LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nassyma Hablal issue de la série "de l'invisible au Visible: Moudjahida"

Un regard vers les jours passés: de l'invisible au visible par Nadja Makhlouf

59 min
À retrouver dans l'émission

Où il sera question de femmes combattantes, de regards en fuite, d'auto-discours, de chroniques de jazz, de la couleurs de la prison, d'exportations allemandes et du sourire de la Joconde.

Nassyma Hablal issue de la série "de l'invisible au Visible: Moudjahida"
Nassyma Hablal issue de la série "de l'invisible au Visible: Moudjahida" Crédits : Nadja Makhlouf (avec l'aimable autorisation de l'auteure)

Ce sont des visages doubles. A deux moments de la vie. Des visages de femmes qui portent en elles plusieurs idées du combat. Avec un regard, quelle que soit leur posture, qui les maintient toujours debout. Elles ont une vingtaine d’années à gauche, presque 50 ans de plus à droite. Diptyque sans autre légende qu’une identité. L’ histoire est sensiblement la même pour chaque photo. D’"invisibles" elles sont devenues des combattantes. Elles sont sorties des murs et parfois d’elles-mêmes, avant d’y retourner, à jamais transformées. Elles sont aujourd’hui souvent assises, dans leur cuisine, dans un fauteuil du salon, sur le rebord de leur lit. Il y a par exemple Nassyma en large robe noire à l’encolure ornée de grandes fleurs sombres et brillante. Ses cheveux blancs tirés en arrière sont emprisonnés dans un foulard noir. Elle est assise, sur le rebord d’un petit canapé. Comme si elle ne se sentait pas autorisée à se tenir là. Son regard que l’on devine un peu gêné fuit l’objectif. Ses lèvres se pincent. Elle ne sait pas si elle doit sourire, parler. Elle ne sait pas. Elle voudrait faire tout ça à la fois. Derrière elle des étagères creusées dans le mur avec des napperons en dentelle, des bougies, des flacons, des photos encadrées. Nassyma, il a quelques décennies, avait ce même regard un peu fuyant, mais aussi un grand sourire franc. Elle marche dans une rue, les jambes cernées d’une jupe, chemisier blanc et veste jetée sur ses épaules. Derrière elle, un militaire attache son regard et son sourire à sa silhouette de jeune femme. Nassyma sourit elle aussi. Un visage qu’elle essaie de porter et de garder haut. C’est elle qui existe le plus sur ce trottoir, Ce corps qui tente de se libérer et d’avancer, d’une démarche assurée. Un corps et un visage de combattante qu’il n’a sans doute pas été facile de garder. Qu’elle garde malgré elle. Parce que les années de guerre, sont définitivement passées par là. Ce sont des portraits, des diptyques de Moudjahidates, des combattantes algériennes, pendant la guerre, à la fin des années 50, puis aujourd’hui. Des portraits signés Nadja Makhlouf et que l’on peut voir en ce moment et jusqu’à la fin du mois au Rocher de Palmer à Cenon. Des portraits en noir et blanc parce que le noir et blanc dit la photographe permet de sonder le passé. C’est surtout ce qu’elles sont devenues que ce noir et blanc permet de voir vraiment. Quelles lueurs quelles forces leurs regards et leurs visages ont gardées. Sur quels champs de batailles elles ont avancé. Quelles guerres intérieures elles ont dû, doivent encore mener.

JUKEBOX

Chroniques
6H05
20 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Beatrice Avanzi : "Dans «Les Nymphéas», Monet a su capturer le sens mystique de la nature"
6H25
3 min
Les Émois
Parlons peu, parlons de moi ou les heurs et malheurs de Jackie Berroyer.
6H30
8 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Mardi 14 mars 2017
6H40
5 min
Le Journal des idées
La raison punitive
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
Allemagne. Les conséquences du protectionnisme du président Trump sur les exportations allemandes aux États-Unis
6H57
2 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Si seulement le TGV pouvait n’être que cher
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......