LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Voir le ciel s'ouvrir : "Push the sky away" par Piotr Zbierski

1h
À retrouver dans l'émission

Où il sera question d'un paysage raturé, surexposé, de tout un été sans Facebook, de jeunes députés néophytes, du climat et des guerres, de sang neuf et du mythe de la jeunesse éternelle, et d'une réflexion sur le non-vote.

C’est un chemin que l’on décide de continuer, et on décide qu’il sera beau. Qu’on ne sera pas seul, tout du long. Qu’il y a aura à prendre et à apprendre. Bien plus encore. Il s’agira de remettre le ciel et toutes les limites possibles à plus tard. C’est un voyage qui a duré 9 ans, et dont le photographe gardera pour lui l’essentiel des étapes. Il ne fait dans son livre, qu’écarter légèrement un rideau, un léger voile sur des moments. Des bouts de lieux, des souvenirs. Il nous montre un corps allongé sur des rochers tout au bord d’une plage, avec cette lumière difractée. Ce grain épais du polaroïd un peu trop exposé. Une femme nue la tête recouverte d’un chapeau en toile blanc. Elle est là, elle ferme les yeux, et devant elle il y a la mer, qui prend tout. Qui prend même un peu le ciel. Sur cette photo, il y a aussi des traces du temps passé, des traces extérieures, verticales, qui viennent souligner les rayons du soleil. Les révéler. Cette lumière là envahit tout dans les photos de Piotr Zbierski, même ces paysages d’hiver au sortir de la nuit. Il y a ce ruisseau tremblotant, à la perspective barrée de bas fils électriques. Une route en noir et blanc, une couche graphique là encore épaisse, qui vient ajouter comme un obstacle de plus au paysage. Une difficulté d’y entre. Et pourtant il y a au premier plan, une main ouverte qui ouvre la porte, qui dégage la voie. Qui nous dit que ce ruisseau d’hiver et ses rives d’herbe enneigées peuvent être habitées. Push the sky away, repousse le ciel plus loin. C’est le titre du livre de photo de Piotr Zbierski édité chez André Frère. Une main qui invite à aller par delà les ratures du paysage, enjamber les fils, sortir de l’eau froide, marcher sur ses rives là, en attendant d’en trouver d’autres. Ses photographies dit-il ne reflètent en rien la réalité, elles sont plutôt des réactions au réel. Choisir d’accueillir. Choisir d’y aller ou pas. Et si on y va, il y aura sûrement un nouveau visage à prendre, une lumière. C’est une manière d’habiter son monde. Repousser le ciel un peu plus loin, réorganiser la nature et le paysage. Il faut savoir se perdre, et bien se perdre, c’est la définition que le photographe polonais donne de son métier. Des images, celui d’un parcours où l’on ne voit défiler que des premières fois.

(Tapis musical : Patrick Watson - Lighthouse)

Chroniques
6H05
19 min
Paso doble, le grand entretien de l'actualité culturelle
Hervé di Rosa : "L’art est là où on s’y attend le moins : j’ai souvent plus de sensations fortes au marché aux puces que dans un musée"
6H25
3 min
Les Émois
Romain Puertolas ou les Mystères de New-York - Colorado
6H30
8 min
Journal de 6h30
Journal de 6h30 : Mardi 13 juin 2017
6H40
5 min
Le Journal des idées
Paysage après campagne
6H45
9 min
Les Enjeux internationaux
Environnement. Évolution du climat et déclenchement des guerres
6H57
3 min
L'Humeur du matin par Guillaume Erner
Déjà le commentaire de vote, c’est compliqué … mais le commentaire de non vote, c’est encore pire.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......