LE DIRECT

Se préparer à la traversée de "l'autre côté de l'espoir" d'Aki Kaurismaki

1h
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'un masque, d'une traversée des frontières, d'une errance Helsinki, d'écrits contre le totalitarisme, de la morale en politique, du regard de la société grecque sur l'Europe, de la haine sur les réseaux sociaux.

C’est un visage teinté de noir. Il n’y avait pas le choix du déguisement. Un camouflage par la force des choses. Dont il faut bien à un moment se débarrasser pour avancer. Apprendre à faire semblant de sourire. Ca aide. C’est un conseil que Khaled donnera à son compagnon de voyage rencontré dans une cellule. Ce conseil Khaled l’applique peu. Faire semblant de sourire mais ne pas trop forcer, le maîtriser. Et quand ça ne vient pas, ce n’est pas la peine d’aller le chercher trop loin. Ca ne vient pas parce que quand Khaled fait appel à ses souvenirs des jours et des semaines passés, personne autour de lui n’a envie de sourire. Son visage a encore les rondeurs de l’adolescence. Des yeux noirs imperturbables, sérieux, avec parfois une lueur moqueuse qui s’y glisse sans prévenir. Comme si parfois Khaled pouvait soudain rire de son errance dans le froid d’Helsinki, comme s’il pouvait rire des refus, des coups et des menaces, de sa solitude et de ses impasses. Ca fait de lui le personnage idéal d’un film d’Aki Kaurismaki. _L’autre côté de l’espoir_ dernier film du cinéaste finlandais sort aujourd’hui en salle. Et il réunit encore une fois, plusieurs solitudes, pour qu’elles fassent route ensemble, dans un ailleurs qu’elles auront inventé. Une route qui cette fois, encore plus qu’avant dans ses films, traverse les frontières parce que c’est possible. Quand Khaled de Syrie, interprété par Sherwan Haji raconte son périple lors de son entretien à l’office d’immigration, le plan se resserre sur lui. Sa langue maternelle fait apparaître sur son visage des émotions nouvelles. Des larmes qui apparaissent dans ses yeux sans jamais en sortir. En face de lui on ne sourit toujours pas. On lui demande comment il a réussi à traverser toutes ces frontières. Il répond que lui et tous les autres qui essaient avec lui, y arrivent parce qu’on ne les voit pas, qu’on ne veut pas les voir. Que le sourire qu’il tente d’afficher devant les autres lui sert aussi à ça, à maîtriser son invisibilité. Seule condition pour traverser, avancer encore.

Chroniques

6H05
20 min

Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle

Jean A. Gili, Michel Ciment et Jean-François Rauger : "Rossellini n’est pas déconsidéré parce qu’il a fait des films fascistes, il reste un immense cinéaste avec ses faiblesses et défauts"
6H25
3 min

Les Émois

Vinci contre Hitler ou l'humanisme véhément d'André Suarès
6H30
7 min

Journal de 6h30

Journal de 6h30 : Mercredi 15 mars 2017
6H40
5 min

Le Journal des idées

Corruption et politique
6H45
9 min

Les Enjeux internationaux

Grèce. L’évolution de la société et son regard sur l’Europe
6H57
2 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

Parlons rugby
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......