films noirs pour créer «Apache»"
6H25
3 min

Les Émois

Louange de l'ombre : un chef-d'œuvre de la littérature japonaise
6H30
7 min

Journal de 6h30

Journal de 6h30 : Jeudi 26 janvier 2017
6H40
5 min

Le Journal des idées

La Nuit des idées
6H45
9 min

Les Enjeux internationaux

Monde. Une force dominante: le nationalisme
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Les inégalités sont montées en haut du podium…
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......